Aller au contenu principal

Essai tracteur par un agriculteur
" Le John Deere 7260 R Autopowr est impressionnant au transport"

Fabrice Coulot, polyculteur-éleveur aux Verchers-sur-Layon, dans le Maine-et-Loire, a fait le bilan, avec son frère Philippe et leur stagiaire Fabien, d'une dizaine d'heures passées aux commandes d'un John Deere 7260 R de 260 chevaux.

Les cinq modèles de la série 7R se démarquent de leurs prédécesseurs par une longueur réduite de 22 centimètres, tout en ayant un empattement rallongé de 7,5 centimètres. Le capot, plus ramassé, loge deux moteurs (Tier 4i) différents selon les modèles : le 6,8 litres à deux turbos en série, dont un à géométrie variable (7200R, 7215R) ou le 9 litres essayé, à turbo à géométrie variable (7230R, 7260R, 7280R). Le filtre à particules est positionné au-dessus du moteur. Les 7R font appel à un système de refroidissement original, fonctionnant de manière inversée.

 

AUTOPOWR DE SÉRIE SUR DEUX MODÈLES

 

L’offre en transmissions semi-powershift à cinq gammes et quatre rapports est complétée par une troisième version CommandQuad qui bénéficie d’un passage de gammes robotisé. La transmission à variation continue AutoPowr du modèle essayé, dont sont systématiquement équipés le 7260R et le 7280R, bénéficient d’une nouvelle conception offrant trois plages de vitesse et une lubrification sous pression, au profit du rendement et de la productivité. Le 7R adopte la cabine des 8R. À l’intérieur, l’accoudoir CommandArm, regroupant l’ensemble des commandes et le terminal Command Center, est réservé aux modèles équipés des transmissions AutoPowr et CommandQuad.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Le mariage de titans entre InVivo et Soufflet pousserait à l'extrême la logique de restructuration à l’œuvre chez les OS. © N. Ouvrard / J. Nanteuil
[Edito] Fusion InVivo-Soufflet, un rapprochement symbolique à plus d'un titre

Pour les initiés, ce n’était pas un mystère : le groupe Soufflet cherchait un repreneur, à défaut de…

L'encadrement réglementaire des NBT est un enjeu de taille pour la filière semencière, qui plaide pour des règles plus souples que celles imposées aux OGM. © G. Omnès
Sélection variétale : comprendre les NBT en 5 questions
OGM cachés aux effets incertains pour les uns, accélérateur puissant de la sélection variétale pour les autres, les NBT divisent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures