Aller au contenu principal
Font Size

" L’assurance récolte doit être réformée " estime François Jacques

Trois questions à François Jacques, agriculteur et responsable de la commission Économie de l’exploitation d’Orama, au sujet de l'assurance récolte.

. Stéphane Le Foll a présenté une nouvelle approche de l’assurance récolte. Combien de céréaliers sont couverts par ce contrat ?


On considère qu’environ un tiers des surfaces Scop sont couvertes en assurance récolte. En augmentation régulière depuis la création du contrat en 2005, ce chiffre s’est stabilisé. Désormais, il y a autant de nouvelles souscriptions que de
résiliations… La nouvelle approche du ministre consiste à mettre en œuvre un contrat socle,
s’apparentant à une assurance « coup dur ». Elle permettrait de relancer un cycle de production en cas de mise en péril de l’exploitation et, par son coût plus faible, toucherait un plus grand nombre de producteurs.


. Qu’est-ce qui freine les agriculteurs à s’assurer ?


C’est le rapport montant de la cotisation sur risque couvert. Depuis l’exclusion des grandes cultures du fonds national de garantie des calamités agricoles (FNGCA), en janvier 2009, les
producteurs de grandes cultures n’ont d’autres choix que de souscrire l’assurance récolte s’ils souhaitent bénéficier d’un filet de sécurité. Mais avec le jeu des franchises et des seuils de déclenchement, l’intervention de l’assureur est très rare… Encore plus si on a un assolement peu diversifié.
À l’inverse, avec de petites soles, le seuil de déclenchement est plus facilement atteint. Finalement, nous nous trouvons déjà presque sur un modèle d’assurance « coup dur » mais avec
des niveaux de cotisations difficilement acceptables.


. Que faire pour rendre la couverture plus séduisante ?

 

Entre la fluctuation des rendements et la volatilité des prix, les niveaux de chiffre d’affaires peuvent varier du simple au triple.
Il faudrait à la fois couvrir les risques climatiques et le risque prix. Pour cela, nous imaginons que les premiers pourraient être garantis par l’assurance « coup dur » et le second par de l’auto-assurance. D’autant plus que l’outil auto-assurance existe déjà : il s’agit de la déduction pour aléas (DPA).
Pour l’instant limitée à 27 000 euros, il suffirait de la déplafonner pour qu’en bonnes années,
les exploitants puissent se constituer une réserve qu’ils pourraient réintégrer les mauvaises années. Les règles de réintégration doivent aussi être simplifiées pour inciter la déduction, donc
la couverture. Concernant l’assurance « coup dur », nous pensons qu’elle devrait être propre à chaque secteur de production. Il nous paraît également injustifié de cotiser à la cagnotte « fonds de calamités » sans pouvoir y prétendre. Enfin, pour parfaire le contrat d’assurance récolte, les références historiques seraient plus pertinentes si elles étaient revalorisées les années sinistrées (grêle, dégâts de gibier…), sinon la base de référence est faussée et l’agriculteur pénalisé.


Propos recueillis par Emmanuel Dessein

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures