Aller au contenu principal

Réussir Grandes Cultures : le média des céréaliers

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Interview
« Les freins sont en train de sauter en grandes cultures biologiques »

Burkhard Schaer dirige le bureau d’études franco-allemand Ecozept. Il apporte son analyse du développement des grandes cultures bio en France et en Europe.

Burkhard Schaer dirige le bureau d'études franco-allemand Ecozept.
© Agence Bio

Pourquoi les surfaces en grandes cultures bio tardent autant à se développer au contraire d’autres productions végétales ?

B. S. : Il subsiste des freins à la conversion biologique pour les grandes cultures. Il y a une certaine facilité à conduire des grandes cultures en conventionnel avec des rotations culturales assez simples du type colza/blé/orge par exemple, tout en maintenant une rémunération correcte. En production biologique, la rotation est nécessairement plus complexe avec parfois huit cultures différentes et on ne peut y couper. Une partie de ces cultures (luzerne, légumes secs…) peut être difficile à valoriser.

Les débouchés et la consommation sont-ils au rendez-vous de ce développement ?

B. S : Les filières industrielles sont peu développées en grandes cultures biologiques avec des manques jusqu’à présent comme en pomme de terre – la France importe des Pays-Bas et de l’Allemagne – et en betterave à sucre (1). Mais les freins sont en train de sauter. Avec le retrait de produits phyto tel le glyphosate, il va devenir plus compliqué et plus coûteux de produire en conventionnel. Les tendances alimentaires vont vers une alimentation végétale riche en protéines, ce qui est en faveur du bio et de sa rotation plus facilement valorisable. De même, il y a un manque structurel d’aliments pour le bétail bio et le retard doit être rattrapé en valorisant les cultures de la rotation.

Comment assurer l’avenir des grandes cultures biologiques ?

B. S. : Il faut continuer les conversions avec une structuration de filières solides à l’échelle régionale mais aussi suprarégionale (entre régions voire pays) en constituant un groupe de travail international sur le marché grandes cultures comme cela a été fait pour le lait bio. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Rodolphe Lormelet, agriculteur à Versainville. "Les jachères mises en place pour favoriser la biodiversité sont bien perçues des chasseurs, des riverains..." © L'agriculteur normand
Environnement/PAC : des jachères SIE pour une biodiversité utile en agriculture
Des jachères dites « mellifères » ont été conçues pour alimenter les insectes pollinisateurs avec des avantages en termes de…
Avec des blés semés tard et des variétés tolérantes aux maladies, le premier traitement fongicide est souvent retardé au stade "dernière feuille étalée". © L. Vimond
Fongicides céréales : Protéger ses blés des maladies pour moins de 20 euros
Les semis tardifs et le recours à des variétés de blé tolérantes aux maladies autorisent une protection fongicide efficace à…
L'ambroisie se développe fortement dans le Sud-Ouest en plus d'être déjà bien installé dans la vallée du Rhône. © G. Omnès
Désherbage : empêcher datura et ambroisie d'empoisonner le maïs
Dans certaines régions, il faut compter dorénavant sur les infestations de datura et d’ambroisie en cultures d’été. Le maïs…
Du fait d'une approche purement quantitative et non qualitative, le système des SIE pousse les agriculteurs à respecter la réglementation a minima. © C. Gloria
Haies, couverts, jachères... : les principales infrastructures reconnues comme surfaces d'intérêt écologique en grandes cultures
La France a opté pour un large choix d’éléments autorisés au titre des surfaces d’intérêt écologique. Ce « catalogue »  inclut…
Après vingt ans de non-labour, François-Xavier Déchamps a opté pour une charrue déchaumeuse pour faire face aux graminées résistantes et à la fin annoncée du glyphosate. © G. Omnès
Charrue déchaumeuse : le bon compromis agronomique grâce au labour à faible profondeur
Efficiente dans la gestion des adventices grâce au retournement du sol, mais tout en conservant la matière organique dans les…
Le reliquat de sortie d'hiver permet de déterminer précisément les fournitures en azote par le sol et d’établir la dose optimale d'azote.  © C. Baudart
Pilotage de la fertilisation des céréales : bien mesurer son reliquat sortie d’hiver d'azote
Faire un prélèvement de sol en vue d’un reliquat de sortie d’hiver n’a rien de compliqué. Mais s’il est mal fait, la mesure est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures