Aller au contenu principal

Les bioagresseurs invasifs se portent bien

La chrysomèle du maïs fait partie des bioagresseurs exotiques venus des États-Unis à l'Europe dans les années 90.
© Inra S. Derridj/W. Jakob

« Une augmentation de 60 % des volumes des échanges agricoles entre 2000 et 2012, un nombre de touristes voyageant hors de leur pays d’origine passé de 120 millions à 215 millions entre 1990 et 2012, le réchauffement climatique : tous les ingrédients sont réunis pour l’exportation forte de bioagresseurs et leur émergence dans de nouveaux pays », expose Jingyuan Xia, secrétaire de la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV).

Cette convention a pour mission de coordonner des actions pour prévenir et contrôler l’introduction et la dissémination d’organismes nuisibles aux végétaux. L’OEPP (1) reprend à l’échelle européenne ces missions et garde à jour une liste des organismes potentiellement invasifs en Europe. Le cas de la bactérie Xylella fastidiosa qui s’attaque à de nombreuses plantes (mais peu aux grandes cultures) a été très médiatisé. Des adventices, maladies et ravageurs sont surveillés de près. « La pyriculariose du riz est une maladie qui touche le blé dans certains pays tropicaux. En France, elle a été décelée sur les ray-grass de pelouses, signale Didier Tharreau, chercheur au Cirad à Montpellier. Le risque est réel de la voir se propager sur blé à terme. »

(1) Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures