Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Le nord de la France plus gourmand en phytos que le reste de l'Hexagone

© Reussir/ BNV-d et SDES

Une quantité de 73000 de tonnes de phytos a été utilisée en France (DOM compris) en 2016. La carte des utilisations de pesticides par département (figurée par les cercles bleus) montre bien l’impact des productions végétales, avec les départements des Hauts de France et du Bassin parisien qui se situent parmi les plus gros consommateurs. Il y a plusieurs raisons à cela. Les cultures sur lesquelles sont utilisées les phytos sont dominantes dans des départements comme le Pas-de-Calais, la Somme, l’Aisne, la Marne, l’Eure, l’Eure-et-Loir… Certaines de ces cultures sont soumises à de nombreux traitements, en plus avec des produits pondéreux parfois (soufre, cuivre, mancozèbe…). Pour le Nord et le Bassin Parisien, c’est le cas des cultures légumières, de la betterave sucrière et de la pomme de terre. Chez cette dernière, l’indice de fréquence de traitement dépasse 20 dans beaucoup de situations. Mais en matière de quantité de pesticides consommés, le pompon revient à la vigne où deux départements se distinguent par leur utilisation de phytos, la Gironde (et ses vins de Bordeaux) et la Marne (Champagne). Des départements du pourtour méditerranéen montrent également de fortes consommations de produits liés à la vigne et aux productions de fruits et légumes.

Un quart de produits toxiques et CMR

La carte montre une moitié Nord marquée par une utilisation de produits dangereux plus importante que dans le Sud. Beaucoup de fongicides, insecticides et herbicides utilisés sur les grandes cultures se classent parmi ces produits, davantage que sur vigne par exemple. Ces substances les plus toxiques représentent 24 % des ventes totales de pesticides en moyenne en France, la Manche et le Nord étant les deux départements métropolitains où ce chiffre est le plus élevé (43 % et 39 % respectivement). La part importante des cultures légumières y est sans doute pour quelque chose.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
La tension sur les camions du fait de la cessation d'activité des transporteurs, faute de rentabilité, ou du droit de retrait des chauffeurs, est l'une des principales craintes de la filière. © J.-C. Gutner
Coronavirus : la logistique, maillon fragile de la filière céréalière
Jusqu’ici, la filière céréalière tient bon, mais des craintes émergent sur la pérennité des transports par camion et par train.
La CNDSF craint des pressions pour imposer les semences certifiées en HVE. © Cap Semences
La CNDSF refuse le "tout semences certifiées" dans les filières de qualité
Pour les défenseur de la semence de ferme, les filières de qualité et la certification environnementale ne doivent pas imposer la…
Quel impact du gel printanier sur les colzas et céréales ?
Après un hiver humide avec des températures printanières, le printemps commence avec un vent d’est hivernal. Les cultures sont à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures