Aller au contenu principal

Le taux de semences certifiées reste stable en blé

Les semences certifiées ont occupé 57 à 58 % des hectares de blé tendre ces trois dernières années. La proportion est plus élevée sur les autres céréales.

Une proportion de 57,6 % pour la campagne 2014-2015 contre 57,3 % l’année précédente et 58 % environ aux semis 2012 : le taux de semences certifiées est on ne peut plus stable en blé tendre. Commandée par le Gnis, l’analyse a été établie par l’institut BVA en février dernier auprès de 602 agriculteurs cultivant plus de 5 hectares de blé tendre. Entre les semis 2008 et 2014, les semences certifiées ont été utilisées à des taux compris entre 51 et 58 %. Avec une augmentation des surfaces de blé tendre de 150 000 hectares environ en 2014-2015 par rapport à la campagne précédente, le marché des semences certifiées a progressé de 3,2 %. Mais pour les prochains semis, les intentions d’utilisation de ces semences seraient en baisse, selon l’analyse BVA.

Le Centre moins utilisateur que les autres régions

Une vision de la situation au niveau régional permet de voir que l’Ouest et le Sud s’affichent comme de « bons élèves » du Gnis avec 64 % de semences certifiées tandis que le Centre reste la région où les semences de fermes sont les plus utilisées avec près de 60 % des surfaces pour celles-ci. En ce qui concerne les autres céréales, les trois quarts des hectares de blé dur sont semés avec des semences certifiées (73,8 % précisément). C'est quasiment autant pour les orges d’hiver (75,4 %). Quant aux triticales, le taux fléchit un peu à 63,4 % pour une surface qui approche les 400 000 hectares.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures