Aller au contenu principal

Les CEPP lancés

C’est fait : le décret validant la mise en place de l’expérimentation sur les CEPP (Certificats d’économie de produits phytosanitaires) est paru au Journal officiel du 22 avril. Ce décret met fin aux différentes péripéties législatives traversées par ce texte cet hiver. Le dispositif vise à réduire de 20 % les utilisations de pesticides d’ici 2021, date de fin de l’expérimentation. Il consiste à inciter les distributeurs de produits phytosanitaires à promouvoir et mettre en place des actions visant à diminuer les utilisations de ces produits chez les agriculteurs. Un arrêté publié le 9 mai définit 25 actions standardisées susceptibles de générer des CEPP, dont 15 concernent les grandes cultures.

Des procédures à adapter en biocontrôle

S’ils sont très attendus, les produits de biocontrôle ont du mal à se développer. Le CGAAER (conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux) a examiné les causes de ces difficultés. Il livre ses conclusions dans un rapport diffusé fin avril. Selon lui, il faut clarifier le cadre réglementaire. Cela passe par une meilleure définition de ces substances, qui doivent inclure les substances de base (saccharose, vinaigre…) mais pas les biostimulants. Il faut également adapter les procédures d’autorisation. Pour l’existant, le CGAAER demande à l’Anses (agence de sécurité sanitaire) de présenter un plan d’action afin de rattraper le retard pris dans les demandes de mise en marché. L'organisation conseille par ailleurs de structurer la recherche dans le domaine à l’aide d’une feuille de route ministérielle, qui définirait notamment une gouvernance.

John Deere renonce à Precision Planting

Les autorités américaines de la concurrence ont gagné : John Deere ne rachètera pas Precision Planting, entreprise reprise en 2012 par Monsanto qui l’avait ensuite fusionné à la société Climate Corporation entrée dans son giron l’année suivante. L’opération avait été annoncée en novembre 2015. En août 2016, le département américain de la justice avait fait connaître ses doutes en déposant une plainte contre cette transaction. Ensemble, John Deere et Monsanto auraient contrôlé au moins 86 % du marché des semoirs monograines à grande vitesse, une situation de quasi-monopole. Les deux entreprises ont préféré renoncé à leur opération avant le démarrage de l’action en justice. Prévue pour juin, elle les aurait obligées à engager des frais.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Thierry Royer et Bruno Bremenson, agriculteurs dans l'Orne."Avec une prestation de coupe et déchiquetage assurée par Bois négoce énergie, les haies nous rapportent 12 euros la tonne de bois plaquette." © C. Gloria
Les haies, des atouts agronomiques et une source de revenu
Au-delà de l’intérêt environnemental et agronomique, deux producteurs de grandes cultures de l’Orne valorisent économiquement…
Le mariage de titans entre InVivo et Soufflet pousserait à l'extrême la logique de restructuration à l’œuvre chez les OS. © N. Ouvrard / J. Nanteuil
[Edito] Fusion InVivo-Soufflet, un rapprochement symbolique à plus d'un titre

Pour les initiés, ce n’était pas un mystère : le groupe Soufflet cherchait un repreneur, à défaut de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures