Aller au contenu principal

" L’assurance récolte doit être réformée " estime François Jacques

Trois questions à François Jacques, agriculteur et responsable de la commission Économie de l’exploitation d’Orama, au sujet de l'assurance récolte.

. Stéphane Le Foll a présenté une nouvelle approche de l’assurance récolte. Combien de céréaliers sont couverts par ce contrat ?


On considère qu’environ un tiers des surfaces Scop sont couvertes en assurance récolte. En augmentation régulière depuis la création du contrat en 2005, ce chiffre s’est stabilisé. Désormais, il y a autant de nouvelles souscriptions que de
résiliations… La nouvelle approche du ministre consiste à mettre en œuvre un contrat socle,
s’apparentant à une assurance « coup dur ». Elle permettrait de relancer un cycle de production en cas de mise en péril de l’exploitation et, par son coût plus faible, toucherait un plus grand nombre de producteurs.


. Qu’est-ce qui freine les agriculteurs à s’assurer ?


C’est le rapport montant de la cotisation sur risque couvert. Depuis l’exclusion des grandes cultures du fonds national de garantie des calamités agricoles (FNGCA), en janvier 2009, les
producteurs de grandes cultures n’ont d’autres choix que de souscrire l’assurance récolte s’ils souhaitent bénéficier d’un filet de sécurité. Mais avec le jeu des franchises et des seuils de déclenchement, l’intervention de l’assureur est très rare… Encore plus si on a un assolement peu diversifié.
À l’inverse, avec de petites soles, le seuil de déclenchement est plus facilement atteint. Finalement, nous nous trouvons déjà presque sur un modèle d’assurance « coup dur » mais avec
des niveaux de cotisations difficilement acceptables.


. Que faire pour rendre la couverture plus séduisante ?

 

Entre la fluctuation des rendements et la volatilité des prix, les niveaux de chiffre d’affaires peuvent varier du simple au triple.
Il faudrait à la fois couvrir les risques climatiques et le risque prix. Pour cela, nous imaginons que les premiers pourraient être garantis par l’assurance « coup dur » et le second par de l’auto-assurance. D’autant plus que l’outil auto-assurance existe déjà : il s’agit de la déduction pour aléas (DPA).
Pour l’instant limitée à 27 000 euros, il suffirait de la déplafonner pour qu’en bonnes années,
les exploitants puissent se constituer une réserve qu’ils pourraient réintégrer les mauvaises années. Les règles de réintégration doivent aussi être simplifiées pour inciter la déduction, donc
la couverture. Concernant l’assurance « coup dur », nous pensons qu’elle devrait être propre à chaque secteur de production. Il nous paraît également injustifié de cotiser à la cagnotte « fonds de calamités » sans pouvoir y prétendre. Enfin, pour parfaire le contrat d’assurance récolte, les références historiques seraient plus pertinentes si elles étaient revalorisées les années sinistrées (grêle, dégâts de gibier…), sinon la base de référence est faussée et l’agriculteur pénalisé.


Propos recueillis par Emmanuel Dessein

Les plus lus

Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Betteraves touchées par la jaunisse en 2020 - La dérogation pour l'utilisation des néonicotinoïdes va s'accompagner de restrictions fortes concernant la rotation. Reste à savoir si cela dissuadera les planteurs de maintenir leurs surfaces en betteraves. © G. Omnès
Betteraves/néonicotinoïdes : un projet d’arrêté contraignant pour les rotations
Le projet d’arrêté encadrant l’usage des néonicotinoïdes en traitement de semences sur betteraves vient d’être publié pour…
 © C. Baudart
Comment réussir son départ en retraite quand on est agriculteur ?
Dans combien de temps partirez-vous à la retraite ? Quels seront vos revenus ? Que devient votre exploitation ? Des questions à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures