Aller au contenu principal
Font Size

Le sorgho blanc, une niche difficile à organiser

La grande majorité du sorgho produit en France, des variétés à grains roux, part dans le débouché alimentation animale « tout venant ». Mais il existe également un créneau pour le sorgho à grains blancs, utilisé en oisellerie, un débouché à plus forte valeur ajoutée. Mais sur ce marché très étroit, il est très difficile de réguler l'offre et la demande.

Situés surtout en Europe du Nord (Belgique et Royaume-Uni, notamment), mais également au Portugal ou en Espagne, les acheteurs recherchent avant toute chose une production de qualité, et préférentiellement des grains blancs. « Nous collectons en moyenne moins de 1 000 tonnes de sorgho par an, décrit Pierre-Antoine Allard, chez Océalia. Jusqu’à présent, tout part dans ce débouché, pour en moyenne 5 à 10 euros par tonne de plus qu’en maïs ». Pour le professionnel, la production est rentable lorsque le prix dépasse de 10 euros par tonne celui du maïs. « Nous avons un travail à faire sur le grain, qui comprend le coût logistique, car nous rapatrions toute la collecte sur un seul silo, le nettoyage et le tri, explique-t-il. On perd entre 4 et 8 % de la production ». La marge est étroite et la concurrence rude car « dès que la production augmente, le marché de l’oisellerie se casse la pipe ! », résume Richard Sié, à la CRL.

Des acheteurs qui n’ont pas intérêt à contractualiser

Problème : sur ce marché encore moins qu’ailleurs, les acheteurs n’ont aucun intérêt à contractualiser. « Ils achètent un camion de temps en temps en fonction de leurs besoins, souligne Pierre-Antoine Allard. On négocie le prix à l’instant T ». Comme en sorgho roux pour l’alimentation animale, les collecteurs n’ont donc pas de visibilité sur le marché et ne peuvent anticiper en amont avec leurs producteurs. « Quand la filière est structurée, on arrive à maintenir la valeur ajoutée mais pas quand elle est plus ouverte », regrette Pierre-Antoine Allard. Le professionnel redoute une explosion des surfaces. « Les prix sont bas sur la plupart des produits depuis trois-quatre ans, et la tendance des agriculteurs consiste à chercher des productions alternatives, explique-t-il. Dans notre région, la diversification des cultures repose sur une logique économique, pas agronomique. Or ces marchés de niche ne supportent pas les hausses de production. En millet, par exemple, les prix sont passés en six à huit mois de 265 à 180 euros la tonne ». Pour l’instant, l’intérêt des producteurs de la coop pour le sorgho demeure modeste… ce que Pierre-Antoine Allard voit plutôt comme une chance.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures