Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Le ministère prépare une version « + » du plan Écophyto

Même s’il n’a pas donné les résultats escomptés, le gouvernement veut néanmoins poursuivre le plan Écophyto, mais dans une forme réaménagée.

D'après les derniers résultats du plan Écophyto II, le Nodu a augmenté de 12 % en valeur entre 2014 et 2016.
© J.-C. Gutner

Le plan Écophyto n’a pas marché : c’est ce qu’a conclu fin juillet le comité d’orientation stratégique et de suivi (Cos) du plan Écophyto. « L’utilisation des produits phyto a globalement augmenté depuis le lancement du plan Écophyto en 2009 », reconnaissent dans un communiqué les ministères de la Transition écologique, de la Santé et de l’Agriculture. Ils retiennent que l’indicateur choisi pour évaluer les utilisations, le Nodu (Nombre de doses unités), a progressé de 12 % en valeur entre 2014 et 2016, même s’il y a eu « une légère baisse en 2015 et une stabilité en 2016 », nuance le communiqué. Ces résultats sont en tout cas jugés insatisfaisants. Le gouvernement veut malgré tout poursuivre le plan. Selon lui, il a aussi eu « des avancées concrètes », telles que les CEPP (Certificats d’économie phytosanitaires, voir p 6) ou le développement des fermes Dephy.

Sortie du glyphosate et transfert vers le terrain dans les priorités

Soumis à la consultation cet automne, un plan Écophyto II + sera donc publié avant la fin de l’année. Le déploiement des alternatives au glyphosate (voir encadré) figurera dans ses priorités, aux côtés du renforcement de la recherche appliquée, du transfert d’innovations vers le terrain et du déploiement des collectifs d’agriculteurs. Ces actions devront tenir dans l’enveloppe de 71 millions d’euros (crédits nationaux et régionaux) alloués chaque année à Écophyto. L’annonce de ce nouveau plan a suscité des réactions mitigées de la part des organisations professionnelles.

Une task force pour le glyphosate

Devant la polémique créée par l’absence de mesures officielles visant à abandonner rapidement le glyphosate, les ministres de l’Agriculture et de la Transition écologique ont finalement présenté fin juin leur plan d’action. Au menu : la création d’un centre de ressources pour les professionnels afin de diffuser les solutions existantes, le renforcement de l’accompagnement des agriculteurs via Écophyto II + ou le suivi et la publication des quantités vendues et utilisées. Une task force pilotée par les deux ministères avec l’appui de l’Inra, des instituts techniques et des chambres, animera et suivra le plan d’action. Suite à la demande des ministères, les filières ont fourni fin juillet des engagements de réduction des usages. En grandes cultures, ils sont de - 45 % d’ici trois ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
La tension sur les camions du fait de la cessation d'activité des transporteurs, faute de rentabilité, ou du droit de retrait des chauffeurs, est l'une des principales craintes de la filière. © J.-C. Gutner
Coronavirus : la logistique, maillon fragile de la filière céréalière
Jusqu’ici, la filière céréalière tient bon, mais des craintes émergent sur la pérennité des transports par camion et par train.
La CNDSF craint des pressions pour imposer les semences certifiées en HVE. © Cap Semences
La CNDSF refuse le "tout semences certifiées" dans les filières de qualité
Pour les défenseur de la semence de ferme, les filières de qualité et la certification environnementale ne doivent pas imposer la…
Quel impact du gel printanier sur les colzas et céréales ?
Après un hiver humide avec des températures printanières, le printemps commence avec un vent d’est hivernal. Les cultures sont à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures