Aller au contenu principal

PLANTE TRANSGÉNIQUE
Le maïs OGM interdit envers et contre tout

Les conclusions d’un avis de l’Afssa montre l’innocuité du maïs Mon 810 sur le plan sanitaire. Les réactions ont fusé…

Qui l’eut cru ? Le maïs OGM Mon 810 serait sans danger pour la santé. Le quotidien Le Figaro du 12 février a divulgué une information non diffusée de l’Afssa(1). « Dans un avis daté du 23 janvier dernier, l’Afssa considère que les informations du rapport Le Maho (…) n’apportent aucun élément nouveau qui remettrait en cause la sécurité sanitaire des maïs portant l’événement Mon 810 », rapporte le quotidien. Début 2008, les éléments de ce rapport Le Maho avaient justifié l’interdiction de la culture du maïs Mon 810 en France en appliquant une clause de sauvegarde. L’Afssa n’a pas manqué de réagir à l’information dévoilée en affirmant sa bonne foi sur une diffusion de l’avis qu’elle programmait le 20 février.Directrice générale de l’Agence, Pascale Briand souligne que « l’Afssa ne s’est jamais prononcée sur les risques environnementaux, lesquels ne relèvent pas de sa mission ». La précision est d’importance.

CLAUSE DE SAUVEGARDE EN VIGUEUR
Pour Chantal Jouanno, secrétaire d’État à l’Écologie, « l’avis de l’Afssa ne remet pas en cause la clause de sauvegarde. Le fondement de la clause repose sur des risques jugés sérieux pour l’environnement de la culture de maïs Mon 810. » La France a justement planché devant la Commission européenne le 16 février, avec la Grèce, pour soutenir sa décision de maintenir l’interdiction de culture de ce maïs. Les experts des pays de l’UE qui devaient se prononcer sur les clauses de sauvegarde des deux pays n’ont pas dégagé de majorité qualifiée en faveur de la levée de ces clauses. Les filières de la semenceet de la protection des plantes(2) s’en désolent sans être surprises. « La non décision européenne prouve bien que ce dossier ne bénéficie que d’un traitement politique alors que de nombreuses études attestent que ce maïs ne présente pas de risque pour la santé ni pour l’environnement. » Pendant ce temps, en France, le Haut conseil des biotechnologies attend d’avoir son président depuis début décembre. Les OGM ne sont pas près d’être développés en France. !
Christian Gloria
(1) Agence française de sécurité alimentaire des aliments.
(2) Gnis, Oléosem, Seproma, UIPP.

DANS LE MONDE

125 millions d’hectares d’OGM

L’Isaaa(1) a diffusé les données 2008 sur les surfaces de cultures OGM dans le monde. Avec 125millions d’hectares, la progression est de 9,3 % par rapport à 2007. Les OGM couvrent 8 % de la SAU mondiale. Les principaux pays producteurs sont les États-Unis (62,5 Mha), l’Argentine (21 Mha), le Brésil (15,8Mha), l’Inde (7,6 Mha), le Canada (7,6 Mha), la Chine (3,8 Mha)… Organisation anti-OGM, le Criigen ne manque pas de souligner que les OGM dans le monde ne concernent que quatre plantes : le soja (53 %), le maïs (30 %), le coton (12 %) et le colza (5 %) et que ce sont des « plantes à pesticides ». (1) International service for the acquisition of agri-biotech applications.

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel
La Commission européenne vient d’accepter le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 euros, inscrit dans la loi de finances pour 2021…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »
Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les…
L'adaptation des dispositifs actuels est indispensable pour faire face à la multiplication des aléas climatiques, à commencer par la sécheresse, estime le député Frédéric Descrozaille. © G. Omnès
Assurance récolte : comment le rapport Descrozaille veut sauver la multirisque climatique
Face au changement climatique, le rapport du député Descrozaille propose la réarticulation de l’intervention de l’État et de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures