Aller au contenu principal

Etats généraux de l'alimentation
Les dirigeants de Limagrain s’inquiètent des projets d’ordonnance en préparation

En conférence de presse le 31 janvier à Paris, le président et le directeur du groupe Limagrain ont fait part de leurs désaccords avec les textes d’ordonnance en préparation suite aux Etats généraux de l’Alimentation.

Les dirigeants du groupe auvergnat se sont montrés solidaires des revendications de Coop de France.
© Limagrain

« Le projet d’ordonnance sur la coopération agricole ne prend pas en compte les spécificités des coopératives », a regretté le président du groupe Limagrain, Pascal Viguier, en conférence de presse le 31 janvier à Paris. Le groupe auvergnat soutient les revendications de Coop de France. Dans un communiqué du 23 janvier, le syndicat estimait qu’« en assimilant systématiquement le contrat coopératif à un contrat commercial, ces textes nient les fondements juridiques de la coopération agricole et remettent en cause son modèle de développement ». De fait, pour Pascal Viguier, « on ne peut pas réduire les relations coopérative-agriculteur simplement à une relation commerciale ».

Un risque de démantèlement des coopératives

Le responsable craint que la validation du texte en l’état n’ouvre la porte à un démantèlement du statut et des coopératives. Or ces structures sont pour lui indispensables : « Avec un chiffre d’affaires entre 100 et 150 000 euros, si je suis tout seul, je ne suis rien, a décrit le dirigeant. La seule solution est de se regrouper dans des outils collectifs ».

Pascal Viguier a également réagi sur l’ordonnance qui prévoit la séparation du conseil et de la vente. « S’il faut faire un choix entre les deux, nous partirions sur le conseil aux agriculteurs, a-t-il indiqué. Au niveau de la coopérative, les ventes de phytos ne sont pas quelque chose d’important. La stratégie de Limagrain est d’apporter un plus en terme de valorisation ».

De son côté, Damien Bourgarel, le directeur général du groupe, a souligné le manque de discussion et d’écoute du gouvernement. « On a l’impression que le gouvernement n’entend pas les agriculteurs », a-t-il signalé.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Le règlement actuel des ZNT s’applique jusqu'à publication des nouveaux textes si la charte est toujours sur le site de la préfecture. Cela devrait être encore le cas au moment des désherbages d'automne.
Semis 2021 : devez-vous prévoir des ZNT de 10 mètres ?
Le Conseil d’Etat demande le durcissement sur plusieurs points de la réglementation des zones de non-traitement, à formaliser d’…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures