Aller au contenu principal

Protection des cours d´eau et sols
Les bandes enherbées contre pollution et érosion

Avec la réforme de la Pac, les bandes enherbées sont au devant de la scène. Leur mise en place vise à protéger les cours d´eau de la pollution par les produits d´épandage et de traitement, mais aussi à freiner l´érosion des sols.


Les bandes enherbées font partie des dispositifs contribuant à réduire les risques de pollution de l´environnement, à diminuer l´érosion des sols et à apporter un semblant de biodiversité dans le paysage agricole. Déjà reprises dans diverses exploitations, les bandes enherbées vont être rendues obligatoires au travers de la réforme de la Pac.

Rétention des matières actives contenues dans les eaux de ruissellement
Des essais menés par Arvalis-Institut du végétal ont démontré qu´une bande enherbée de six mètres de large avait une efficacité de 60 % sur les volumes d´eau de ruissellement, ce qui permet de retenir 85 à 90 % des matières actives contenues dans ces eaux. Sur les produits appliqués « en amont » de la zone enherbée, l´efficacité de rétention d´une bande de douze mètres de large dépasse les 80 % aussi bien pour les nitrates, que les molécules phytosanitaires et les micro-particules solides.
Contre le ruissellement sur la parcelle, la bande agit de plusieurs manières. Elle a d´abord un effet de sédimentation et de filtration. « La rugosité de l´herbe ralentit l´eau qui dépose ses éléments terreux, les plus gros puis les plus fins », explique Dominique Soltner, dans son ouvrage consacré entièrement aux bandes enherbées(1).

Les substances organiques et de synthèse provenant des épandages ou des pulvérisations sont fixées par les débris végétaux et l´humus superficiels. C´est là que la bande enherbée joue à plein son rôle anti-érosif. Le système racinaire des graminées de la bande enherbée favorise la perméabilité du sol. L´activité biologique y est forte. Les résidus organiques et les produits de synthèse y sont dégradés. La bande enherbée remplit ici, sa fonction de lutte contre la pollution.
Si tant est qu´elle soit suffisamment large, la bande enherbée fait office de réceptacle pour les produits phytosanitaires pulvérisés qui sont sujets à la dérive produite par le vent. Ces produits ne risquent pas d´arriver directement dans le cours d´eau.
La zone de végétation non travaillée représente, en plus, un vivier important pour la faune sauvage : vers de terre, insectes auxiliaires, petit gibier.
L´Inao reconnaît que l´irrigation n´est pas incompatible avec la notion de terroir. ©D. R.


Localiser les bandes de façon pertinente
Les bords de cours d´eau, de fossés ou de chenaux sont à privilégier pour la mise en place de dispositifs enherbés. Dans les situations de parcelles en pente, le ruissellement est important et peut avoir un effet destructeur. Les bandes enherbées seront localisées de façon pertinente pour juguler la force du ruissellement : en aval des parcelles, dans l´angle des champs lorsque le ruissellement s´y concentre, à l´intérieur même des parcelles quand celles-ci sont grandes pour couper la vitesse de ruissellement, en fond de vallon où peuvent se créer des ornières. Les bandes seront d´autant plus larges que les conditions sont plus érosives, que la pluviométrie de la région peut se montrer forte et brutale (dans le Midi par exemple), que la pente est forte, que la surface de la parcelle en amont est grande.


La préférence aux graminées pour les semis
L´efficacité de la bande enherbée dépend de la qualité de son implantation et de l´entretien. Généralement, les graminées apportent satisfaction. « Dans notre région, nous privilégions les graminées de longue durée telles que les fétuques, ray-grass anglais, fléoles, dactyles. conseille Dominique Descoureaux, conseillère à la Chambre d´agriculture du Loir-et-Cher. Une fois installée, on est tranquille pour la pérennité. Nous déconseillons les légumineuses en bord de cours d´eau. A côté de bois ou de haies, on peut rechercher un rôle de biodiversité pour la bande enherbée. Dans ce cas, on peut choisir des mélanges de plusieurs espèces avec un pouvoir grainier important pour servir de source de nourriture à la faune sauvage. »

Un broyage chaque automne après l´implantation
« Fin d´été, début d´automne sont les périodes idéales pour ensemencer les bandes, recommande la Chambre d´agriculture de la région Centre dans une plaquette(2). Les graines seront semées à un centimètre maxi sur un sol rappuyé. Un semoir classique suffit pour semer de 15 à 25 kilos/hectare selon l´espèce. Ensuite, le passage d´un rouleau est nécessaire pour assurer une levée rapide et homogène. En détruisant les mottes, il doit freiner le développement des limaces. Le couvert limitera l´érosion hivernale et, pour ce faire, les plantes doivent atteindre trois à quatre feuilles avant les gelées. » La Chambre d´agriculture de la région Centre a estimé le coût d´implantation d´une bande enherbée à
100 euros l´hectare avec l´achat de semences, le travail du sol et le semis.

L´entretien revient à 30 euros l´hectare. « Il consiste en une fauche précoce de nettoyage au premier printemps, conseille la Chambre d´agriculture. Les années suivantes, il faut assurer au minimum une coupe ou un broyage chaque automne. » Pour ces entretiens, la période de nidification des oiseaux sera évitée. En même temps, la fauche ou le broyage doit intervenir avant la montée à graine d´adventices indésirables (particulièrement les chardons et les rumex). Compte-tenu du rôle « purificateur » de la bande enherbée, l´application de désherbants et de fertilisants est à éviter. Dans certains cahiers des charges, elle est même interdite.

(1) « Bandes enherbées et autres dispositifs bocagers », de Dominique Soltner, éditions Sciences et techniques agricoles.
(2) « Des bandes enherbées pour préserver la qualité des eaux », Chambre régionale d´agriculture du Centre.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures