Aller au contenu principal

Les coops au secours de leurs adhérents

Beaucoup de coopératives cherchent à faciliter la mise en route de la nouvelle campagne après la piètre moisson 2016.

Lors de la récolte 2016, 500 euros/ha de moins en moyenne ont été produits, c’est autant en moins pour démarrer 2016-2017. " De façon assez générale, les coops ont mis en place des dispositifs pour pallier le déficit de trésorerie à court terme ", observe Vincent Magdelaine, directeur de Coop de France métiers du grain. Elles ont souvent négocié avec les banques des prêts à court terme à taux quasiment nuls pour aider leurs adhérents à financer le prochain cycle de production. Certaines ont opté en parallèle pour des avances de paiement. D’autres ont proposé d'allonger sans frais les délais de versements, telle Noriap, qui recule les réglements de semences à 2017 ou Unéal qui donne jusqu'au 30 septembre prochain à ses 220 adhérents jeunes agriculteurs pour régler leurs factures d’approvisionnements nouvelle campagne. La coop financera le dispositif grâce à ceux qui accepteront de payer leurs approvisionnements en avance. "Ils bénéficieront alors d'un escompte de 0,5 % par mois», explique Françoise-Emmanuelle Boussinesq, directrice opérationnelle d’Uneal.

Des bonifications dans certains cas

D'autres réduisent les factures, comme Vivescia qui a baissé de 10 % le prix de ses semences certifiées et va appliquer des remises sur l’utilisation des outils d’aide à la décision. Selon Jean-Olivier Lhuissier, directeur d’activité du groupe, « il faut éviter de faire des économies qui ne sont pas judicieuses ». Les coops prévoient aussi dans certains cas des bonifications. Vivescia distribuera à ses adhérents l’intégralité de ses résultats 2015-2016 et tout comme Noriap, le groupe ne mettra pas à jour son capital social sur 2015-2016. Unéal compte de son côté doubler le montant des réductions habituellement versées à ses adhérents, cela quel que soit le niveau des approvisionnements de l’agriculteur.

Pour Vincent Magdelaine, "la difficulté va consister à ne pas traiter tous les agriculteurs de la même façon". Car ces dispositifs de soutien ne seront pas adaptés à tous, en particulier aux exploitants en grande détresse économique.

Voir aussi article Réduction du coût des phytos pour les adhérents d'In Vivo.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures