Aller au contenu principal

L’artificialisation continue de prélever des terres agricoles

L’artificialisation des sols continue de grignoter les terres agricoles. Elle se chiffre en milliers d’hectares chaque année mais a tendance à ralentir. L’objectif de l’État est d’atteindre le « zéro artificialisation nette ».

© Corine Land Cover

Difficile de chiffrer précisément l’artificialisation des sols en France, car les données varient significativement selon les sources. « En l’état actuel, les données disponibles sur l’artificialisation des sols en France permettent surtout d’alerter sur les grandes tendances du phénomène », affirme toutefois Inrae dans son rapport "Sols artificialisés et processus d’artificialisation des sols : déterminants, impacts et leviers d’action",  publié fin 2017, tout en reconnaissant « qu’il n’y a pas de mesures quantitatives faisant référence pour l’ensemble des acteurs ».

Selon les données de l’enquête Teruti-Lucas du ministère de l’Agriculture, la surface artificialisée est passée de 6,9 % de la superficie du territoire en 1992 à 9,4 % en 2015, soit une consommation moyenne d’espace de 60 000 hectares par an. Cette progression de 36 % est supérieure à celle de la population sur la même période (+12 %). Depuis 2010, cette artificialisation tend toutefois à ralentir.

24 000 hectares consommés par an depuis 2016

L’observatoire national de l’artificialisation mis en ligne en 2019 confirme ce ralentissement. Jusqu’à 2013, le rythme de disparition annuelle d’espaces naturels, agricoles et forestiers était de plus de 30 000 hectares. Il a chuté entre 2012-2016, pour se stabiliser autour de 24 000 hectares par an depuis 2016.

Selon la synthèse publiée par Agreste (services de l’État) sur la période 2006-2014, l’artificialisation s’explique pour moitié par la construction de logements neufs (individuels surtout), pour 20 % par l’extension de réseaux de transports (routes essentiellement), pour 15 % par la construction de bâtiments ou aires bétonnées (commerces, loisirs, services, industries…). Elle se fait pour deux tiers aux dépens des espaces agricoles.

La lutte contre l’artificialisation des sols est un axe majeur du plan Biodiversité du gouvernement. L’objectif est de parvenir à « zéro artificialisation nette », ce qui passera par la maîtrise de l’urbanisation.

Les plus lus

Mention " archives " obligatoire / discussion technique entre agricultrice et technicien / itinéraires culturaux et utilisation des produits phytosanitaires / marges / ...
Conseil stratégique phytosanitaire : le dispositif définitivement abandonné dans sa forme actuelle

Parmi les mesures prises par le gouvernement Attal pour répondre à la colère des agriculteurs figure la suppression du conseil…

Moisson dans l' Indre près d' Issoudun le 8 juillet 2022. Agriculteur et sa fille dans une parcelle de blé
Fermage : comment sécuriser la transmission des baux hors cadre familial ?

Sans repreneur familial, la cession du foncier loué peut s’avérer compliquée. Il existe des outils, qui dans l’idéal sont à…

Simon Avenel, agriculteur à Goderville (76),"La marge économique dégagée par le miscanthus à l'hectare est supérieure à celle du blé ou du colza grâce à la ...
Lutte contre l’érosion : « J’ai implanté 7 kilomètres de bandes de miscanthus pour faire obstacle au ruissellement »

Agriculteur à Goderville (Seine-Maritime), Simon Avenel a réduit la taille de ses parcelles et planté du miscanthus en…

Famille agricole, père avec sa fille et ses petits-enfants dans une parcelle agricole
Transmission d’exploitation agricole : quelles sont les options pour le foncier en propriété ?
Être propriétaire des terres que l’on exploite permet de mieux maîtriser le foncier lors de la transmission. Une réflexion reste…
Culture intermédiaire fixatrice d’azote
Jachère 2024 : la dérogation et ses nouvelles conditions publiées par Bruxelles

La Commission européenne a tranché et publie ce jour un règlement accordant aux agriculteurs européens une exemption partielle…

Parcelle agricole en jachère
Jachère : Bruxelles propose une nouvelle dérogation pour 2024

La Commission européenne propose une nouvelle dérogation pour la jachère 2024, à la demande notamment de la France.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures