Aller au contenu principal

Les fongicides SDHI en force aussi sur orges

En plus du blé, les nouveaux fongicides à base de SDHI sont devenus incontournables sur orges pour contrôler en particulier l’helminthosporiose. Une seule SDHI suffit par programme.

Les orges dépassent allègrement le million d’hectares en France et elles méritent une bonne protection contre les maladies. A fortiori si ces orges sont destinées au débouché brassicole. Les produits à base de SDHI (inhibiteurs de la succinate déshydrogénase) arrivant sur les blés concernent également les orges. Ils apportent des niveaux de performances accrus, en particulier sur helminthosporiose. Dans la gamme des SDHI, Arvalis relève que le produit Ceriax (fluxapyroxad + époxiconazole + pyraclostrobine) prend l’avantage sur Adexar (fluxapyroxad + époxiconazole) dans les essais de comparaisons de seconds traitements (T2). Ceriax présente une strobilurine dans sa composition, au contraire d’Adexar. Autre fongicide SDHI de BASF, Librax (fluxapyroxad + metconazole) montre une efficacité équivalente ou légèrement supérieure à Adexar. L’ajout de la strobilurine Comet (pyraclostrobine) à Librax booste l’efficacité de l’ensemble et le rendement de la céréale. C’est la meilleure solution dans les essais Arvalis. Autre SDHI, la spécialité Aviator Xpro (bixafen + prothioconazole), se distingue également par ses hauts niveaux de performance tout comme le projet de DuPont (penthiopyrad + chlorothalonil) associé à Acanto (picoxystrobine).

Cyprodinil en T1, SDHI en T2

L’institut technique Arvalis conseille l’utilisation d’une seule SDHI dans un programme fongicide à deux applications, positionnée plutôt en deuxième traitement. En T1 (première application), les solutions associant le cyprodinil (Unix Max, Qualy…) avec des spécialités à base de prothioconazole (Joao, Madison) ou à Meltop 500 (propiconazole + fenpropidine) tiennent la corde. Ces solutions reçoivent un écho favorable dans les préconisations. « Nous conseillons un T1 avec une base cyprodinil associée à un triazole (Cherokee, Meltop, voire Joao), précise Arnaud Pillier, de la chambre d’agriculture de Côte-d’Or. Et en T2, une SDHI associée à une strobilurine pourra être mélangée à un triazole. Le stade « 1 nœud » constitue le pivot du positionnement des traitements et la seconde application intervient à la sortie des barbes, dernière feuille étalée, ajoute le conseiller agricole. Nous visons plutôt la rhynchosporiose au premier traitement et l’helminthosporiose au T2. Enfin, sur les variétés réputées moins sensibles telles qu’Etincel, nous préconisons des diminutions de doses de l’ordre de 10 à 15 %. » La protection contre les pathogènes est assurée autant par la génétique et la chimie.

Des résistances aux SDHI bien présentes dans les champs

Spécialiste des maladies des céréales chez Arvalis, Jean-Yves Maufras, apporte une note de prévention sur l’emploi des SDHI. « Dans les champs et selon nos résultats d’essais, il n’y a pas d’intérêt à mettre deux SDHI dans un programme fongicide. En plus, c’est risqué. Des résistances de l’helminthosporiose spécifiques aux SDHI existent dans la nature. » Entre 2012 et 2014, les spécialistes de l’Inra ont décelé sept mutations dans les souches du champignon (Pyrenophora teres) qui procurent cette résistance aux SDHI. « De plus, en 2014, nous avons mesuré que le champignon était constitué à plus de 40 % de ces souches mutées et pourtant, nous ne constatons pas de baisse d’efficacité des produits dans les champs, remarque Jean-Yves Maufras. Sans doute grâce à l’association systématique de SDHI avec des molécules d’autres familles fongicides. » Ces souches alertent malgré tout sur la nécessité de ne pas abuser de l’utilisation des SDHI.

En chiffres

* 18,5 q/ha : c’est l’incidence des maladies sur orges d’hiver en 2014, un peu au-dessus de la moyenne pluriannuelle qui est de 15,3 q/ha.

* 1,78 traitement en 2014. Sur orge d’hiver, on a frolé le record du nombre de traitements fongicides qui est de 1,8 en 2008. Sur orge de printemps, il y a eu un peu moins de traitement : 1,72.

* Plus d’1 million d’hectares d’orges ont reçu 1 ou 2 SDHI en 2014, soit 80 % des surfaces de cette céréale.

* 70 €/ha : il s’agit du coût moyen d’un programme fongicide sur orge d’hiver en 2014 : record battu. Sur orge de printemps, ce coût a été de 52 €/ha.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures