Aller au contenu principal

« Le gouvernement doit aller plus loin dans la clarification de ses objectifs »

Député du Bas-Rhin et agriculteur, Antoine Herth (1) répond aux questions de Réussir Grandes Cultures relatives au rapport de la mission commune d'information sur les phytos de l'Assemblée nationale. 

© DR
Comment considérez-vous les plans Écophyto 1 et 2 : échec ou réussite ?

Le chemin parcouru est considérable mais il n’a pas pris les directions attendues par le gouvernement. Il n’y a pas eu une baisse de 50 % des volumes de phytos. Mais ce qui m’impressionne, ce sont, par exemple, les expérimentations dans les fermes Déphy qui diffusent dans les systèmes de production, ou les Certiphytos qui sensibilisent l’ensemble des agriculteurs. Est-ce que c’est suffisant ? Probablement que non. Il faut voir qu’avec Écophyto, la France s’est positionnée sur une réduction des volumes. Nos voisins, eux, ont visé une réduction des impacts. Cela explique les difficultés rencontrées. On considère que c’est un échec mais il faut se poser la question de la réduction des impacts.

Qu’est-ce qui, pour vous, est important aujourd’hui ?

Savoir où le gouvernement veut aller. S’il veut cibler des molécules qu’il considère trop dangereuses, il faut qu’il le dise. Sur le biocontrôle, par exemple, il faut que les grosses firmes décident de massifier leurs efforts. Or il y a aujourd’hui une sorte de poker menteur entre l’administration qui veut interdire des molécules et les firmes qui menacent de ralentir leurs efforts si ça va trop loin… L’État ne peut pas décréter qu’il va mettre sur le marché de nouvelles molécules ! Il faut que les entreprises aient un intérêt commercial. Pour ça, le gouvernement doit aller plus loin dans la clarification de ses objectifs, afficher la direction quitte à négocier sur le calendrier.

Qu’a apporté cette mission commune sur les phytos ?

Elle a réuni pendant cinq mois des parlementaires de quatre commissions qui, habituellement, ne s’occupent pas d’affaires agricoles. Ils ont vu que les choses étaient complexes et les réponses pas simples. La mission a mis en particulier le doigt sur la problématique santé. Cette question de la santé publique n’a jamais été posée clairement dans le plan Écophyto, qui avait une approche environnementale. Or cette problématique monte en puissance. J’invite le monde agricole à créer dès maintenant des groupes de travail sur ce sujet, comme il sait le faire. Il faut qu’il ait un discours. Ceux que ce sujet préoccupe veulent une réponse. Il faut faire de la pédagogie autour de cette question. J’ai bon espoir : il y a dix ans, les agriculteurs n’étaient pas capables d’avoir un discours sur l’environnement ; aujourd’hui, il n’y a plus de problème. Avec la santé, ça prendra du temps mais ils y arriveront.

Auteur en 2011 d’un rapport sur le biocontrôle, Antoine Herth a suivi de près la mission commune sur les phytos.

Les plus lus

© Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Sur céréales, l'intensité des dégâts est lié à l’espèce, au stade et à l’exposition. © C. Baudart
Gel : des pertes autour de 10 % en colza et betterave
Les dégâts liés à l’épisode de gel qui a frappé les campagnes françaises à partir du 12 avril commencent à être chiffrés en…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures