Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

L’agriculture numérique s’expose en Île-de-France

Une journée portes ouvertes le 19 juin sur la ferme pilote de la chambre d’agriculture d’Île-de-France a permis de découvrir des innovations qui feront l’agriculture de demain (ou pas) grâce aux nouvelles technologies. Quelques exemples.

Les stations météo connectées sont testées sur la qualité de données transmises et leur validation pour faire tourner des outils d'aide à la décision.
© C. Gloria

Modulation intraparcellaire des apports azotés, stations météo connectées, pilotage de l’irrigation, outils de prévision de maladies, capteurs et OAD divers et variés… la chambre d’agriculture d’Île-de-France a organisé une journée portes ouvertes sur la ferme pilote du Gaec Hottin, à Boutigny-sur-Essonne le 19 juin, pour la présentation d’outils d’agriculture numérique. Cette opération, de même que les essais effectués, bénéficie du soutien à l’innovation mis en place avec la région Île-de-France.

Des outils pour piloter les apports azotés

Divers outils de modulation d’apports azotés existent et, parmi eux, la chambre d’agriculture d’Eure-et-Loir propose un service se basant sur des images provenant des satellites européens Sentinel d’observation de la terre. « Notre service est en prélancement en Eure-et-Loir pour un coût de 7 euros de l’hectare (contre 12 euros pour le service Farmstar). Sur blé, il permettra de piloter les apports azotés avec un paramétrage possible par variété. Sur colza, le service pourra remplacer les pesées de biomasse d’entrée et de sortie d’hiver pour le calcul des apports azotés, présente Paul Brillault, conseiller spécialisé grandes cultures à la chambre d’agriculture du département. Avec cet outil, l’objectif est d’aller vers la modulation intraparcellaire des apports azotés. »

Les drones sont toujours proposés pour le même type de service puisqu’ils s’affranchissent de la couverture nuageuse pour la prise de mesures. Mais ils pâtissent du coût de leur mise en œuvre.

Montés sur tracteurs au bout de bras télescopiques, les capteurs Isaria et Green Seeker mesurent la réflectance des feuilles pour estimer le besoin en azote du blé. L’outil Isaria serait développé sur quelques centaines de fermes en Allemagne, Pays-Bas, Ukraine, République tchèque… Commercialisé par la société Fritzmeier, il faut débourser 30 000 euros pour l’acquérir.

Un broyeur de menues pailles contre les graines d’adventices

Dans la lutte contre les adventices, la gestion du stock semencier peut être une stratégie payante. Les menues pailles à la récolte contiennent quantité de graines. Un broyeur de menues pailles venu d’Australie était en démonstration lors de la journée portes ouvertes. Il n’y a rien de numérique dans ce rotor qui s’adapte à l’arrière de la moissonneuse mais la destruction de graines d’adventices (ray-grass, folles avoines, gaillets…) à la récolte est efficace et répond à la recherche d’agriculture raisonnée moins dépendante des pesticides. Cela fait autant de graines en moins dans le sol à alimenter les infestations les années suivantes. Mais la technique ne marche pas sur toutes les graines, celles de vulpin, par exemple, résistant à la destruction. D’autre part, l’équipement emprunte de la puissance à la moissonneuse-batteuse et nécessite une largeur de coupe réduite avec un débit de chantier ralenti. À Auverneaux, dans l'Essonne, l’ETA Galpin propose l’utilisation du dispositif comme prestation avec un surcoût de l’ordre de 30 euros de l’hectare pour la moisson. Les retombées du broyage de menues pailles se font ressentir au bout de quelques années sur les infestations d’adventices. Une expérimentation est en cours avec la chambre d’agriculture.

Une sonde connectée dans le tas de grain

L’entreprise Javelot propose une sonde connectée de relevés de température du stockage de grains. L’autonomie de la sonde est de cinq ans avec une mise à disposition pour 149 euros par an et par sonde. L’entreprise conseille l’utilisation d’une sonde toutes les 100 à 300 tonnes de stockage.

Un boîtier pour gérer son stock de produits phytosanitaires

Idée séduisante au départ, le boîtier Keyfield est présenté comme facilitant la gestion de ses stocks de produits phytosanitaires, avec une mesure des quantités de produits utilisées à chaque traitement. Mais les essais réalisés mettent en évidence des dysfonctionnements importants du boîtier, rendant encore problématique son utilisation sur le terrain. Les nouvelles technologies nécessitent parfois un certain laps de temps de mise au point avant de répondre utilement aux agriculteurs.

Météoprec pour valider les services de météo connectée

Les stations météo connectées se multiplient. Arvalis les testent, en connexion avec des outils d’aide à la décision. Quelle fiabilité et valorisation attendre de ces données météo dans les outils d’aide à la décision ? Porté par l’Acta, le projet Météoprec doit répondre à ces questions avec des résultats courant 2021. Pour ce faire, des cas d’étude ont été choisis comme la prévision de phénomène pilotée par la température (phénologie du blé tendre), la prévision de risques bioagresseurs sous influences de la pluie et de la température (mildiou de la pomme de terre, septoriose du blé, limaces) et la prévision de l’état hydrique des sols pilotée par la pluie et l’ETP (pilotage irrigation en maïs). Le projet Météoprec étudie les outils basés sur une météorologie issue des technologies les plus récentes et doit en évaluer la plus-value.

Nicolas Hottin, Gaec Hottin, 440 hectares dans l'Essonne

« Des économies de temps et une meilleure efficacité de travail »

« Divers outils d’agriculture numérique sont en test sur notre exploitation, par exemple pour la modulation intraparcellaire d’apports azotés en grandes parcelles. C’est le type de service d’agriculture raisonnée qui peut générer des gains économiques et nous rendre plus crédibles sur le plan environnemental. Mais nous utilisons déjà des outils d’agriculture de précision, comme le guidage RTK depuis 2006 pour les semis et le binage. J’estime à 10 % le gain en carburant et en temps de travail permis par ce guidage. Nous avons 150 hectares de surface irrigable sur notre exploitation. Depuis cette année, j’utilise l’outil Orcatrack qui permet de suivre et localiser les rampes d’irrigation à distance sans devoir se déplacer. Il mesure en même temps les apports d’eau permettant ainsi une traçabilité de l’irrigation. Cet outil fait gagner en temps de surveillance de l’irrigation. Nous stockons nos récoltes et, pour cela, nous disposons de sondes de mesure de températures connectées pour des déclenchements automatiques de ventilation. Depuis peu, nous avons aussi une station météo et des sondes tensiométriques couplées à des outils d’aide à la décision (Mileos, OptiProtect, pour l’irrigation). C’est ce qui me paraît le plus prometteur avec un retour financier potentiellement important. Ces outils nous rendent plus efficients sur les interventions. Enfin, avec nos sols très hétérogènes, je vais tester cet automne la modulation de densité de semis avec l’aide d’une carte de potentiel de nos sols obtenue par mesure de résistivité. »

Gaec à Boutigny-sur-Essonne, avec Nicolas et Clotilde Hottin ; cultures de blé tendre, betterave, colza, orge de printemps, pomme de terre (plants), orge hybride (semences), chanvre et quinoa.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
La tension sur les camions du fait de la cessation d'activité des transporteurs, faute de rentabilité, ou du droit de retrait des chauffeurs, est l'une des principales craintes de la filière. © J.-C. Gutner
Coronavirus : la logistique, maillon fragile de la filière céréalière
Jusqu’ici, la filière céréalière tient bon, mais des craintes émergent sur la pérennité des transports par camion et par train.
La CNDSF craint des pressions pour imposer les semences certifiées en HVE. © Cap Semences
La CNDSF refuse le "tout semences certifiées" dans les filières de qualité
Pour les défenseur de la semence de ferme, les filières de qualité et la certification environnementale ne doivent pas imposer la…
Quel impact du gel printanier sur les colzas et céréales ?
Après un hiver humide avec des températures printanières, le printemps commence avec un vent d’est hivernal. Les cultures sont à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures