Aller au contenu principal

Le plan d’actions sur les phytos sort de l’ombre

Nicolas Hulot (développement durable), Agnès Buzyn (santé), Stéphane Travert (agriculture) et Frédérique Vidal (recherche) ont dévoilé conjointement le plan sur les phytos le 25 avril. Il confirme notamment la hausse à venir de la redevance pour pollutions diffuses.

Le plan pour la réduction des phytos prévoit entre autres une hausse de la redevance pour pollutions diffuses.
© Pauline Eccles, via Wikimedia Commons

Les quatre ministres concernés par le « plan d’actions pour réduire la dépendance de l’agriculture aux produits phytos » ont présenté officiellement ce dernier le 25 avril. Sans grande surprise, il s’articule autour des quatre priorités déjà connues : la réduction rapide de l’utilisation des substances préoccupantes pour la santé et l’environnement, dans la lignée du rapport interministériel sur les phytos sorti en décembre, l’amélioration des connaissances sur les impacts des phytos, l’amplification de la recherche autour de solutions alternatives et de leur mise en œuvre, le renforcement du plan Ecophyto 2.

Derrière ces thématiques assez génériques, quelques mesures concrètes se dégagent. Actuellement en discussion dans le projet de loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable », la séparation du conseil et de la vente de phytos en fait partie.

50 millions d'euros supplémentaires tirés de la redevance pour pollutions diffuses

Le plan confirme également le renforcement progressif de la redevance pour pollutions diffuses. « Elle sera davantage modulée pour mieux tenir compte de la dangerosité des produits », explique le communiqué présentant le plan, sans aller plus loin. Les recettes de cette redevance servent aujourd’hui à financer les programmes d’intervention des agences et offices de l’eau ainsi que le plan Ecophyto 2018 via l'Onema (Office national de l'eau et des milieux aquatiques). Demain, elles participeraient à l’accompagnement des agriculteurs mais aussi à la conversion à l’agriculture biologique. 50 millions d’euros supplémentaires seraient dégagés.

Le plan envisage également de réglementer davantage l’utilisation des produits phytos à proximité de populations vulnérables, de mieux informer les élus sur les mesures qu’ils peuvent prendre via les plans locaux d’urbanisme ou de faciliter la définition de zones non traitées avec des produits classés dangereux.

Le gouvernement décidé à adopter « une ligne claire » sur les phytos au niveau de l'Union

Au plan européen, le gouvernement compte bien adopter « une ligne claire » sur les phytos, « en se positionnant systématiquement contre la prolongation ou le renouvellement des substances qui remplissent des critères d’exclusion au niveau européen ».

Le message est clair. Les organisations professionnelles agricoles n’ont pas manqué de réagir. La FNSEA a déploré « de nouveau une litanie d’interdictions et autres charges supplémentaires pour les paysans français » et a demandé « une étude d’impacts de toutes ces décisions le plus rapidement possible ». Coop de France a de son côté remis en cause l’augmentation de la redevance pour pollutions diffuses. Pour le syndicat, « si les 130 millions de la redevance pour pollutions diffuses retournaient effectivement aux agriculteurs pour le financement de la transition, il n’y aurait aucun besoin de l’augmenter ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Glyphosate : l’Anses entérine l'interdiction en labour et des réductions de doses en non-labour
Les restrictions d’usage du glyphosate annoncées par l’Anses concernent toutes les productions agricoles mais impactent peu les…
Aides PAC / Grandes cultures : versements anticipés sur les comptes courants dès le 16 octobre
70 % des aides Pac viennent d’être versées sur les comptes des exploitations de grandes cultures. Un ratio majoré cette année. En…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
Thierry Gaillard, Michaël Bonnevie et Emmanuel Vigier font partie du groupe de huit agriculteurs qui portent à bout de bras un projet de méthaniseur dans le Cher. L'introduction des Cive dans la rotation sera un atout pour sortir des impasses techniques actuelles. © G. Omnès
Énergies renouvelables : un projet de méthanisation pour pérenniser des fermes en zone intermédiaire
Huit agriculteurs du Cher se sont lancés dans un projet de méthanisation afin de sécuriser l’avenir de leurs fermes à la…
En plus d'être une bonne candidate pour la méthanisation et de résister aux aléas climatiques, la silphie produit des fleurs jaunes attractives pour les abeilles. © C. Gloria
La silphie, une culture fourragère offrant de nombreux atouts pour la méthanisation
Dans les plantes alimentant les méthaniseurs, je demande… la silphie. Cette espèce originaire d’Amérique du Nord commence à être…
récolte de colza
Colza : l'inquiétante chute des surfaces se poursuit en 2020
Insectes hors de contrôle, sécheresse au semis… le colza est confronté à des conditions hostiles qui mettent à mal son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures