Aller au contenu principal

Semis d´automne
Le pois d´hiver est adapté à nos climats

Outre les variétés de printemps, plusieurs variétés de pois d´hiver existent. Intérêt : avancer l´élaboration du rendement sous un climat plus clément.


Semer des protéagineux à l´automne n´est pas incongru. Pois, féverole et lupin offrent cette possibilité avec des variétés d´hiver. Ces dernières, par rapport aux variétés de printemps, présentent l´avantage de mettre en concordance la formation et le remplissage des graines avec des conditions climatiques propices, à savoir avant les coups de chaud qui caractérisent souvent le mois de juin.
Le pois d´hiver en est un bon exemple. « Nous avons connu cette année quelques jours de fortes températures en juin. Heureusement pour le pois d´hiver, le rendement était déjà assuré, affirme Bernard Gaillard, Arvalis. Par rapport au pois de printemps, le remplissage des grains de pois d´hiver s´effectue sur une période, avril-mai, où il y a moins de risque de fortes températures ou de sécheresse. Quatre années sur cinq, le mois de juin est plus sec qu´avril-mai. »


Pas de semis de pois d´hiver avant le 20 octobre
Mais avant toute chose, il faut bien choisir sa date de semis pour le pois d´hiver. L´hiver 2002-2003 le rappelle cruellement puisque des pois semés précocement (avant novembre) n´ont pas résisté à la forte poussée de gel. Pour Bernard Gaillard, c´était une situation exceptionnelle. « Si on analyse le climat sur le long terme, la fréquence des risques de gel en cours d´hiver sur les semis d´automne est moins grande que celle des risques de déficit hydrique et de fortes températures sur les semis de printemps. » Il rappelle que 2001, 2003 et 2004 se sont caractérisées par autant de sécheresse sur juin alors que le gel brutal accompagné d´excès d´eau ne s´est rencontré qu´en 2003.
Les semis de pois d´hiver entre le 1er et le 20 octobre sont à proscrire. Dans le Centre et Bassin Parisien, il ne faut pas semer avant le 1er novembre. Plus à l´Ouest, la date de semis peut être encore plus tardive (après le 5 novembre).

En revanche, dans des régions à climat hivernal plus froid comme en Bourgogne, il est possible de semer à partir du 25 octobre. L´objectif est d´avoir des plantes à moins de trois feuilles fin décembre début janvier. Dans le Sud-Ouest, on peut se permettre de semer en décembre.
Le pois est sensible aux excès d´eau en hiver dans les sols (moins que le lupin, plus que la féverole). « Les sols de limons battants qui prennent en masse en hiver et qui se réchauffent tardivement au printemps ne sont pas favorables au pois », ajoute Bernard Gaillard. Le pois d´hiver se comportera bien dans des terres superficielles (pas trop). Il se montre plus sensible à l´anthracnose que les variétés de printemps. Une bonne protection fongicide est indispensable, avec un à deux traitements de plus que sur les cultures de printemps.
Sur le plan variétal, Cheyenne (GAE Semences) est largement en tête dans les emblavements (environ 60 % des pois d´hiver). C´est une variété à grains jaunes. Autres variétés : Lucy, Dove (Agri-Obtention), Iceberg. Idéal est adapté au Sud-Ouest.

Vers des pois d´hiver semés comme des céréales
Où en est la recherche variétale ? « Le potentiel génétique intrinsèque des pois d´hiver est encore inférieur à celui des pois de printemps », admet Bernard Gaillard. « Sur les très bonnes terres, le pois d´hiver n´aura pas le rendement d´un pois de printemps, explique de son côté Stéphane Terrier, GAE Recherches. L´explication vient de sa floraison plus indéterminée. Un pois d´hiver fleurit en trois semaines à un mois, plus longuement qu´un pois de printemps. Les étages fructifères sont plus nombreux ce qui engendre un PMG plus faible. Un pois d´hiver fera
60 quintaux/hectare avec six à sept étages. Une variété de printemps produira le même rendement avec quatre étages fructifères. »

Plus de résistance au froid, moins de sensibilité à l´anthracnose, un PMG plus élevé mais aussi plus de précocité : tels sont les axes de recherche pour l´amélioration variétale.
« Nous allons vers un nouveau type génétique de pois d´hiver : des variétés sensibles à la photopériode (durée du jour) dites Hr, annonce Benoît Carrouée, Unip. Avec les travaux de l´Inra, en 2008, nous devrions avoir des pois Hr qui pourraient être semés comme des céréales, avec un repos hivernal végétatif et qui reprendraient leur croissance au printemps avec l´allongement du jour. Ces pois auraient la capacité à résister à des hivers très durs. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures