Aller au contenu principal

Désherbage mécanique
Le vidéoguidage pour un binage précis et rapide

Les premiers modèles de bineuses vidéoguidées font leur apparition en France. Faisons le point sur cette technique d´avenir encore coûteuse proposée par deux constructeurs étrangers.


L´utilisation d´une caméra pour détecter les lignes de semis est une technique apparue il y a déjà quelques années. En l´appliquant au binage, cela a permis de réaliser un système d´autoguidage très précis de la bineuse sans avoir à réaliser de traces (sillon ou galerie) au moment du semis. Cette technique fait ses débuts en France où la demande se situe principalement chez des agriculteurs biologiques qui souhaitent améliorer leur débit de chantier de désherbage mécanique, notamment dans les cultures à l´interligne réduit.
Deux constructeurs étrangers proposent le vidéoguidage de bineuse. Le Britannique Garford construit une bineuse complète au nom futuriste Robocrop avec son propre système de guidage intégré. Le Danois Eco-Dan propose quant à lui le système ATC(1) adaptable sur une bineuse existante ou neuve.
La précision de la bineuse vidéoguidée permet d´intervenir de manière précoce sur des cultures à faible écartement ©ici, du lin oléagineux semé à 18 centimètres. ©M. Portier

Une ou deux caméras qui analysent les couleurs
Leur principe de fonctionnement est basé sur l´analyse d´images issues d´une caméra vidéo en quadrichromie de manière à comparer les niveaux de couleurs de la végétation. Ainsi, la plante cultivée est identifiée par sa couleur différente de celle des mauvaises herbes. « L´analyse de l´image est très fine, si bien que des différences de vert invisibles à l´oeil nu sont détectées par le système » assure Éric Vecten, directeur de la société Agrilead(2) qui importe la machine Garford.
L´ATC d´Eco-Dan peut recevoir une caméra double destinée aux cultures comme la betterave pour laquelle des manques peuvent apparaître sur le rang, le système se réfère alors à deux lignes de référence. La caméra de la machine Garford dispose d´un large champ de vision qui se réfère à plus d´une ligne de semis. Par ailleurs, le raccord entre deux passages de semoir n´étant pas régulier, il est préférable de travailler sur la même largeur au semis et au binage.
A partir de l´analyse de l´image vidéo et d´une indication d´écartement, le boîtier électronique génère des lignes qui permettent ensuite de guider la bineuse. Le guidage consiste à déplacer latéralement la bineuse afin d´assurer le centrage des dents dans l´interligne. Plusieurs solutions techniques sont proposées. La tête d´attelage de la bineuse Robocrop intègre un vérin hydraulique double effet assurant le déplacement d´un deuxième bâti qui supporte les éléments de binage. Le vérin est commandé par des électrovannes, elles-mêmes actionnées par le signal de guidage du boîtier électronique.
La caméra vidéo de la bineuse Garford est montée sur un mât afin d´ajuster sa hauteur et donc son champ de vision, en fonction de la hauteur et de l´écartement de la culture. ©M. Portier

Une précision de deux centimètres dès la levée
Eco-Dan reprend le même principe pour son dispositif de double bâti. Le premier bâti est solidaire de l´attelage trois points du tracteur et le second supporte la bineuse.
Le constructeur danois propose également deux autres systèmes, soit sur le relevage 3 points du tracteur, soit par des disques de guidage montés sur la bineuse.
Le vidéoguidage assure une précision de l´ordre de deux centimètres. Étienne Biberon, directeur de la société Agronomic(3) et importateur du système Eco-Dan, reconnaît cependant que « dans des conditions critiques de luminosité ou encore lors d´une forte invasion de mauvaises herbes de couleur très proche de la plante cultivée, le système commet parfois des erreurs. Il ne permet pas non plus une intervention avant la levée de la plante ». Il modère toutefois ses propos en indiquant que « le vidéoguidage n´en n´est qu´à ses début, il va encore bénéficier d´amélioration, son développement ne fait aucun doute ».

En effet, seules deux bineuses vidéoguidées travaillent actuellement en France. Éric Vecten tient à préciser que « plus de cinquante bineuses Robocrop ont été vendues à travers le monde ». Le coût de ces machines est le principal frein à leur développement. « Un modèle de trois mètres coûte environ 20 000 euros » note l´importateur.
Le vérin hydraulique de déport est actionné par un bloc électrovannes. ©M. Portier

(1) Advanced Tool Control.
(2) Agrilead Sarl, Edrolles, 02210 Billy-sur-Ourcq. Tél. 03 23 71 18 95.
(3) Agronomic, 09190 Amifontaine. Tél. 03 23 22 72 72.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
En agriculture de conservation des sols et en semis direct, le glyphosate pourrait être autorisé avec une limitation de dose. © Arvalis
Glyphosate : vers une interdiction en labour et maintien à dose réduite en non-labour
Selon les usages, la molécule devrait être interdite ou autorisée avec de fortes réductions des doses. L’agriculture de…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures