Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Les bioagresseurs invasifs se portent bien

La chrysomèle du maïs fait partie des bioagresseurs exotiques venus des États-Unis à l'Europe dans les années 90.
© Inra S. Derridj/W. Jakob

« Une augmentation de 60 % des volumes des échanges agricoles entre 2000 et 2012, un nombre de touristes voyageant hors de leur pays d’origine passé de 120 millions à 215 millions entre 1990 et 2012, le réchauffement climatique : tous les ingrédients sont réunis pour l’exportation forte de bioagresseurs et leur émergence dans de nouveaux pays », expose Jingyuan Xia, secrétaire de la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV).

Cette convention a pour mission de coordonner des actions pour prévenir et contrôler l’introduction et la dissémination d’organismes nuisibles aux végétaux. L’OEPP (1) reprend à l’échelle européenne ces missions et garde à jour une liste des organismes potentiellement invasifs en Europe. Le cas de la bactérie Xylella fastidiosa qui s’attaque à de nombreuses plantes (mais peu aux grandes cultures) a été très médiatisé. Des adventices, maladies et ravageurs sont surveillés de près. « La pyriculariose du riz est une maladie qui touche le blé dans certains pays tropicaux. En France, elle a été décelée sur les ray-grass de pelouses, signale Didier Tharreau, chercheur au Cirad à Montpellier. Le risque est réel de la voir se propager sur blé à terme. »

(1) Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
La tension sur les camions du fait de la cessation d'activité des transporteurs, faute de rentabilité, ou du droit de retrait des chauffeurs, est l'une des principales craintes de la filière. © J.-C. Gutner
Coronavirus : la logistique, maillon fragile de la filière céréalière
Jusqu’ici, la filière céréalière tient bon, mais des craintes émergent sur la pérennité des transports par camion et par train.
La CNDSF craint des pressions pour imposer les semences certifiées en HVE. © Cap Semences
La CNDSF refuse le "tout semences certifiées" dans les filières de qualité
Pour les défenseur de la semence de ferme, les filières de qualité et la certification environnementale ne doivent pas imposer la…
Quel impact du gel printanier sur les colzas et céréales ?
Après un hiver humide avec des températures printanières, le printemps commence avec un vent d’est hivernal. Les cultures sont à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures