Aller au contenu principal

AVIS d'EXPERT
LE CANADA A LE MONOPOLE SUR LA MOITIÉ DU MARCHÉ

Xavier Rousselin du service des marchés de l'OniGC explique les dessous de la flambée du blé dur.

 

« De 190 euros /tonne en juillet, le blé dur franchissait 430 euros/tonne dès novembre. Nous vivons la quatrième année consécutive de baisse de la production mondiale. Cette baisse est intervenue dans les zones de consommation importantes, au Maroc qui a subit une année catastrophique, en Syrie, en Turquie et dans l’Union européenne. La chute vertigineuse des stocks chez les trois greniers mondiaux du blé dur, le Canada, les États-Unis et l’Union européenne, alimente le surcroît de demande.

Les stocks mondiaux ne représentent aujourd’hui que 5 % de la consommation, le plus bas niveau des quarante dernières années, contre 15 % auparavant. La flambée a aussi des causes structurelles qui freinent la concurrence. Suite au découplage, l’UE a perdu près d’un million d’hectares de blé dur, soit près d’un quart de ses surfaces. Les répercussions sont considérables sur l’équilibre du marché mondial car l’UE est le premier consommateur. Les deux tiers des échanges sont réalisés par les États- Unis et le Canada.

À lui seul, le Canada en réalise plus de la moitié par le biais de la Commission canadienne du blé, en situation de monopole. Cela revient à dire qu’une seule société détient plus de 50 % du marché. Son pouvoir est fort sur les prix alors que l’élasticité de la demande est très faible. La consommation de pâtes ne recule pas en Europe et celle de semoule encore moins au Maroc et en Algérie où les gouvernements ont pris des mesures pour limiter les conséquences sociales de la hausse de ce produit de première nécessité".

Les plus lus

Mention " archives " obligatoire / discussion technique entre agricultrice et technicien / itinéraires culturaux et utilisation des produits phytosanitaires / marges / ...
Conseil stratégique phytosanitaire : le dispositif définitivement abandonné dans sa forme actuelle

Parmi les mesures prises par le gouvernement Attal pour répondre à la colère des agriculteurs figure la suppression du conseil…

Moisson dans l' Indre près d' Issoudun le 8 juillet 2022. Agriculteur et sa fille dans une parcelle de blé
Fermage : comment sécuriser la transmission des baux hors cadre familial ?

Sans repreneur familial, la cession du foncier loué peut s’avérer compliquée. Il existe des outils, qui dans l’idéal sont à…

Simon Avenel, agriculteur à Goderville (76),"La marge économique dégagée par le miscanthus à l'hectare est supérieure à celle du blé ou du colza grâce à la ...
Lutte contre l’érosion : « J’ai implanté 7 kilomètres de bandes de miscanthus pour faire obstacle au ruissellement »

Agriculteur à Goderville (Seine-Maritime), Simon Avenel a réduit la taille de ses parcelles et planté du miscanthus en…

Famille agricole, père avec sa fille et ses petits-enfants dans une parcelle agricole
Transmission d’exploitation agricole : quelles sont les options pour le foncier en propriété ?
Être propriétaire des terres que l’on exploite permet de mieux maîtriser le foncier lors de la transmission. Une réflexion reste…
Culture intermédiaire fixatrice d’azote
Jachère 2024 : la dérogation et ses nouvelles conditions publiées par Bruxelles

La Commission européenne a tranché et publie ce jour un règlement accordant aux agriculteurs européens une exemption partielle…

Culture inondée. Champ de blé Inondé. Parcelle de céréales sous l'eau. Intempéries. Dégâts causés aux cultures. Climat humide. Fortes précipitations. Inondation de ...
Désherbage et fertilisation des céréales d’hiver : adapter sa stratégie en fonction des dates de semis
Les mauvaises conditions météo de l’automne, notamment dans l’Ouest et dans le Nord de la France, ont entraîné un étalement des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures