Aller au contenu principal

Pesticides/Environnement
L´AMPA, un métabolite du glyphosate fréquemment présent dans l´eau


Acide amino méthyl phosphonique, l´AMPA est un produit de dégradation du glyphosate, matière active herbicide. Les études ne laissent pas apparaître d´éléments inquiétants quant à sa toxicité par rapport au glyphosate. Il est jugé moins toxique que son parent selon les études de la Commission européenne : non mutagène ni tératogène, pas de risque de toxicité chez les animaux de la ferme. En revanche, l´AMPA est plus stable dans l´eau que le glyphosate. Il est considéré comme une matière active à part entière et, à ce titre, il tombe sous le coup de la limite de 0,1 microgramme par litre à respecter pour l´eau potable. Ce que conteste Monsanto : « l´AMPA a été inclus dans les suivis des eaux sans que la pertinence de cette décision ne soit examinée comme cela a été fait aux Pays-Bas où il a été décidé qu´il n´était pas pertinent. La norme de 0,1 microgramme par litre ne devrait donc pas s´appliquer car l´AMPA n´a pas d´activité herbicide. »
Les eaux de surface montrent la présence fréquente de glyphosate et d´un produit de dégradation, l´AMPA. ©D. R.

L´AMPA n´est pas seulement issu de la dégradation du glyphosate mais aussi d´autres sources (détergents). Aucune étude ne montre clairement la part de chaque source sur la présence d´AMPA. Mais en se basant sur la dynamique de ce métabolite dans les eaux, Bretagne Eau Pure discerne une coïncidence avec la période d´utilisation du glyphosate.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures