Aller au contenu principal

Le graphique
La volatilité, ennemi public n° 1

La volatilité a fait son grand retour sur le marché des matières premières agricoles en Europe, après une accalmie de quarante ans permise par l’instauration de la PAC dans les années soixante.

Haro sur la volatilité! Pas un article, pas une déclaration de responsable politique ou agricole qui ne pointe du doigt ce vilain parasite qui gangrène de nouveau les marchés agricoles. Pourquoi tant de haine? Parce que la volatilité, qui mesure en pourcentage la variabilité d’un cours autour de sa moyenne, est synonyme d’incertitude pour les vendeurs et pour les acheteurs, d’autant plus exposés au risque de prix qu’elle est importante.

UN MAL ANCIEN

En 2004, la volatilité moyenne du cours du blé avoisinait 20 %. Elle était de 30 % l’an passé, soit une fluctuation quotidienne des prix de 2 %. Début décembre 2010, elle dépassait 40 %. La volatilité n’est pourtant pas un mal propre à l’agriculture moderne. En Europe, elle était très importante jusqu’à l’instauration de la PAC, en 1962, qui a écrêté les ondes de choc provenant du marché mondial, sur fond de chute des prix au sein de l’Union européenne. La reconnexion progressive du Vieux continent avec les cours mondiaux, débutée à la fin des années 1990, a mis fin à ce long fleuve tranquille.Depuis 2005, les grandes crues se sont multipliées, comme en 2007- 2008 et au cours du second semestre 2010. À qui la faute? Beaucoup accusent la financiarisation des marchés agricoles. Difficile pourtant d’établir formellement un lien de cause à effet.

Les financiers, rejoints par certains économistes, dénoncent une « chasse aux sorcières » et imputent la nervosité des cours à la tension qui règne sur le marché des matières premières, elle-même causée par la hausse de la demande et par la dérégulation. C’est néanmoins la finance qui a rendu poreuses les frontières séparant les marchés des matières premières agricoles de ceux de l’énergie, des devises et des taux d’intérêt, favorisant ainsi la contagion de la volatilité.

G.O.

 

Repère n° 1 : Exogène/Endogène

La volatilité peut être exogène ou endogène. Dans le premier cas, elle est causée par des événements imprévisibles extérieurs au marché, comme les aléas climatiques. Ces phénomènes aléatoires se compensent généralement les uns les autres. L’ouverture des frontières et les assurances sont alors des solutions efficaces. La volatilité endogène est en revanche générée par les acteurs du marché, par exemple lorsqu’ils anticipent des prix futurs. Du fait d’un comportement moutonnier, les effets s’additionnent sans se compenser. La régulation trouve alors toute son utilité.

Repère n° 2: Trading automatique

La part des transactions électroniques sur le marché américain du blé a explosé ces dernières années pour représenter aujourd’hui 90 % des échanges. Ces échanges automatisés, parfois déclenchés automatiquement lorsque le prix atteint un seuil fixé, sont source d’emballements. S’ajoute à cela l’accès désormais facilité des investisseurs particuliers, totalement imprévisibles, au marché des commodités agricoles. Des financiers alertent sur les risques de bulle et les « dérapages » à venir.

Repère n° 3 : Coup de feu

Le 8 octobre dernier, dans la demi-heure qui suivait la publication du rapport USDA haussier pour les céréales, 5 700 lots de blé meunier ont été échangés sur Euronext. Cela représente plus du tiers des volumes échangés quotidiennement. Cette ruée des acheteurs s’est traduite par une hausse immédiate de 15 euros la tonne du prix du blé.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
silo de stockage de céréales
Envolée des prix : faut-il vendre maintenant son blé de la récolte 2021 ?
Malgré la forte décote par rapport au prix ancienne récolte, les cotations du blé des échéances septembre et décembre 2021 sont…
Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Les agriculteurs se sont précipités pour déposer des demandes d'aides à l'investissement dans le cadre du plan Protéines, poussant FranceAgriMer à suspendre la téléprocédure. © J.-C. Gutner
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
« Si les producteurs de blé s’y retrouvent avec un marché à terme autour des 190,00-200,00 €/t échéance septembre 2021, il est tout simplement nécessaire de sécuriser leurs marges », explique Virginie Ciesla-Maudet, du cabinet Assertis. © P. Guiraud
Blé/Récolte 2021 : « Commencer à fixer des ventes au niveau de prix actuel est pertinent » (Virginie Ciesla-Maudet, Assertis)
Les prix du blé nouvelle récolte affichent une décote élevée (environ 30 €/t) par rapport au prix ancienne récolte. Les niveaux…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures