Aller au contenu principal
Font Size

Céréales
L'AGPB veut lancer une nouvelle dynamique

Pour répondre aux attentes sociétales, retrouver de la valeur ajoutée et simplifier les contraintes qui pèsent sur les céréaliers, l'AGPB veut bâtir un socle commun RSE basé sur la certification HVE.

Pour Philippe Pinta et Xavier Thirouin, il faut reprendre la main plutôt que de se faire imposer des contraintes.
© V.Noël

« Nous avons décidé d’avoir un projet ambitieux, de sortir de la contrainte de moyens pour les producteurs, de dégager de la valeur ajoutée si possible, d’être moins sur la défensive et plus proactifs », a expliqué Philippe Pinta, président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) en conférence de presse le 12 février à Paris. Le syndicat veut bâtir un socle commun à toute la production dans le cadre de la RSE (responsabilité sociale des entreprises). L’idée : « faire savoir » le travail réalisé par les producteurs et donc, transformer les contraintes réglementaires subies par la profession en une force qui permette de conserver ou conquérir des marchés et de la valeur ajoutée.

La certification HVE à la base d'un socle commun de RSE

Le cahier des charges de ce socle commun serait bâti sur la démarche HVE (Haute valeur environnementale), reconnue depuis 2010 par les pouvoirs publics et qui comporte trois niveaux. Elle a été jusqu’ici très peu suivie par les céréaliers : seule une quinzaine sont certifiés niveau 3 sur les 1500 producteurs agréés. En cause : un cahier des charges inadapté au secteur, estime le syndicat, et une absence de valorisation. « Il convient de décliner cette démarche pour les exploitations céréalières », a souligné Philippe Pinta. Le syndicat souhaite donc que soit établie une HVE grandes cultures répondant aux spécificités du secteur, dans une démarche progressive, « pour que chacun puisse entrer dedans à son pas de temps », a poursuivi le responsable.

Simplification administrative en ligne de mire

Le syndicat vise une démarche massive, valorisable sur le marché intérieur car elle permettrait de répondre aux attentes des consommateurs, mais également à l’export, où les demandes des acheteurs évoluent. En encourageant le développement de ce socle commun, le syndicat souhaite également apporter aux producteurs une simplification administrative : la certification HVE pourrait, par exemple, donner accès directement à des aides de type « eco-scheme » dans la nouvelle Pac.

Pour l'instant, l'AGPB doit travailler le cahier des charges HVE "grandes cultures" mais elle estime avoir le soutien de la filière, et notamment des collecteurs. Aucun objectif chiffré n'est encore fixé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte 2020 : le spectre de 2016 plane au-dessus des blés français
Surfaces de céréales d’hiver très basses, nombre d’épis réduit par l’excès de pluies automnales puis par la sécheresse…
Les correspondants sureté de la gendarmerie se déplacent gratuitement et sur demande. © Gendarmerie nationale
Vols en agriculture : « les voleurs sont venus trois fois en six mois »
Les vols de GPS, carburant, phyto sont fréquents. Que faire et ne pas faire, quels moyens mettre en place, comment s’y prendre ?…
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »
Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience…
La gestion de l'interculture va devenir encore plus cruciale en cas d'interdiction du glyphosate. © J.-C. Gutner
Se passer du glyphosate en interculture, des solutions... et des questions
Le glyphosate sert principalement à gérer les vivaces et les graminées, et à détruire les couverts. Sa fin programmée amène à…
Copyright Gabriel Omnès
La revalorisation des retraites agricoles définitivement adoptée au sénat
La loi revalorisant les retraites agricoles à 85 % du Smic pour une carrière complète d'exploitant a été votée définitivement en…
L'assemblée nationale a voté la revalorisation des retraites agricoles, revendication portée par e député André Chassaigne
L'Assemblée nationale vote la revalorisation des retraites agricoles à 85 % du SMIC
L’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture une proposition de loi garantissant une pension minimale de 85 % du SMIC aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures