Aller au contenu principal

Retraite agricole : le cumul emploi-retraite pour passer la main sans devenir invisible

Qu’allez-vous faire une fois à la retraite ? Tout autre chose, plus rien, vraiment ? Votre présence sur la ferme sera peut-être appréciée ? Celle-ci est possible, à condition de prendre quelques précautions.

La retraite peut aussi être l'occasion de regarder les tracteurs autrement !
© C. Baudart

Le départ en retraite est pour beaucoup d’actifs un moment critique, un tournant difficile à gérer, et notamment pour les agriculteurs. Leur attachement à leur métier et au lieu sur lequel ils ont vécu et travaillé accentue même le problème. Pour travailler ces questions, les chambres d’agriculture proposent des formations et des webinaires sur le thème « préparer sa retraite ». « C’est l’occasion d’échanger avec d’autres agriculteurs et de voir qu’on n’est pas tout seul dans cette situation », remarque Alexis Parent, conseiller d’entreprise à la chambre d’agriculture de Côte-d’Or.

Pour éviter la rupture, certains continuent à travailler sur la ferme qu’ils ont cédée. C’est possible mais attention, la pratique est encadrée. Une entraide familiale du retraité à son successeur ne peut être que ponctuelle, occasionnelle, volontaire et gratuite. Même effectuée bénévolement mais régulièrement, elle peut être assimilée à du travail dissimulé. En cas de contrôle, les sanctions peuvent atteindre 45 000 euros d’amende : de quoi compliquer sérieusement la gestion de l’exploitation.

Opter pour un contrat de travail en bonne et due forme

Mieux vaut opter pour un contrat de travail en bonne et due forme, possible pour les retraités grâce au dispositif cumul emploi-retraite. Il permet aux retraités de travailler à temps partiel ou à temps plein. Autre avantage : il rend possible le cumul, sans restriction de délai, ni de montant, pensions de retraite et revenus salariés. Avec un contrat de travail, le retraité bénéficie aussi d’une protection sociale, précieuse en cas d’accident. Les conditions à remplir sont simples : disposer d’une retraite à taux plein, avoir atteint l’âge légal minimum de départ à la retraite et avoir liquidé l’ensemble de ses pensions de retraite.

Autre option : partir progressivement à la retraite. Il est pour cela possible de faire une « demande de retraite progressive » auprès de la MSA. Ce dispositif permet d’exercer une activité à temps partiel en percevant une partie seulement de sa retraite. Les candidats s’engagent à un plan de cession progressive de leur exploitation, ou à céder progressivement leurs parts sociales et à justifier de leurs revenus chaque année. Cette formule permet de continuer à cumuler des droits à la retraite, qui, à la cession totale de l’activité, majoreront le calcul de la retraite définitive.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
Les agriculteurs se sont précipités pour déposer des demandes d'aides à l'investissement dans le cadre du plan Protéines, poussant FranceAgriMer à suspendre la téléprocédure. © J.-C. Gutner
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures