Aller au contenu principal

Pois d´hiver
L´autre façon de faire du pois

Moins exigeant en eau et de récolte plus précoce, le pois d´hiver peut être une alternative rentable au pois de printemps. Mais pas dans toutes les régions et à condition de respecter certaines règles. Le point.


&quote;On ne gagne pas sur tous les tableaux avec le pois d´hiver par rapport au pois de printemps, mais on augmente les chances d´être plus régulier en rendement et la libération des parcelles est plus précoce, souligne Bernard Gaillard, ITCF. Il prend l´exemple de la campagne écoulée où les pois de printemps ont souvent été semés trop tard. &quote;Les pluies trop abondantes en mars-avril n´ont pas empêché les pois d´hiver de montrer des rendements supérieurs comme dans un essai dans la Mayenne où on a obtenu 42 q/ha contre 35 q/ha pour les pois de printemps.&quote;
Les pois d´hiver se récoltent plus tôt que les variétés de printemps. Précision de l´ingénieur de l´ITCF : Nous notons huit-dix jours d´écart. C´est important car cela permet une récolte avant les colzas et orges ou en même temps. Avec les pois de printemps, la date optimale de récolte tombe souvent en plein dans la moisson des blés.&quote;
La &quote;précocité&quote; de maturation des pois d´hiver présente d´autres avantages. &quote;Elle permet d´échapper partiellement à la période de déficit hydrique en fin de développement et aux fortes chaleurs.&quote; Ce constat amène Bernard Gaillard à conseiller ce type de pois sur les sols peu profonds (à faible réserve utile en eau) et sur les parcelles non irriguées.
Résistantes à -18 ºC
Cheyenne et Spirit sont les deux variétés les plus en vue en pois d´hiver. Elles montrent des hauts niveaux de résistance au froid. &quote;Cheyenne tient à -18 ºC sans neige,&quote; affirme Michel Mangin, UNIP-ITCF.
La résistance à la verse est une caractéristique qui est surveillée de près pour toute nouveauté arrivant sur le marché. Les nouvelles variétés Dove et Lucy inscrites outre-Manche présentent des tenues de tige satisfaisantes.
Les pois d´hiver sont souvent présentés comme des pois de printemps à la tolérance au froid améliorée. Une variété comme Idéal (Serasem) montre une résistance au froid limite aux yeux de l´UNIP-ITCF. Mais elle tire très bien son épingle du jeu dans le Sud où les hivers ne sont pas trop rigoureux. Son PMG élevé s´apparente plus à celui de pois de printemps que de pois d´hiver à petits grains.
Quelle date de semis choisir pour les pois d´hiver ? &quote;Ils se sèment comme les derniers blés, résume Michel Mangin. Plutôt fin-novembre dans le Sud-Ouest (Lauragais et régions voisines) voire décembre pour Idéal ; les dates seront avancées à la première quinzaine de novembre en Poitou-Charentes et Pays-de-Loire. &quote;Il faut absolument éviter de semer trop tôt. Plus le semis est précoce, plus on développe le risque bactériose (maladie). Et ce sont sur les foyers de bactériose que l´anthracnose commence à se développer, prévient Michel Mangin. Les doses de semis doivent répondre à l´objectif de densités de l´ordre de 60 plantes au m2 en sortie hiver.

Floraison longue
Pour reprendre l´exemple de la région Poitou-Charentes, le pois d´hiver fleurit vers le 25 avril pour un semis début à mi-novembre. Semé généralement dans la première quinzaine de mars, la floraison du pois de printemps a lieu de fin mai à début juin. &quote;Il y a un mois d´écart entre les deux types de pois pour les dates de début floraison. Mais les pois d´hiver fleurissent sur une période plus étalée, explique Bernard Gaillard. A la fin de la formation des graines (stade limite d´avortement*), l´écart de développement entre les deux types de pois n´est plus que de dix-quinze jours.&quote;
Si le pois d´hiver est moins exigeant en eau, il apparaît moins bien armé face aux maladies que le pois de printemps. Il est aussi vulnérable à l´aphanomyces et la lutte contre l´anthracnose exige trois traitements fongicides au minimum. Le pois de printemps peut n´avoir besoin que d´une ou de deux interventions. L´utilisation de produits à base de chlorothalonil reste d´un coût modique : 90 francs/ha environ avec l´équivalent de 1000 g de matière active à l´hectare.
En collaboration avec des sélectionneurs français, l´Inra travaille sur l´obtention de véritables pois d´hiver qui seraient capables de rentrer en &quote;dormance&quote; pendant la mauvaise saison. Ils permettraient d´avancer les dates de semis et d´étendre la zone de culture du pois d´hiver. Le jour où l´on gagnera sur tous les tableaux, le pois de printemps sera remis en question.

* Ce stade correspond à la présence d´au moins une graine de 6 mm de long au minimum dans les dernières gousses
Essais variétaux de pois d´hiver ©Ch. Gloria

Essais variétaux de pois d´hiver
A première vue, pas de différence entre pois d´hiver et de printemps en parcelles, sauf que le pois d´hiver arrive à maturité huit-dix jours plus tôt.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures