Aller au contenu principal
Font Size

OLÉAGINEUX
Le soja cherche sa voie

Sur un marché de soja erratique, la rumeur de teneurs importantes de mycotoxines dans le maïs américain a fait bondir les cours de l’oléagineux.

Fausse alerte ou amorce d’une tendance lourde ? À la mi-novembre, le marché américain du soja décollait brutalement après des semaines de tergiversations. Le 12 novembre, le tourteau gagnait 4 % à Chicago, entraînant à sa suite le colza sur Euronext, qui bondissait de plus de 3 euros. Ce sursaut a été alimenté par des craintes concernant la qualité du maïs outre-Atlantique. Car aux États-Unis, le ciel est tombé sur la tête de farmers. Des pluies diluviennes —jusqu’à deux fois la normale dans de nombreux secteurs de la Corn Belt et des Grandes Plaines — se sont abattues sur des parcelles de maïs et de soja qui n’attendaient plus que l’entrée en piste des moissonneuses et des corn-pickers. L’avancement des chantiers de récolte en a donc été entravé. Au 1er novembre, date à laquelle 85 % du soja est habituellement à l’abri dans les silos, seulement la moitié des grains avait été rentrée. En maïs, le compteur n’arrivait qu’à un quart de la collecte, 46 % en dessous de la moyenne des cinq dernières années, soit un mois de retard ! Certains analystes s’alarmaient fin octobre devant « la moisson la plus tardive depuis trente ans ».

RÉCOLTES RETARDÉES

Si la situation est délicate pour le soja, elle s’avère plus critique encore pour le maïs. Compte tenu de l’humidité extrême des grains, le goulet d’étranglement au niveau des séchoirs n’a pas permis un redémarrage début novembre, lorsque les conditions climatiques se sont améliorées. Le 12 novembre, la rumeur s’est alors propagée sur les marchés: des teneurs significatives en DON ont été décelées dans nombre d’échantillons. Cette mycotoxine, produite par des champignons du genre Fusarium, pénalise les performances des élevages quand elle se trouve dans l’alimentation des animaux. La nouvelle a aussitôt fait chuter le cours du maïs américain, et a redonné des couleurs au soja, bénéficiaire présumé des phénomènes de substitution à l’oeuvre dans les usines d’aliments. Ce rebondissement a affolé un marché du soja qui peinait à trouver une tendance. Du côté des fondamentaux, le fait marquant demeure la récolte record à l’échelle mondiale, qui pourrait monter à plus de 250 millions de tonnes.

STOCKS ASSÉCHÉS

Le retard à l’allumage de la récolte aux États-Unis, producteur numéro un, a fait craindre pour les rendements, mais le dernier rapport du département américain à l’agriculture a balayé les doutes : le soja US afficherait un rendement moyen inédit, à plus de 29 quintaux à l’hectare. Combinée à des surfaces en progression, cette productivité propulserait la production à plus de 90 millions de tonnes, contre 80 l’an passé. Reste à lever l’inconnue des récoltes sud-américaines pour confirmer le chiffre de 250 millions de tonnes à l’échelle mondiale, alors que l’on n’en est qu’au stade du semis. Celui-ci s’est déroulé dans de bonnes conditions au Brésil, où l’USDA prévoit une grosse récolte de 63 millions de tonnes. L’Argentine devrait effectuer son grand retour, après une année de disette — 32 millions de tonnes de soja collectées seulement l’an passé pour cause de sécheresse — mais l’épée de Damoclès climatique demeure. Une récolte mondiale abondante ne serait pas superflue pour regonfler des stocks qui se sont évaporés lors des dernières campagnes. Ils ont plongé au niveau critique de 42 millions de tonnes à l’issue de 2008-2009, avec seulement 3,8 millions de tonnes pour les États-Unis.

ARGENTINE : L'espoir d'une récolte record menacé par la sécheresse

En Argentine, les surfaces en soja profitent de la désaffection pour le blé et le maïs, pour culminer à 19 millions d'hectares. L'USDA anticipe ainsi une récolte de 53 millions de tonnes pour le troisième producteur mondial.
Mais la sécheresse risque de déjouer les pronostics. Elle gêne les semis qui prennent du retard. La fenêtre de tir optimale s'est déjà refermée dans plusieurs secteurs, laissant présager des baisses de rendement. L'analyste Oil World joue déjà les Cassandre, évoquant une production d'au mieux 50 millions de tonnes, et susceptible d'être rabotée dans les semaines qui viennent.

ÉCHANGES : La boulimie chinoise

Selon l'USDA, les importations chinoises de soja devraient se maintenir à un haut niveau sur la campagne qui débute, autour de 40 millions de tonnes. Une boulimie qui profite aux États-Unis, dont les exportations vont encore s'accroître cette année. Dopées par un dollar faible et une concurrence internationale amoindrie, les expéditions américaines ont établi un record en octobre. En dix semaines de nouvelle campagne, les ventes de soja de l'Oncle Sam à destination de la Chine totalisaient 60 % des affrètements de l'an passé toutes destinations confondues.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures