Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Le plan d’actions sur les phytos sort de l’ombre

Nicolas Hulot (développement durable), Agnès Buzyn (santé), Stéphane Travert (agriculture) et Frédérique Vidal (recherche) ont dévoilé conjointement le plan sur les phytos le 25 avril. Il confirme notamment la hausse à venir de la redevance pour pollutions diffuses.

Le plan pour la réduction des phytos prévoit entre autres une hausse de la redevance pour pollutions diffuses.
© Pauline Eccles, via Wikimedia Commons

Les quatre ministres concernés par le « plan d’actions pour réduire la dépendance de l’agriculture aux produits phytos » ont présenté officiellement ce dernier le 25 avril. Sans grande surprise, il s’articule autour des quatre priorités déjà connues : la réduction rapide de l’utilisation des substances préoccupantes pour la santé et l’environnement, dans la lignée du rapport interministériel sur les phytos sorti en décembre, l’amélioration des connaissances sur les impacts des phytos, l’amplification de la recherche autour de solutions alternatives et de leur mise en œuvre, le renforcement du plan Ecophyto 2.

Derrière ces thématiques assez génériques, quelques mesures concrètes se dégagent. Actuellement en discussion dans le projet de loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable », la séparation du conseil et de la vente de phytos en fait partie.

50 millions d'euros supplémentaires tirés de la redevance pour pollutions diffuses

Le plan confirme également le renforcement progressif de la redevance pour pollutions diffuses. « Elle sera davantage modulée pour mieux tenir compte de la dangerosité des produits », explique le communiqué présentant le plan, sans aller plus loin. Les recettes de cette redevance servent aujourd’hui à financer les programmes d’intervention des agences et offices de l’eau ainsi que le plan Ecophyto 2018 via l'Onema (Office national de l'eau et des milieux aquatiques). Demain, elles participeraient à l’accompagnement des agriculteurs mais aussi à la conversion à l’agriculture biologique. 50 millions d’euros supplémentaires seraient dégagés.

Le plan envisage également de réglementer davantage l’utilisation des produits phytos à proximité de populations vulnérables, de mieux informer les élus sur les mesures qu’ils peuvent prendre via les plans locaux d’urbanisme ou de faciliter la définition de zones non traitées avec des produits classés dangereux.

Le gouvernement décidé à adopter « une ligne claire » sur les phytos au niveau de l'Union

Au plan européen, le gouvernement compte bien adopter « une ligne claire » sur les phytos, « en se positionnant systématiquement contre la prolongation ou le renouvellement des substances qui remplissent des critères d’exclusion au niveau européen ».

Le message est clair. Les organisations professionnelles agricoles n’ont pas manqué de réagir. La FNSEA a déploré « de nouveau une litanie d’interdictions et autres charges supplémentaires pour les paysans français » et a demandé « une étude d’impacts de toutes ces décisions le plus rapidement possible ». Coop de France a de son côté remis en cause l’augmentation de la redevance pour pollutions diffuses. Pour le syndicat, « si les 130 millions de la redevance pour pollutions diffuses retournaient effectivement aux agriculteurs pour le financement de la transition, il n’y aurait aucun besoin de l’augmenter ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Le sytème de lavage de main embarqué S-Clean
[Covid-19] : S-Clean, un système de lavage de main embarqué sur tracteur
Le système doté d’un réservoir de 3 litres est équipé d’un porte-savon liquide et de deux vannes permettant 5 à 10 lavages de…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Un impact du gel plus important que prévu sur colza
Le vent de Nord-Est qui a soufflé pendant plusieurs jours la semaine dernière a aggravé les effets des températures négatives sur…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
En achetant maintenant sa solution azotée pour 2021, l'économie serait d'environ 10 €/ha par rapport à la dernière campagne. © C.Baudart
Engrais: faut-il acheter la solution azotée maintenant pour 2021 ?
Couvrir ses besoins en solution azotée pour 2021 est une stratégie qui peut être gagnante au vu des prix bas proposés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures