Aller au contenu principal

" L’assurance récolte doit être réformée " estime François Jacques

Trois questions à François Jacques, agriculteur et responsable de la commission Économie de l’exploitation d’Orama, au sujet de l'assurance récolte.

. Stéphane Le Foll a présenté une nouvelle approche de l’assurance récolte. Combien de céréaliers sont couverts par ce contrat ?


On considère qu’environ un tiers des surfaces Scop sont couvertes en assurance récolte. En augmentation régulière depuis la création du contrat en 2005, ce chiffre s’est stabilisé. Désormais, il y a autant de nouvelles souscriptions que de
résiliations… La nouvelle approche du ministre consiste à mettre en œuvre un contrat socle,
s’apparentant à une assurance « coup dur ». Elle permettrait de relancer un cycle de production en cas de mise en péril de l’exploitation et, par son coût plus faible, toucherait un plus grand nombre de producteurs.


. Qu’est-ce qui freine les agriculteurs à s’assurer ?


C’est le rapport montant de la cotisation sur risque couvert. Depuis l’exclusion des grandes cultures du fonds national de garantie des calamités agricoles (FNGCA), en janvier 2009, les
producteurs de grandes cultures n’ont d’autres choix que de souscrire l’assurance récolte s’ils souhaitent bénéficier d’un filet de sécurité. Mais avec le jeu des franchises et des seuils de déclenchement, l’intervention de l’assureur est très rare… Encore plus si on a un assolement peu diversifié.
À l’inverse, avec de petites soles, le seuil de déclenchement est plus facilement atteint. Finalement, nous nous trouvons déjà presque sur un modèle d’assurance « coup dur » mais avec
des niveaux de cotisations difficilement acceptables.


. Que faire pour rendre la couverture plus séduisante ?

 

Entre la fluctuation des rendements et la volatilité des prix, les niveaux de chiffre d’affaires peuvent varier du simple au triple.
Il faudrait à la fois couvrir les risques climatiques et le risque prix. Pour cela, nous imaginons que les premiers pourraient être garantis par l’assurance « coup dur » et le second par de l’auto-assurance. D’autant plus que l’outil auto-assurance existe déjà : il s’agit de la déduction pour aléas (DPA).
Pour l’instant limitée à 27 000 euros, il suffirait de la déplafonner pour qu’en bonnes années,
les exploitants puissent se constituer une réserve qu’ils pourraient réintégrer les mauvaises années. Les règles de réintégration doivent aussi être simplifiées pour inciter la déduction, donc
la couverture. Concernant l’assurance « coup dur », nous pensons qu’elle devrait être propre à chaque secteur de production. Il nous paraît également injustifié de cotiser à la cagnotte « fonds de calamités » sans pouvoir y prétendre. Enfin, pour parfaire le contrat d’assurance récolte, les références historiques seraient plus pertinentes si elles étaient revalorisées les années sinistrées (grêle, dégâts de gibier…), sinon la base de référence est faussée et l’agriculteur pénalisé.


Propos recueillis par Emmanuel Dessein

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Le règlement actuel des ZNT s’applique jusqu'à publication des nouveaux textes si la charte est toujours sur le site de la préfecture. Cela devrait être encore le cas au moment des désherbages d'automne.
Semis 2021 : devez-vous prévoir des ZNT de 10 mètres ?
Le Conseil d’Etat demande le durcissement sur plusieurs points de la réglementation des zones de non-traitement, à formaliser d’…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures