Aller au contenu principal

Interview de Jean-Claude Balbot
« Le système qui consomme des capitaux consomme des paysans »

Pour Jean-Claude Balbot, éleveur dans le Finistère et administrateur de la Fédération nationale des Civam (centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural), l’investissement excessif sur les fermes, incité par le système fiscal, fragilise la durabilité des exploitations.

Le réseau Civam plaide pour une reconquête de l’autonomie des fermes. Par quels biais ?
Il faut repenser les systèmes pour qu’ils maximisent de façon réelle, économique, sans biais fiscaux, les ressources de l’exploitation. Il faut tenir un raisonnement purement économique : voilà les moyens dont je dispose, comment puis-je produire de la façon la plus rationnelle possible ? L’autonomie passe par la captation de la plus-value, et celle-ci provient avant tout de la diminution des dépenses et de la maîtrise de l’immobilisation en capital.

Vous estimez que l’agriculture consomme trop de capital ?
Dans le réseau Civam, nous constatons que les fermes les plus solides sont celles qui optimisent toutes les ressources de l’exploitation, et notamment celles qui sont les plus économes en capital. Elles sont plus robustes que des exploitations qui vont faire un résultat très important une année donnée parce que les cours sont bons, et qui sont poussées à surinvestir par le système comptable. Si les années suivantes sont mauvaises, ce matériel ou cette surcharge d’immobilisation ne pourra plus être amorti. Cela conduit à un capital surdimensionné par rapport à un raisonnement de rentabilité purement économique. Les exploitations de capital, c’est que la décision n’est plus au niveau du paysan.

Les exigences réglementaires, notamment pour réduire les pesticides, ne poussent-elles pas à toujours plus d’investissement ?
Ce n’est pas la technologie qui va résoudre le problème. En faisant les bons choix agronomiques, en observant ses parcelles, en travaillant en groupe, on peut adapter ses interventions. Cela n’impose pas d’avoir du matériel de pointe, mais de repenser globalement son système. Des études de l’Inra dans le cadre d’Écophyto nous ont donné raison sur ce point. De notre point de vue, l’environnement ne doit pas être une raison d’investir encore plus de capital, y compris pour produire de l’énergie. C’est aussi pour cela que nous ne nous retrouvons pas dans l’agriculture écologiquement intensive, qui exige un stock de matériel invraisemblable : arrosage goutte à goutte, GPS, bineuses de haute précision, électronique embarquée… C’est encore 100000 euros par exploitation! On cherche à améliorer à la marge l’impact environnemental, au lieu de repenser le système. C’est le retour de l’agriculture raisonnée, avec des coops qui veulent vendre un peu moins d’intrants mais plus de service pour préserver leur chiffre d’affaires. Cela manque de sobriété. Le dernier recensement agricole démontre que la course à la taille se poursuit… Je ne sais pas jusqu’à quel point on peut aller dans ce sens écologiquement et économiquement. Si l’on fait disparaître le travail et les paysans au nom de la productivité, il y a un moment où cela va coincer. Il faut également voir le coût actuel pour le budget de l’État de ces politiques d’incitations fiscales qui permettent aux paysans de renouveler le matériel en permanence.

Par temps de crise, des mécanismes fiscaux comme la DPI et l’exonération des plus-values peuvent-ils perdurer ?
Il va arriver un moment où on sera obligé de changer de système. Il y a aussi la question de l’installation des jeunes. Dans les fermes où le capital est moindre, le repreneur n’est pas placé dans une situation de difficulté. Il s’agit de choix idéologiques, et non économiques. Or le système qui consomme des capitaux consomme des paysans, et pour moi c’est un problème.

Les plus lus

Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Tous les produits contenant  du métaldéhyde sont taxés.
Antilimaces : pour le métaldéhyde, coût augmenté et stockage obligatoire en local phyto
A compter de cette année, les produits à base de métaldéhyde font l’objet de taxes spécifiques et d’obligation de stockage en…
Quelle que soit la période d’intervention, il faut que la culture ait un stade d’avance par rapport à l’adventice pour que le passage de la herse étrille soit réellement efficace.
Désherbage mécanique : bien régler la herse étrille pour un maximum d’efficacité
Quel que soit le système de production agricole, la herse étrille est un outil efficace si elle est utilisée dans des conditions…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures