Aller au contenu principal

Ravageurs du pois
L´anthracnose : l´objectif numéro 1

Sur le pois, c´est l´anthracnose qui conditionne la stratégie fongicide. Avec des variantes selon la présence des autres maladies et les régions.


Il n´y a pas 36 façons d´orienter sa stratégie de lutte contre les maladies du pois. On vise d´abord l´anthracnose, la maladie majeure. Puis on module son choix de fongicide en fonction du cortège parasitaire accompagnant ou non l´anthracnose.
« Le chlorothalonil a toujours sa raison d´être parmi les fongicides pois », affirme Philippe Crosson de l´ITCF. Utilisé seul ou au travers d´une association avec une autre molécule comme dans Cicéro, le chlorothalonil assure une bonne efficacité sur anthracnose pour un coût modique (20 euros par hectare pour 1 500 g de la molécule).
Des produits montrent des spectres d´actions plus complets. « Walabi (Maori) est performant contre l´anthracnose mais aussi le botrytis, cite comme exemple Philippe Crosson. Contre la rouille, on privilégiera les triazoles. On les retrouve dans des produits comme Horizon EW, Caramba (Star) ou encore Amistar Ter ». A base de strobilurine, ce dernier montre un spectre d´action complet aussi bien contre l´anthracnose que le botrytis, la rouille et l´oïdium

Association gagnante avec le chlorothalonil
Il y a peu de nouveaux produits à signaler sur le pois. Tout juste notera-t-on Caramba Star (Cinch Pro ou Sunorg Pro). Ce n´est autre qu´une reformulation de Caramba (Cinch, Sunorg). La concentration de metconazole passe à 90 grammes par litre au lieu de 60 grammes dans Caramba. La dose d´homologation est de 0,8 litre à l´hectare (1,2 litre pour Caramba).
Les préconisations d´utilisation sont revues également. « Nous le conseillons à 0,4 litre à l´hectare systématiquement en utilisation avec du chlorothalonil à 600 grammes à l´hectare, précise Jean-Pierre Galle de BASF. L´objectif est d´obtenir un spectre d´efficacité sur anthracnose et rouille ». Le chef marché cultures industrielles de BASF juge cette solution « aussi efficace sur botrytis que 1 500 grammes par hectare de chlorothalonil. »

Pas de modèle de prévision des maladies du pois
Le pois de printemps nécessite une protection durant la floraison. « Une première intervention aura lieu au stade début floraison, conseille le spécialiste de l´ITCF. Un deuxième traitement s´avère souvent nécessaire quinze jours plus tard. C´est à ce stade que l´on combattra le mieux des maladies comme la rouille ou le botrytis. Il faudra choisir le produit en conséquence. »
Le pois d´hiver est plus sujet aux attaques de maladies. Un traitement supplémentaire est conseillé par rapport à un pois de printemps. « Il s´agit d´une application précoce avant floraison, à un stade entre six et dix feuilles. Mais le choix du stade de traitement sera fonction du contexte climatique et de la région où l´on se trouve », prévient Philippe Crosson. Les mêmes stades que pour le pois de printemps sont conseillés pour les traitements suivants.
Il n´existe pas, à ce jour, de modèle de prévision des maladies foliaires du pois. Des travaux sont en cours à l´Inra sur une modélisation climatique de l´évolution de l´anthracnose. Mais elle ne permettrait pas de prévoir les premières apparitions...
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
Terres agricoles : l'indice des fermages 2020 est publié
Le nouvel indice du fermage est connu. En légère hausse de 0,55 %, il est de 105,33. Ce chiffre permet de déterminer le montant…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures