Aller au contenu principal

Le drainage continue à gagner du terrain en France

La superficie de terres agricoles drainées en France approche les 3 millions d’hectares. Mais ce chiffre officiel est largement sous estimé selon les professionnels du secteur.

La surface des terres agricoles drainées en France est de 2,86 millions d’hectares. Le Recensement agricole 2 010 donne une surface de drainage supérieure de 60 000 hectares à celle de 2000. « Mais entre les deux recensements, la variable retenue définissant le drainage a changé. En 2010, on prend en compte le drainage déclaré encore fonctionnel, analyse Bernard Vincent, Irstea. Les 60 000 hectares de drainage en plus en dix ans ne correspondent pas à la réalité. C’est davantage. »


Des besoins encore élevés


Pour Noël Chalumeau, directeur de la société éponyme et président de l’Andhar(1), les besoins restent élevés. « On est proche de 25 000 hectares de réalisations par an. Nous sommes même sur un rythme de 30 000 hectares cette année. La météo soutient la demande », remarque-t-il.
La première région en termes de surface drainée est le Centre, avec plus de 500 000 hectares et 23 % de la SAU, suivie des Pays de la Loire et de l’Aquitaine. Il y a une grande disparité selon les territoires.


Où il pleut au printemps


« On draine en France là où il pleut beaucoup, particulièrement au printemps, ce qui peut expliquer la place que tient l’Aquitaine en surface drainée », interprète Bernard Vincent. Le type de sol entre en ligne de compte de façon importante. « Le drainage sera recherché pour les sols limoneux, hydromorphes, qui ont la particularité de porter une nappe perchée tout le printemps gênant l’installation des cultures, poursuit le spécialiste de l’Irstea. C’est le cas en Sologne (Centre), dans le Perche (Centre et Normandie), la Dombes, la Bresse ou encore certains secteurs de Loire-Atlantique avec des sols générant des engorgements temporaires. »
Enfin, il y a les territoires « consacrés », à savoir les zones de polder : marais Poitevin, Wateringues du Nord…



Obligations légales


La réalisation d’un réseau de drainage est soumise à procédure, au titre de la Loi sur l’eau. Pour une superficie supérieure ou égale à 100 hectares, il faut constituer un dossier d’autorisation et pour une surface comprise entre 20 et 100 hectares, le projet est soumis à déclaration. La surface comprend non seulement celle du projet mais aussi celle déjà drainée après le 29 mars 1993, voire avant cette date pour certaines administrations. Et il s’agit d’une surface par demandeur et par bassin versant.



Le marché du drainage


Le drainage agricole génère un marché qu’il faut scinder en deux composantes. D’abord, des entreprises de plasturgie fabriquent les drains de PVC avec
quatre groupes principaux en France : Pressigny Tubes, Pipelife, Drostub Industrie et Hegler. Ensuite, la pose des drains est assurée par d’autres sociétés, de dimensions régionales à locales. Une vingtaine de ces entreprises opèrent à l’échelon régional. Il peut s’agir de sociétés privés mais aussi de Cuma.

 

(1) Association nationale de drainage et d’hydraulique agricole responsable.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures