Aller au contenu principal

QUALITE DES POMMES DE TERRE
Le tri optique vous fait gagner du temps

Les trieurs optiques permettent de trier une récolte de pommes de terre en plusieurs lots, selon différents critères de qualité prédéfinis.

Avant leur commercialisation, les pommes de terre sont calibrées, nettoyées et surtout triées. Cette dernière étape est importante mais coûteuse en main-d’oeuvre, d’où l’intérêt d’utiliser un trieur optique.Apparues il y a une dizaine d’année, ces machines ont profité de l’évolution des performances informatiques pour améliorer la régularité et la qualité du tri à des cadences de travail toujours croissantes. Les trieurs, autonomes, nécessitent toutefois le paramétrage et le contrôle visuel de l’homme pour rattraper toutes erreurs d’analyses ou de mauvaises éjections. Quoi qu’il arrive, les pommes de terre doivent être lavées pour pouvoir être ensuite correctement examinées par le trieur optique. « Une machine trie entre 10 et 30 tonnes par heure, selon le modèle du trieur et le calibre des tubercules » précise Michel Martin, ingénieur chez Arvalis-Institut du végétal.

TRAITER AU MOINS 10 000 TONNES
Deux technologies différentes équipent les machines. Il y a celles équipées de caméras LCD qui analysent à plusieurs reprises les tubercules sur un fond d’image de couleur homogène. Ou celles bénéficiant de deux rangées de diodes électroluminescentes qui analysent le tubercule au vol, lors de sa chute. Toutes les machines trient les tubercules verdis, endommagés, pourris… Elles permettent la constitution de différents lots selon la qualité et parfois même le calibre des tubercules. Il suffit alors de déterminer un seuil d’acceptabilité pour chaque défaut. Ces automates nécessitent un entretien régulier des rouleaux, des objectifs ou des diodes. « Un trieur optique coûte de 100 000 à 200000 euros, voire plus selon le modèle. À cela il est nécessaire d’ajouter le coût de l’aménagement de la ligne de lavageconditionnement pour intégrer le matériel. De ce fait leur rentabilité passe par une capacité de conditionnement annuelle suffisamment importante. Ces machines semblent ainsi destinées aux négoces, collecteurs, conditionneurs ou producteurs- vendeurs spécialisés traitant au moins 10000 tonnes de pommes de terre par an » souligne Michel Martin.

EN BASSE-NORMANDIE

« Un quart d’heure à deux pour trier une tonne de grenailles »

Les établissements Duchemin, installés à Tourville-sur-Odon dans le Calvados, commercialisent 12 000 tonnes de pommes de terre par an. Et ce chiffre semble appelé à s’accroître. Pour trier la production, l’entreprise a en effet investi dans un système optique électronique de marque Odenberg, qui trie les tubercules au vol. « Je souhaitais un trieur optique peu encombrant », explique Christian Duchemin. L’outil tourne depuis le 10 juillet dernier. « Nous bénéficions d’une capacité de production plus importante et d’une meilleure qualité du tri. » La machine est fiable, elle ne fatigue pas et ne se trompe pas. « Pour trier une tonne de petites pommes de terre comme les grenailles, je prévoyais 1 heure15 et quatre personnes. À ce jeulà, le trieur optique est imbattable. Pour la même quantité : comptez un quart d’heure et deux salariés », précise l’entrepreneur.
BIENTÔT 15 000 TONNES
La machine remplace les hommes. Ou plutôt, elle les aide car Christian Duchemin s’est engagé à ne pas licencier. « Nous programmons d’augmenter notre volume de 10 % dans les deux ans à venir. Sur les cinq dernières années, nos prix de vente n’ont pas augmenté. Nous devons nous développer pour diluer nos charges », explique Christian Duchemin. L’outil contribue à l’objectif de qualité de l’entreprise, « la vue est le premier critère d’achat. Nous nous battons davantage sur la qualité que le prix », résume l’agriculteur-entrepreneur. Vincent Motin, Réussir-L’Agriculteur Normand

Les plus lus

Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Betteraves touchées par la jaunisse en 2020 - La dérogation pour l'utilisation des néonicotinoïdes va s'accompagner de restrictions fortes concernant la rotation. Reste à savoir si cela dissuadera les planteurs de maintenir leurs surfaces en betteraves. © G. Omnès
Betteraves/néonicotinoïdes : un projet d’arrêté contraignant pour les rotations
Le projet d’arrêté encadrant l’usage des néonicotinoïdes en traitement de semences sur betteraves vient d’être publié pour…
 © C. Baudart
Comment réussir son départ en retraite quand on est agriculteur ?
Dans combien de temps partirez-vous à la retraite ? Quels seront vos revenus ? Que devient votre exploitation ? Des questions à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures