Aller au contenu principal

STRATÉGIE DE VENTE
Le seuil de commercialisation permet de piloter ses ventes

Pour avoir une vision globale de la gestion de ses ventes, le calcul du seuil de commercialisation par culture est un outil d’aide à la décision indispensable. Sa valeur doit être affinée tout au long de la campagne.

Le temps est venu de préparer les prochains assolements et de finaliser le calcul des seuils de commercialisation de la récolte 2010.Malgré l'évolution des offres de commercialisation sur le marché physique ou à terme par les acheteurs, la prise de décision de commercialiser sa production est de plus en plus difficile. Il est indispensable que le chef d'entreprise détermine une stratégie de vente par rapport à ses besoins de trésorerie, sa capacité de stockage, sa localisation et sa capacité financière à spéculer. Pour prendre position, calculer son seuil de commercialisation se révèle un outil d'aide à la décision indispensable.

 

 

 

QU'EST-CE QU'UN SEUIL DE COMMERCIALISATION ?

C'est le niveau à partir duquel l'exploitant doit vendre sa récolte pour couvrir l'ensemble de ses engagements financiers. Le seuil de commercialisation est un outil d'anticipation puisque l'on fixe des objectifs de besoin de trésorerie. La trésorerie est l'ensemble des charges hors amortissements, des échéances d'emprunts professionnelles et privées et de l'ensemble des besoins familiaux. La politique de financement des investissements, du fonds de roulement et le souhait de constitution d'une épargne doivent aussi être pris en compte. Par ailleurs, les sommes perçues en dehors des ventes, constituant un gain de trésorerie, doivent être déduites des engagements financiers. C'est notamment le cas des aides PAC, de prestations accessoires, des ristournes ou de toutes autres subventions d'exploitation.

QUEL AVANTAGE POUR LE CHEF D'ENTREPRISE ?

Son intérêt est de connaître le prix d'équilibre à partir duquel on gagne de l'argent et d'orienter son assolement en fonction de la rentabilité des cultures, voire de faire des arbitrages sur la rotation et les filières locales (par exemple meunerie ou alimentation animale). Le seuil de comme r c i a l i s a t ion permet éventuellement de déceler des problèmes de gestion conjoncturels (volatilité des intrants, fiscalité liée aux résultats) ou structurels (concernant le foncier ou le matériel) dont souffre l'entreprise. La bonne gestion de la commercialisation dépend de ce seuil. En son absence, il est difficile de décider d'un acte de vente à l'aveugle. La difficulté est qu'il peut varier dans le temps à cause de l'évolution du prix des intrants, de leurs applications, du coût d'entretien du matériel et des rendements. C'est pourquoi il faut l'affiner au fil de la campagne de commercialisation.

QUE FAIRE SI LE PRIX OBJECTIF EST AUDESSUS DU PRIX DE VENTE ?

Il faut d'abord se demander si c'est à cause de la conduite des intrants, d'un outil de travail surdimensionné, de la fiscalité ou de besoins privés trop élevés ? L'analyse du seuil de commercialisation peut remettre en cause une partie de la gestion du système d'exploitation, tant sur le plan technique qu'économique. Le calcul d'un seul seuil de commercialisation atteint ses limites lorsque le prix de marché ne couvre pas les engagements financiers. Afin de conduire au mieux sa gestion, il est alors judicieux de fixer deux seuils de commercialisation : Le seuil « point d'équilibre » correspondant à tous les engagements financiers de l'entreprise et de l'exploitant, qui ne peuvent pas être décalés dans le temps. C'est un seuil sécuritaire. Le seuil « souhaitable » correspondant au seuil point d'équilibre auquel on ajoute des objectifs supplémentaires, notamment l'épargne, la constitution d'une marge de sécurité et les investissements. C'est un seuil raisonné. Grâce à ses deux critères, l'agriculteur dispose d'une fourchette dans laquelle les prix peuvent varier. L'acte de vente est facilité car l'exploitant peut se situer par rapport à ses objectifs aussi bien lorsque le prix de vente est faible - il est alors dans le raisonnement de limiter les pertes - que lorsque le prix de vente est élevé - l'idée est alors de ne pas spéculer à l'aveuglette. C'est exactement ce qui explique pourquoi la majorité des agriculteurs n'ont pas décidé de vendre toute leur récolte de blé à 145 euros/tonne en 2009. Le prix était-il trop faible ?

ÉTABLIR UN TABLEAU DE BORD

En parallèle de la rentabilité relative à une culture, il est nécessaire de suivre sa commercialisation avec un tableau bord qui permet de répercuter les gains réalisés de certaines cultures sur ce qui reste à vendre afin de faire évoluer le prix objectif. Cet outil permettra d'avoir un regard global sur le système de production dans la gestion d'une rotation. Attention aux conclusions rapides de certains seuils de commercialisation qui peuvent bouleverser un assolement dans un objectif de rentabilité immédiate sans tenir compte de l'aspect agronomique, de l'organisation du travail, de la conjoncture actuelle, de la filière et des besoins de financement du cycle de production. "

Cyril Durand, conseiller de gestion, CER France Alliance Centre

CAS CONCRET
Comment calculer son seuil de commercialisation


Monsieur Paul exploite 170 hectares de céréales et sa situation financière est en régime de croisière.
- Charges de structures : 97300 € ;
- Annuitées d'emprunts professionnels et privés : 27000 €;
- Rémunération obligatoire pour la vie familiale : 18000 €;
Total des engagements de l'entreprise et de l'exploitant : 142 300 €.

Les objectifs
- Constitution d'épargne : 5 000 € ;
- Renouvellement du capital (% du capital) : 10000 € ;
- Gestion de risque (% de volatilité, fréquence et amplitude) : 10000 € ;
Total des objectifs souhaités : 25 000 €.
Montant net des aides PAC: 65 000 €.

Paul calcule le total des engagements financiers par hectare, ce qui correspond à la marge brute objective :
454 €/ha pour le point d'équilibre (142 300 - 65 000) ÷ 170;
601 €/ha pour le seuil souhaitable (142300 + 25000 - 65000) ÷ 170.
Il peut ensuite calculer son seuil de commercialisation pour chacune de ses productions, grâce à l'opération suivante : seuil de commercialisation = (charges opérationnelles + marge brute objective) ÷ rendement.

 

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Combiné à d'autres leviers, les techniques de travail du sol simplifié permettent aux producteurs de colza et de tournesol de bénéficier d'un bonus substantiel. © Orthman
Bas carbone : des efforts désormais valorisés en grandes cultures
Colza, tournesol, orge, maïs : les filières végétales se lancent sur le marché du carbone pour générer de la valeur ajoutée. Une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures