Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Etats généraux de l'alimentation
Les dirigeants de Limagrain s’inquiètent des projets d’ordonnance en préparation

En conférence de presse le 31 janvier à Paris, le président et le directeur du groupe Limagrain ont fait part de leurs désaccords avec les textes d’ordonnance en préparation suite aux Etats généraux de l’Alimentation.

Les dirigeants du groupe auvergnat se sont montrés solidaires des revendications de Coop de France.
© Limagrain

« Le projet d’ordonnance sur la coopération agricole ne prend pas en compte les spécificités des coopératives », a regretté le président du groupe Limagrain, Pascal Viguier, en conférence de presse le 31 janvier à Paris. Le groupe auvergnat soutient les revendications de Coop de France. Dans un communiqué du 23 janvier, le syndicat estimait qu’« en assimilant systématiquement le contrat coopératif à un contrat commercial, ces textes nient les fondements juridiques de la coopération agricole et remettent en cause son modèle de développement ». De fait, pour Pascal Viguier, « on ne peut pas réduire les relations coopérative-agriculteur simplement à une relation commerciale ».

Un risque de démantèlement des coopératives

Le responsable craint que la validation du texte en l’état n’ouvre la porte à un démantèlement du statut et des coopératives. Or ces structures sont pour lui indispensables : « Avec un chiffre d’affaires entre 100 et 150 000 euros, si je suis tout seul, je ne suis rien, a décrit le dirigeant. La seule solution est de se regrouper dans des outils collectifs ».

Pascal Viguier a également réagi sur l’ordonnance qui prévoit la séparation du conseil et de la vente. « S’il faut faire un choix entre les deux, nous partirions sur le conseil aux agriculteurs, a-t-il indiqué. Au niveau de la coopérative, les ventes de phytos ne sont pas quelque chose d’important. La stratégie de Limagrain est d’apporter un plus en terme de valorisation ».

De son côté, Damien Bourgarel, le directeur général du groupe, a souligné le manque de discussion et d’écoute du gouvernement. « On a l’impression que le gouvernement n’entend pas les agriculteurs », a-t-il signalé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Le sytème de lavage de main embarqué S-Clean
[Covid-19] : S-Clean, un système de lavage de main embarqué sur tracteur
Le système doté d’un réservoir de 3 litres est équipé d’un porte-savon liquide et de deux vannes permettant 5 à 10 lavages de…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
Un impact du gel plus important que prévu sur colza
Le vent de Nord-Est qui a soufflé pendant plusieurs jours la semaine dernière a aggravé les effets des températures négatives sur…
En achetant maintenant sa solution azotée pour 2021, l'économie serait d'environ 10 €/ha par rapport à la dernière campagne. © C.Baudart
Engrais: faut-il acheter la solution azotée maintenant pour 2021 ?
Couvrir ses besoins en solution azotée pour 2021 est une stratégie qui peut être gagnante au vu des prix bas proposés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures