Aller au contenu principal

Les analyses de terre en non labour questionnent

Un gradient d’éléments dans le sol, en particulier en phosphore, peut se former lorsque les terres ne sont pas labourer pendant plusieurs années consécutives. Connu, le phénomène est difficile à évaluer et complexe à intégrer dans les analyses de terre.

En non labour, un certain nombre d'éléments dont le phosphore ont tendance à se concentrer dans les cinq premiers centimètres.
© V. Marmuse

35 % des terres cultivées ne seraient plus labourées, et 2 % seraient semées en direct. Ces chiffres, qui n’ont pas été réactualisés depuis le recensement de 2010, sont probablement plus élevés aujourd’hui. Ils témoignent en tout cas d'un changement de pratique qui n’est pas sans poser question en matière d’analyses de terre. « La littérature montre une augmentation significative de la teneur de la couche de surface en carbone, phosphore et potassium en techniques culturales simplifiées par rapport au non labour », rappelaient en novembre 2015 les auteurs d’une étude réalisée dans le cadre du Gemas (Groupement d'études méthodologiques et d'analyses des sols) relative aux conséquences d’une absence de labour sur les prélèvements de terre pour les analyses de sol. L’un des effets les plus significatifs concerne le phosphore, dont les concentrations augmentent dans les cinq premiers centimètres en cas de non labour prolongé. Peu mobile, cet élément est surtout apporté par la fertilisation. En l’absence de labour, il reste en surface. 

Les cas où le gradient de surface modifie le conseil sont limités

Que les terres soient ou non labourées, les méthodes de prélèvement et les normes d’interprétation des résultats d’analyses de terre ne sont pas aujourd'hui officiellement différenciées. « Toutes les normes utilisées dans les laboratoires ont été établies sur des essais de longue durée en labour, qui se sont arrêtés dans les années 90 », rappelle Bernard Verbeque, responsable du laboratoire d’analyses de sol de la chambre d’agriculture du Loiret. Depuis, ces essais coûteux se sont progressivement réduits. Et aucun travail d'envergure nationale n’a été mené dans la durée sur les sols en non labour. Pour pallier ce manque, le Gemas a donc conduit en 2015 une étude sur 64 parcelles en non labour depuis trois ans ou plus. L’objectif : comprendre si, malgré l’apparition du gradient, il est possible de continuer de faire un prélèvement de terre unique de 0 à 20 cm, méthode classique, ou bien s’il faut deux prélèvements distincts, de 0 à 10 cm et de 10 à 20 cm. Comparaisons entre les deux stratégies faites, « seulement une minorité de parcelles ont une différence de conseil supérieure à 10 kg/ha» en phosphore et en potassium, signalent les auteurs de l’étude dans leur synthèse. Il faut que la répartition des éléments en strate soit significative, ce qui ne survient que dans certaines conditions (voir encadré). Les auteurs ajoutent tout de même que lorsqu’elles existent, « ces différences peuvent être importantes surtout pour les cultures d’exigence forte », telles que la betterave, par exemple. « On n’a pas de réponse facile, confirme Bruno Felix-Faure, responsable agronomie du laboratoire Galys. Le gradient peut aller du simple au double. »

Les conséquences du phénomène sur les plantes sont très difficiles à évaluer. « La question est de savoir si du phosphore concentré en surface permet d’alimenter correctement les plantes, observe Bernard Verbeque. Dans les cinq premiers centimètres, le sol sèche, or il faut de l’eau pour dissoudre le phosphore et pour qu’il aille vers les racines. » Pour les équipes d’Arvalis, cette accumulation en surface pourrait néanmoins être positive, du fait de l’activité microbienne et de l’absence de mélange avec la terre fine qui réduit le risque de voir le phosphore se fixer aux colloïdes du sol. Mais les expérimentations font défaut pour conclure. Pour Bruno Felix-Faure, tout va dépendre des cultures et de la disponibilité en eau. En colza, une situation de sécheresse en début de cycle, au moment où la plante est la plus sensible, peut être nuisible s’il y a un gradient fort en surface. Pour d’autres cultures, les risques surviendront plus tard : « on peut avoir des carences en potasse sur des maïs lorsque le sol est très sec, que les racines de la plante plongent et tombent sur une zone très appauvrie », souligne-t-il par exemple.

Le prélèvement sur 0 à 20 cm reste la norme

Compte tenu des nombreuses incertitudes et du manque de connaissances, les laboratoires préfèrent faire simple. « Dans les situations avec stratification, nous conservons la profondeur de prélèvement historique, indique Matthieu Valé, chez Auréa, soit au moins 15 cm, si ce n’est 20, pour avoir une idée de la fertilité de la zone explorée par les racines. Il y a très probablement des phénomènes de compensation qui se mettent en place en non labour, mais on ne peut pas étayer. » Même stratégie à la chambre d’agriculture du Loiret ou chez Galys : «On conseille le prélèvement de 0 à 20 cm, précise Bruno Félix-Faure. On serait sinon sur un prix deux fois plus élevé. » Chez Auréa, Matthieu Valé est par ailleurs très clair sur les capacités d’analyse en laboratoire : « Nous ne pouvons pas fournir un rapport qui intègre les résultats de deux prélèvements (0 à 10 et 10 à 20, par exemple). Nous n’avons pas de système intelligent qui permettent de concaténer les conseils. Et nous ne disposons pas de références suffisantes. » Pour Bernard Verbeque, les risques d’erreur dans le conseil demeurent toutefois limités : « Les analyses en P comme en K ne sont pas très fines. À 10 kg/ha de plus ou de moins, nous ne sommes pas sur un conseil hyper précis. Et de toute façon, il y a un effet tampon." Autrement dit, les apports ne sont pas valorisés immédiatement par la plante : ils servent à réalimenter le stock du sol, en particulier dans les situations où le sol est bien pourvu. Et des réajustements sont possibles d'une année à l'autre. 

Des laboratoires qui cherchent à mieux intégrer les nouvelles pratiques

L’intégration des nouvelles pratiques comme le non labour questionne fortement les  laboratoires d’analyses de sol. Ils trouvent aujourd'hui leurs limites sur un certain nombre de points mais ne comptent pas en rester là. Au nombre des évolutions à venir, Auréa envisage par exemple de mieux prendre en compte l’état structural des sols. « Les données physico-chimiques du sol donnent un niveau de référence mais d’autres démarches peuvent les compléter, estime Matthieu Valé. Il existe actuellement des méthodes standardisées, mais elles ne sont pas forcément compatibles avec des grands volumes. » Or le laboratoire travaille aujourd'hui à faire sauter ce type de barrière. Le sujet dépasse la question du non labour. « Il y a par exemple un programme de recherche en cours de montage au sein du Comifer, précise Matthieu Valé. L’idée serait d’intégrer dans les calculs les couverts, qui recyclent peut-être des éléments, ce qui modifierait la façon dont ils sont remobilisés par la plante. » La façon de penser les analyses de terre est appelée à évoluer dans les années à venir.

Risque de stratification : les bonnes questions à se poser

Même si les éventuelles corrections à mettre en place restent un peu floues, il peut être intéressant de savoir si oui ou non, une parcelle en non labour présente un risque de stratification des éléments. Dans le cadre du travail mené en 2015 par le Gemas, un arbre de décision a été élaboré. Il repose sur trois questionnements principaux :

- La teneur des dernières analyses était-elle supérieure au seuil d’impasse, à partir duquel il est possible de se passer d’une fumure ? Si non, le sol est donc relativement pauvre en phosphore. Un éventuel gradient se formera plus rapidement qu’en sol riche.

- Depuis combien de temps avez-vous abandonné le labour sur la parcelle ? Il faut au moins cinq ans de non labour en sol pauvre pour voir apparaître un gradient et dix ans en sol riche.

- Avez-vous fertilisé au moins trois fois sur les cinq dernières années pour entretenir la parcelle en fumure de fond ? Le gradient n’apparaîtra que si la réponse est positive. Il sera plus probable (mais pas certain) dans le cas où l'apport a été effectué sous forme d'un amendement organique plutôt qu’une fertilisation minérale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures