Aller au contenu principal

BIOTECHNOLOGIES
Le HCB donne sa définition du « sans OGM »

Le Haut conseil des biotechnologies retient globalement le seuil de 0,1 % de présence d’ADN transgénique pour autoriser un étiquetage du type « sans OGM ».

Mis en place en avril 2009 et présidé par Catherine Bréchignac, le Haut conseil des biotechnologies (HCB) a rendu son premier avis. Il avait été saisi par le gouvernement en juin pour proposer une définition des produits « sans OGM ». Sur recommandation de son Comité économique, éthique et social (CEES), le HCB a retenu trois types de produits. « Pour les produits végétaux, une mention ‘sans OGM’ devrait être réservée aux produits contenant moins de 0,1 % d’ADN transgénique, explique Christine Noiville qui préside le CEES. Pour les produits issus d’animaux (lait, viande, fromage…), une mention ‘nourri sans aliments OGM’ ou ‘issu d’animaux nourris sans aliments OGM’ devrait se rapporter aux produits issus d’animaux nourris avec des aliments contenant également moins de 0,1 % d’ADN transgénique. »

QUID DES PRODUITS D’IMPORTATION

Toutefois, le HCB a conscience de la difficulté pour les éleveurs de se procurer des produits d’importations (le soja en particulier) avec une garantie d’exemption d’OGM. Pour ces cas, l’étiquetage pourrait s’appliquer pour des animaux nourris avec des aliments pouvant contenir de 0,1 à 0,9 % d’OGM non étiquetés OGM. Le HCB ne définit pas l’étiquetage à appliquer dans cette « zone grise ». Mais il donne cinq ans pour progresser sur la recherche du non OGM dans les aliments et appliquer un seuil plus draconien. Troisième type de produit pris en compte dans les avis du HCB, le miel ne contient pas d’ADN. « Dans ce cas, nous estimons qu’une mention du type ‘sans OGM’ devrait être fondée non pas sur un seuil de présence d’ADN transgénique mais sur une distance minimale entre le rucher et les cultures OGM. » Le HCB se garde de définir cette distance. La balle est dans le camp du gouvernement qui va examiner l’avis du HCB et qui présentera un projet de décret.

Un seuil de 0,1 % bien admis

L’avis du HCB a été assez bien perçu de la part d’organisations anti- OGM comme Greenpeace ou la Confédération paysanne, « comme une étape vers une transparence indispensable notamment en apportant des informations aux consommateurs sur les produits issus d’animaux ayant consommé des OGM (ce qui n’existe pas actuellement). » Mais elles veulent obtenir plus, en luttant « contre la loi de coexistence qui permet la présence d’un petit peu d’OGM dans notre alimentation. » D’un autre côté, des organisations comme celles de la filière semences ou la FNSEA regrettent l’absence de données économiques évaluant le coût de la mise en place des propositions du HCB. Enfin, le principe de l’allégation positive sur la « zone grise » est vivement combattue par ces organisations car « illisible pour le consommateur ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures