Aller au contenu principal

Les États généraux de l’alimentation en piste

Annoncés en juin par Emmanuel Macron, président de la République, les États généraux de l’alimentation ont commencé fin août.

La création et la répartition de la valeur ajoutée sont au cœur du premier chantier des Etats généraux de l'alimentation.
© CCO Domaine public

Au menu de la première partie des Etats généraux de l'alimentation : « la création et la répartition de valeur ajoutée », un premier chantier prévu jusqu’à fin septembre, décliné en sept ateliers associant toutes les parties prenantes, de l’agriculteur au consommateur. Il sera suivi début octobre par un second chantier portant sur « une alimentation saine, sûre durable et accessible à tous ».

Un atelier transversal consacré aux investissements, à l’accompagnement technique et à la recherche fera le pont entre les deux séquences tandis que, pour "enrichir la réflexion", une vaste consultation publique a été ouverte dès le 20 juillet, jour de lancement officiel de ces États généraux. Ceux-ci doivent au final servir à « établir une feuille de route nationale » pour le secteur, d'après le ministère.

Cet été, des interrogations subsistaient toutefois quant à l’efficacité du dispositif. Au moins parce que les orientations du grand plan d’investissement de 50 milliards d'euros, qui inclut cinq milliards sur cinq ans pour l’agriculture, devaient être présentées début septembre, soit très en amont de la clôture des États généraux de l'alimentation.

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
Circuler avec les engins agricoles sur les routes très fréquentées requiert des précautions.
Agriculture périurbaine : « Pour accéder à mes parcelles, j’évite les entrées et sorties de bureau »
Circulation difficile, dégâts de lapins, dépôts sauvages… Des agriculteurs situés en zone périurbaine cherchent la parade face à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures