Aller au contenu principal

En chiffres
Le semis direct pour se redonner des marges de manœuvre

Exploitant dans le Châtillonais, Frédéric Déloge a retrouvé une seconde jeunesse en introduisant sur sa ferme le semis direct : cette pratique lui a permis de repenser son itinéraire technique et de réduire ses charges.

J’ai commencé le semis direct en même temps que le bas volume,  pour les semis 2011… c’était comme si j’étais redevenu un jeune agriculteur, je retrouvais la foi dans le métier ! » Âgé de 53 ans, Frédéric Déloge exploite 300 hectares avec son épouse, Christine, entre Balot et Fontaines-en-Duesmois, en Côte-d’Or. Dans ces terres du Châtillonnais très hétérogènes, l’agriculteur a des rendements moyens en blé voisins de 70 quintaux/hectare. Les possibilités de diversification sont faibles, et la rotation colza, blé, orge constitue la base historique de l’assolement. Lorsqu’il découvre l’intérêt du semis direct dans le cadre d’une formation organisée par son GDA, Frédéric Déloge est séduit. Reste à installer la technique sur la ferme. Déjà en semis simplifié depuis 2006, l’agriculteur fait un premier essai en semis direct en 2010, sans faire d’investissement matériel. « Nous avons utilisé notre Pronto de 6 mètres, précise l’exploitant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
En créant un groupement d'employeurs, Mickaël et Vanessa Dupeyron, ainsi que Raphaël Descat, ont pu proposer des CDI à leurs salariés.
Gagner plus en travaillant moins : le collectif gagnant de trois agriculteurs
Trois agriculteurs unissent leurs moyens et leur énergie pour développer leur activité. Le groupement d’employeurs qu’ils…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures