Aller au contenu principal

Bertin George, agriculteur à Saint-Aubin-d’Arquenay, Calvados
Crise des cultures industrielles : « En Normandie, le colza est une bonne carte à jouer » (Bertin George, Fop)

Pour Bertin George, agriculteur à Saint-Aubin-d’Arquenay dans le Calvados et administrateur de la Fédération des producteurs d’oléoprotéagineux, le colza coche toutes les cases agronomiques et économiques pour remplacer le lin et la betterave dans les assolements 2021.

© G. Omnès / Fop

Pourquoi le colza plus qu’une autre culture ?

Bertin George - Le colza a de nombreux atouts agronomiques : c’est une excellente tête d’assolement et il couvre les sols en hiver. Dans nos régions, où les cultures sont diversifiées, le colza est relativement peu cultivé. Il peut prendre une part plus importante dans les assolements. Les rendements restent bons : ils sont en moyenne de 37 q/ha. Notre région est moins pénalisée par le climat que les régions Bourgogne, Grand-Est ou Centre, qui doivent faire face à des échecs de culture. La Normandie reste humide et les sécheresses moins marquées. C’est une bonne carte à jouer.

Mais l’avantage économique est-il réel ?

B. G. Le colza est valorisé entre 340-380 euros la tonne, ce qui le place au niveau d’un blé tendre. Dans mon assolement 2020, le colza a déjà remplacé les betteraves à hauteur de 50 %. En plus, à compter de la récolte 2020, l’outil OléoZE conçut par Saipol, permet aux agriculteurs de toucher un bonus. Il leur suffit pour cela d’indiquer leurs pratiques culturales sur cette plateforme digitale. Cette prime « bas gaz à effet de serre » n’est pas rien puisqu’elle s’établit a 20-30 euros la tonne en moyenne, avec une fourchette comprise entre 5 et 50 euros/tonne en fonction des pratiques et du marché du carbone. Cette enveloppe récompense les pratiques vertueuses comme le non-travail du sol.

Avec un diesel en perte de vitesse, le colza est-il une culture d’avenir ?

B. G. - L’énergie électrique est sous les projecteurs mais pose encore de nombreux soucis techniques alors que les carburants à base d’huile de colza sont facilement applicables. Ils permettent de diminuer massivement et à peu de frais nos émissions de CO2. Le groupe Avril développe le carburant Oléo100 pour les flottes captives et mène une série d’expériences dans le transport fluvial, le transport aérien, le chauffage domestique. Le carburant renouvelable a de l’avenir et offre de nombreux débouchés à l’huile de colza.

Les plus lus

Moisson des bles dans les plaines cerealieres de la Marne. La recolte des bles s annoncent tres bonne avec des rendements superieurs a 92 quintaux par hectares. Paysan ...
Prix des céréales : à quoi s'attendre pour la récolte 2023 ?
Le marché des céréales est orienté à la baisse depuis plusieurs mois, provoquant l’effet de ciseau redouté par les agriculteurs.…
Se passer de glyphosate peut donner le droit à un crédit d'impôt pour les exploitations agricoles.
Tout savoir sur le Crédit d’impôt glyphosate 2023
La loi de finances 2023 a prolongé le crédit d’impôt « sortie du glyphosate » pour les entreprises agricoles qui s’engagent dans…
luzerne liquide utilisée pour la fertilisation des cultures
Apport d'azote : la piste de la luzerne en engrais de ferme
Différentes expérimentations sont menées pour étudier l'intérêt économique et technique d'utiliser la luzerne en engrais de ferme…
Jérémy Faucheux, agriculteur et co-gérant de l’ETA JMA Travaux agricoles en Eure-et-Loir
Hausse du prix du matériel agricole : « Nous avons dû augmenter nos tarifs de 10 % pour faire face »
Les entreprises de travaux agricoles doivent elles aussi raisonner le renouvellement de leur parc matériel face à la hausse des…
Parcelles en grandes cultures en agriculture biologique travaillées avec ou sans travail du sol et des couverts
Azote : les agriculteurs bio cherchent de nouvelles ressources pour la fertilisation
L’envolée des prix des engrais et la stagnation des prix des céréales amènent les agriculteurs en bio à réduire la fertilisation…
Preview image for the video "Produire des insectes au sein d'une exploitation".
Élevage d'insectes : des agriculteurs de Limagne se lancent dans la production
En Limagne, l’entreprise Invers a lancé des bâtiments d’élevage d’insectes à la ferme. Objectif : créer une filière basée sur l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures