Aller au contenu principal

Oléagineux
Le tournesol se tourne vers l´industrie

Une culture vouée aux débouchés industriels et armée génétiquement pour contrer les maladies... la voie est tracée pour le tournesol. Le raisonnement de la fertilisation, de l´irrigation et du désherbage en assurent la rentabilité.


Le tournesol s´était forgé une réputation de culture sur laquelle on ne pouvait pas dégager de revenu. « Cette barrière psychologique a été cassée chez les agriculteurs. Nombre d´entre eux ont intégré durablement le tournesol dans leur système cultural », assure Thierry André, Soltis(1).
« Sur le plan variétal, des progrès notables de tolérance ont été réalisés sur l´ensemble des maladies. Grâce à cela, les rendements se sont stabilisés et atteignent un niveau de 25 quintaux à l´hectare malgré une culture qui a été de plus en plus réservée aux terres à faible potentiel », constate Xavier Pinochet, Cetiom.
« L´ensemble du paysage variétal a été reconverti en tournesols résistants au mildiou en trois ans, ajoute le spécialiste de Cetiom. En 2002, 97 % des variétés cultivées possèdent ce caractère ».

Le champignon du mildiou est complexe
Vis-à-vis du mildiou, qui se caractérise par plusieurs races, il ne faut pas baisser sa garde. « La résistance au mildiou reste un axe fort de nos recherches. Ce champignon est complexe ; il mute et de nouvelles races sont susceptibles d´apparaître. Nous sentons déjà les prémices de contournement de résistance des variétés actuelles par le mildiou, signale Thierry André. Nous sélectionnons donc des variétés à résistance basée sur plusieurs gènes qui apporteront une solution durable aux producteurs contre le mildiou. Cette résistance s´apparentera plutôt à une tolérance. L´agriculteur devra s´habituer à voir quelques pieds touchés par le pathogène ».
Concernant le phomopsis, après le début des années 90 à forte infestation, les efforts génétiques ont été importants. Pour Xavier Pinochet, c´est même « une grande réussite des semenciers ». Actuellement, les variétés tolérantes sont légion.
Le sclérotinia semble être passé devant le phomopsis dans les priorités de la sélection variétale. Avec la recherche de gènes de résistance au sclérotinia du capitule ou simplement la localisation dans le génome des facteurs de résistance.

Un marché industriel rémunérateur
Quand on fait une projection sur les années à venir, Thierry André n´hésite pas à affirmer : « Le tournesol sera typiquement une plante industrielle. La qualité de l´huile est un critère sur lequel la recherche va se développer. Des tournesols avec des huiles riches en divers acides gras tels que les acides stéarique, palmitique, linoléique... sont déjà connus à travers des mutations. Il existe des usages potentiels pour ce type d´huile en industrie. » Le marché oléique est là pour témoigner de l´usage industriel avec des surfaces de culture qui augmentent et un choix de variétés conséquent.
L´alimentation humaine avec la recherche de produits meilleurs pour la santé - c´est à la mode - est un élément mis en avant par les semenciers dans la mise au point de nouvelles variétés.

Exemple cité par Thierry André : « Des tournesols à huile enrichie en tocophérol-stérol qui ne sont autres que des anti-oxydants naturels, dont la vitamine E, très intéressante pour la santé. On peut imaginer l´usage de ce type d´huile pour la confection de margarine naturellement enrichie en vitamine E. » Ce genre de variétés pour des marchés spécifiques n´apparaîtront pas sur le marché avant cinq ans. « Avec des rendements en grains équivalents à ceux d´hybrides classiques, un tel type de variété apportera de la valeur ajoutée aux producteurs, de trente à soixante euros à l´hectare », estime le sélectionneur.

Analyser les caractères pour le rendement
La progression de rendement et sa régularité découlent entre autres de la meilleure tolérance des variétés aux maladies. Des chercheurs à l´Inra travaillent sur le déterminisme des caractères facteurs de rendement. « Plus un travail d´agronome ou d´écophysiologiste que de généticien, tient à préciser Philippe Debaeke, chargé de recherches à l´Unité d´agronomie de l´Inra de Toulouse. Notre but est de répondre à la question : quelle variété pour quelle conduite de culture ? Les sélectionneurs ont tendance à rechercher des variétés passe-partout. Nous voulons trouver des variétés adaptées à certaines conduites de cultures, en particulier par rapport à des critères de disponibilité en eau et en azote ».

Les types variétaux sont identifiés sur l´architecture foliaire, sur la teneur en azote dans les feuilles... Selon la conduite culturale, il sera possible de déterminer le type variétal le mieux adapté. En même temps, une fois déterminés les critères explicatifs du rendement, ces indicateurs pourront être utilisés pour orienter la sélection du tournesol vers les variétés le plus productives pour des situations culturales précises. Tolérance aux maladies, diversification de qualité des huiles, rendement : le producteur a toutes les cartes en main pour apporter du soleil dans son portefeuille.




(1) Joint venture de recherche à 40 % Limagrain et 60 % Euralis.




Cet article est extrait du dossier &quote;Oléopro&quote; de Réussir Céréales Grandes Cultures du mois de mai : 34 pages sur les enjeux , innovations, débouchés et perspectives des oléagineux et protéagineux en France et dans le monde.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures