Aller au contenu principal

« Le gouvernement doit aller plus loin dans la clarification de ses objectifs »

Député du Bas-Rhin et agriculteur, Antoine Herth (1) répond aux questions de Réussir Grandes Cultures relatives au rapport de la mission commune d'information sur les phytos de l'Assemblée nationale. 

© DR
Comment considérez-vous les plans Écophyto 1 et 2 : échec ou réussite ?

Le chemin parcouru est considérable mais il n’a pas pris les directions attendues par le gouvernement. Il n’y a pas eu une baisse de 50 % des volumes de phytos. Mais ce qui m’impressionne, ce sont, par exemple, les expérimentations dans les fermes Déphy qui diffusent dans les systèmes de production, ou les Certiphytos qui sensibilisent l’ensemble des agriculteurs. Est-ce que c’est suffisant ? Probablement que non. Il faut voir qu’avec Écophyto, la France s’est positionnée sur une réduction des volumes. Nos voisins, eux, ont visé une réduction des impacts. Cela explique les difficultés rencontrées. On considère que c’est un échec mais il faut se poser la question de la réduction des impacts.

Qu’est-ce qui, pour vous, est important aujourd’hui ?

Savoir où le gouvernement veut aller. S’il veut cibler des molécules qu’il considère trop dangereuses, il faut qu’il le dise. Sur le biocontrôle, par exemple, il faut que les grosses firmes décident de massifier leurs efforts. Or il y a aujourd’hui une sorte de poker menteur entre l’administration qui veut interdire des molécules et les firmes qui menacent de ralentir leurs efforts si ça va trop loin… L’État ne peut pas décréter qu’il va mettre sur le marché de nouvelles molécules ! Il faut que les entreprises aient un intérêt commercial. Pour ça, le gouvernement doit aller plus loin dans la clarification de ses objectifs, afficher la direction quitte à négocier sur le calendrier.

Qu’a apporté cette mission commune sur les phytos ?

Elle a réuni pendant cinq mois des parlementaires de quatre commissions qui, habituellement, ne s’occupent pas d’affaires agricoles. Ils ont vu que les choses étaient complexes et les réponses pas simples. La mission a mis en particulier le doigt sur la problématique santé. Cette question de la santé publique n’a jamais été posée clairement dans le plan Écophyto, qui avait une approche environnementale. Or cette problématique monte en puissance. J’invite le monde agricole à créer dès maintenant des groupes de travail sur ce sujet, comme il sait le faire. Il faut qu’il ait un discours. Ceux que ce sujet préoccupe veulent une réponse. Il faut faire de la pédagogie autour de cette question. J’ai bon espoir : il y a dix ans, les agriculteurs n’étaient pas capables d’avoir un discours sur l’environnement ; aujourd’hui, il n’y a plus de problème. Avec la santé, ça prendra du temps mais ils y arriveront.

Auteur en 2011 d’un rapport sur le biocontrôle, Antoine Herth a suivi de près la mission commune sur les phytos.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Glyphosate : l’Anses entérine l'interdiction en labour et des réductions de doses en non-labour
Les restrictions d’usage du glyphosate annoncées par l’Anses concernent toutes les productions agricoles mais impactent peu les…
Aides PAC / Grandes cultures : versements anticipés sur les comptes courants dès le 16 octobre
70 % des aides Pac viennent d’être versées sur les comptes des exploitations de grandes cultures. Un ratio majoré cette année. En…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
Thierry Gaillard, Michaël Bonnevie et Emmanuel Vigier font partie du groupe de huit agriculteurs qui portent à bout de bras un projet de méthaniseur dans le Cher. L'introduction des Cive dans la rotation sera un atout pour sortir des impasses techniques actuelles. © G. Omnès
Énergies renouvelables : un projet de méthanisation pour pérenniser des fermes en zone intermédiaire
Huit agriculteurs du Cher se sont lancés dans un projet de méthanisation afin de sécuriser l’avenir de leurs fermes à la…
En plus d'être une bonne candidate pour la méthanisation et de résister aux aléas climatiques, la silphie produit des fleurs jaunes attractives pour les abeilles. © C. Gloria
La silphie, une culture fourragère offrant de nombreux atouts pour la méthanisation
Dans les plantes alimentant les méthaniseurs, je demande… la silphie. Cette espèce originaire d’Amérique du Nord commence à être…
récolte de colza
Colza : l'inquiétante chute des surfaces se poursuit en 2020
Insectes hors de contrôle, sécheresse au semis… le colza est confronté à des conditions hostiles qui mettent à mal son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures