Aller au contenu principal

Exploitations céréalières
Le regroupement des surfaces permet de réaliser des économies d´échelle

A défaut d´agrandissement, l´assolement commun constitue l´un des moyens les plus efficaces pour les céréaliers de rester compétitifs.


« Lorsqu´on multiplie par quatre la surface d´une unité de production, les investissements nécessaires ne sont multipliés que par 1,3 », explique, courbes à l´appui, Guy Lemaître, d´Arvalis. Voilà pourquoi ce dernier pense qu´à défaut d´agrandissement, l´assolement commun constitue l´un des moyens les plus efficaces pour les céréaliers de rester compétitifs. Car, si l´on est positionné sur des marchés mondialisés, la bataille de la compétitivité se joue sur le terrain de la productivité du travail mesurée en tonnes par actif. Celle-ci dépend directement du rendement à l´hectare mais aussi du nombre d´hectares travaillés par actif sur une exploitation. Autrement dit, du parc de matériel et de la surface de l´unité de production. Vis-à-vis de concurrents canadiens, australiens ou encore ukrainiens qui, par exemple, sont tous « à moins de un cheval par hectare », les rendements supérieurs obtenus en France ne suffisent pas à compenser l´effet volume dont bénéficient leurs exploitations de très grande taille.

La comparaison entre deux unités de production types du Centre de la France, l´une de 300 hectares, l´autre de 900 hectares après regroupement d´assolements est significative. « Le coût de production du blé y est moindre de 17 euros par tonne », sous l´effet des économies d´échelle. La puissance de traction tombe de 2,2 chevaux par hectare à 0,7, le capital mobilisé est réduit de 1 700 euros à 870 euros par hectare et le tonnage produit par actif double, en passant de 1000 à 2100 tonnes. On peut certes voir dans les associations en assolement commun une forme transitoire de cessation d´activité pour certains des associés. Mais « elles permettront à des agriculteurs de le rester », en demeurant à la tête du foncier qu´ils font valoir, défend Guy Lemaître.
Les économies d´échelle en chiffres.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures