Aller au contenu principal

Les cultures intermédiaires ont un impact important sur la dégradation des produits phytosanitaires dans le sol

Dans quelle mesure les couverts végétaux d'interculture peuvent-ils influer sur le devenir
des produits phytos dans le sol ? « Dans un système de monoculture du maïs,
le fait de mettre un couvert végétal à l'interculture a plus d'impact sur le devenir des phytos et leur transfert dans l'eau que les seules techniques de travail du sol. Quand on analyse
les eaux de drainage, on retrouve une concentration moins élevée de ces produits avec la pratique de cultures intermédiaires entre deux maïs », informe Lionel Alletto, enseignant chercheur à l'école d'ingénieurs de Purpan. Une étude a été réalisée pour un herbicide : le S-métolachlore utilisé en prélevée majoritairement. « On peut supposer que les résidus du couvert agissent sur la dynamique hydrique du sol et ralentissent la migration des molécules en les maintenant plus longtemps dans la rhizosphère, ce qui favorise leur dégradation par
les micro-organismes. Un simple mulch de résidus de maïs après sa récolte à l'automne a moins d'effet que le mulch frais du couvert végétal. »


Différences entre couverts


Par ailleurs, Lionel Alletto a noté une diversité d'impact de l'espèce utilisée comme culture intermédiaire.
« Les crucifères comme la moutarde ou la navette montrent un comportement particulier. Elles retiennent de façon plus marquée le S-métolachore et aussi le glyphosate que tous les autres couverts testés en laboratoire. Ces herbicides sont, du coup, peu disponibles pour les micro-organismes pour leur biodégradation. »
Il n'y a pas pour autant de relargage dans l'environnement mais il demeure une part d'inconnu sur le devenir de ces molécules retenues dans les résidus de couvert. Les légumineuses riches en azote agissent différemment sur les matières actives. « Pour des micro-organismes, les molécules sont attaquables en constituant des éléments nutritifs pour y rechercher de l'azote entre autres, précise Lionel Alletto.
Par exemple, l'atrazine qui est riche en azote dans sa constitution chimique est susceptible d'être dégradé par la flore microbienne. Mais avec l'utilisation d'un couvert à base de légumineuses comme la vesce, ces micro-organismes iront chercher l'azote provenant des résidus de cette culture plutôt que celui de l'atrazine, d'où une dégradation moins efficace de ce dernier.
Pour le S-métolachore et le glyphosate pauvres en azote, il n'y a pas de différence de dégradation avec ou sans légumineuses. »

Les plus lus

© Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
L’artificialisation continue de prélever des terres agricoles
L’artificialisation des sols continue de grignoter les terres agricoles. Elle se chiffre en milliers d’hectares chaque année mais…
Contre les géranium sur colza, le métazachlore associé à d'autres molécules dans un programme herbicide constitue une solution de lutte satisfaisante. © Réussir SA
Désherbage colza/métazachlore : quelles sont les nouvelles règles d'usage ?
Les herbicides à base de métazachlore vont faire l'objet de restrictions d'emploi dès la prochaine campagne.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures