Aller au contenu principal

Le bail rural de moins en moins séduisant pour les propriétaires

Les deuxièmes rencontres nationales de l’expertise immobilière (RNEI) ont réuni plus d’une centaine de notaires, avocats et experts fonciers de toute la France au Centre de formation professionnelle des notaires de Lyon le 14 décembre.

Pour François Robbe, docteur en droit public et avocat, "le contrôle des structures n'a pas joué, au cours des décennies, le rôle qui lui était initialement attribué, à savoir le mantien d'exploitations de taille moyenne et l'installation massive de jeunes agriculteurs." Il a plaidé pour une réorientation du contrôle des structures vers des objectifs qualitatifs.
© S. Thillaye

Organisé par les éditions Edilaix, spécialisées en droit immobilier et foncier, ce colloque intitulé « Actualité et devenir des baux ruraux » a permis d’aborder plusieurs aspects du régime des baux dont les modalités de reprise et de résiliation, ainsi que le contrôle des structures lors de la conclusion et de la cession du bail rural. Placé sous la présidence de Jean Debeaurain, avocat au barreau d’Aix-en-Provence, une table ronde a permis d’échanger sur l’évolution législative du droit rural et de la réforme du statut du fermage. Car « il y a une désaffection du statut du bail rural par les propriétaires fonciers au profit du développement du travail à façon », a souligné Hubert Bosse-Platière, professeur à l’université de Bourgogne.

Quelques pistes de réflexions ont été abordées, comme « la création d’un statut de bail régional, car le bail rural est aujourd’hui le même quel que soit le type de production, la taille de l’exploitation ou les particularités géographiques », a suggéré Michel Heimann, ancien directeur de la Safer Auvergne - Rhône-Alpes. Les présentations ont aussi abordé les baux emphytéotiques et dérogatoires (hors statuts classiques), ainsi que les procédures collectives lors de la cession du bail rural.

Les plus lus

Parcelles avec des infrastructures agroécologiques dans le lointain
Suppression des 4 % de jachère : quel impact sur ma télédéclaration PAC 2024 ?

Dès cette campagne 2024, il n’est plus nécessaire de mettre en place de la jachère, cultures fixatrices d’azote ou …

Installation de stockage de céréales de Jean-Christophe Dupuis, agriculteur à Mancey, en Saône-et-Loire
Stockage des céréales : « Mon installation simple me permet d’atteindre un coût de stockage de 8 €/t »
Jean-Christophe Dupuis est agriculteur à Mancay, en Saône-et-Loire. Depuis 2021, il stocke 1 200 tonnes de grains sur son…
Epandage d'engrais sur champ de blé
Engrais azotés : quelle stratégie d'achat adopter pour la prochaine campagne ?
La nouvelle campagne d’achats d’engrais azotés par les agriculteurs pour 2025 démarre à peine. C’est le moment de réfléchir à sa…
Parcelles agricoles au printemps, colza au premier plan, champ de blé et de colza au deuxième plan
PAC et DPB : les six points à retenir avant de faire un transfert

Le transfert des droits à paiement de base (DPB) est une démarche qu’il ne faut pas prendre à la légère puisqu’elle…

Clément Savouré, agriculteur en Eure-et-Loir
Achat d’engrais : « Nous arbitrons entre l’ammonitrate et la solution liquide en fonction du prix de l’unité d’azote »

Clément Savouré, agriculteur à Le Gué-de-Longroi, en Eure-et-Loir, privilégie les achats d’engrais à la morte-saison pour…

Thibaut et Dominique de Vulpillières, agriculteurs à Lavernose (Haute-Garonne),  "20 hectares est consacré chaque année au soja en dérobé."
Cultures dérobées : « Je réalise une marge brute en orge + soja au moins équivalente à un bon maïs »

Agriculteur à Lavernose (Haute-Garonne), Thibaut de Vulpillières cultive du soja en dérobé avec un semis dans la foulée de la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures