Aller au contenu principal

Réussir Grandes Cultures : le média des céréaliers

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Fongicides
Le traitement antisclérotinia pour lutter contre les autres maladies du colza

Oïdium, mycosphaerella, alternaria, cylindrosporiose… Le traitement antisclérotinia au stade G1 a le mérite de pouvoir avoir des arrières effets sur d’autres maladies. Mais pas toujours.

La cylindrosporiose a été très présente lors de l'année humide 2016.
© Terres Inovia

Oïdium omniprésent dans le Sud

L’oïdium est plutôt une maladie du Sud qui survient quand le printemps est chaud et sec. Dans les attaques les plus sévères, l’impact atteint les 10 q/ha. Après un traitement fongicide au stade G1, une seconde application pourra être nécessaire en cas d’apparition de taches étoilées de mycélium blanc sur le feuillage. La période d’apparition est large, variant de fin février au mois de mai. Plus elle est tardive, moins l’impact est important. La protection antioïdium doit être systématique dans le Sud méditerranéen, à partir de la floraison. Le prothioconazole est la substance active la plus efficace.

Mycosphaerella et alternaria sur les siliques

Le mycosphaerella affectionne douceur et humidité et la maladie se signale parfois dans le Centre et l’Ouest. De fortes attaques provoquent jusqu’à 15 % de pertes de rendement avec une nuisibilité qui porte surtout sur les siliques (taches grises ponctuées de noir). La double application de produit peut se justifier dans certains cas. Les fongicides triazoles sont généralement efficaces, tels ceux qui sont utilisés contre l’oïdium.
Idem pour l’alternaria qui peut se rendre responsable de petites taches circulaires sur les siliques, quand se succèdent des épisodes de fortes pluies et de chaleur. Attention aux délais avant récolte (DAR) de certains produits qui sont parfois proches de deux mois et qui imposent des traitements avant le 10 mai.

Cylindrosporiose à la faveur d’une pluviosité qui dure

On l’avait presque oublié. Champignon qui aime les fortes humidités, la cylindrosporiose a fait un retour remarqué en 2016, année de forte pluviosité à l’automne et au printemps. Elle avait presque disparu des radars mais une attaque généralisée en Europe prouve qu’il demeure « un fond de cuve » de ce parasite. Il existe une tolérance de certaines variétés à ce pathogène mais les attaques de 2016 ont révélé que la moitié d’entre elles s’avéraient sensibles. La cylindrosporiose se signale par des taches décolorées puis beiges à fauves sur les feuilles. L’impact sur le rendement peut dépasser les 5 q/ha. Les fongicides triazoles fonctionnent bien contre cette maladie. À surveiller en cas de conditions pluvieuses sur la durée : cela n’en prend pas le chemin pour cette campagne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Rodolphe Lormelet, agriculteur à Versainville. "Les jachères mises en place pour favoriser la biodiversité sont bien perçues des chasseurs, des riverains..." © L'agriculteur normand
Environnement/PAC : des jachères SIE pour une biodiversité utile en agriculture
Des jachères dites « mellifères » ont été conçues pour alimenter les insectes pollinisateurs avec des avantages en termes de…
Avec des blés semés tard et des variétés tolérantes aux maladies, le premier traitement fongicide est souvent retardé au stade "dernière feuille étalée". © L. Vimond
Fongicides céréales : Protéger ses blés des maladies pour moins de 20 euros
Les semis tardifs et le recours à des variétés de blé tolérantes aux maladies autorisent une protection fongicide efficace à…
L'ambroisie se développe fortement dans le Sud-Ouest en plus d'être déjà bien installé dans la vallée du Rhône. © G. Omnès
Désherbage : empêcher datura et ambroisie d'empoisonner le maïs
Dans certaines régions, il faut compter dorénavant sur les infestations de datura et d’ambroisie en cultures d’été. Le maïs…
Du fait d'une approche purement quantitative et non qualitative, le système des SIE pousse les agriculteurs à respecter la réglementation a minima. © C. Gloria
Haies, couverts, jachères... : les principales infrastructures reconnues comme surfaces d'intérêt écologique en grandes cultures
La France a opté pour un large choix d’éléments autorisés au titre des surfaces d’intérêt écologique. Ce « catalogue »  inclut…
Après vingt ans de non-labour, François-Xavier Déchamps a opté pour une charrue déchaumeuse pour faire face aux graminées résistantes et à la fin annoncée du glyphosate. © G. Omnès
Charrue déchaumeuse : le bon compromis agronomique grâce au labour à faible profondeur
Efficiente dans la gestion des adventices grâce au retournement du sol, mais tout en conservant la matière organique dans les…
Le reliquat de sortie d'hiver permet de déterminer précisément les fournitures en azote par le sol et d’établir la dose optimale d'azote.  © C. Baudart
Pilotage de la fertilisation des céréales : bien mesurer son reliquat sortie d’hiver d'azote
Faire un prélèvement de sol en vue d’un reliquat de sortie d’hiver n’a rien de compliqué. Mais s’il est mal fait, la mesure est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures