Aller au contenu principal

La tolérance à la JNO : futur standard des orges d’hiver

Avec l’interdiction des insecticides néonicotinoïdes, la nécessité de recourir à des variétés d’orges résistantes à la JNO devient primordiale. Les semenciers apportent des réponses.

La JNO peut occasionner des pertes de rendement supérieures à 50 q/ha en orge d'hiver.
© V. Marmuse

La tolérance à la JNO (Jaunisse nanisante de l’orge) va-t-elle devenir une barrière d’entrée pour l’inscription variétale ? « Il y a une forte montée en puissance de ces variétés, rapporte Louis-Marin Bossuet, responsable études VATE pour les orges, avoines et blé dur au Geves (1). En première année d’inscription pour le catalogue officiel français, 30 % des variétés d’orges d’hiver déposées présentaient cette tolérance en 2019. Elles étaient 25 % en 2018. » Le caractère de tolérance à la JNO est valorisé à l’inscription puisqu’il bénéficie d’un double bonus. Autrement dit, une variété qui présentera un déficit de rendement de 2 % par rapport à celui des témoins bénéficiera du bonus de la tolérance à la JNO pour être retenue à l’inscription et non rejetée.

Les variétés avec la tolérance à la JNO sont encore peu nombreuses à être commercialisées. « Mais elles présentent un certain succès. 30 % des orges d’hiver semées présentent ce caractère cette campagne », selon Jean-François Herbommez, responsable orges brassicoles chez KWS Momont. Ces variétés ne concernent que le débouché fourrager. Il y a un manque évident pour la filière brassicole. Les choses sont en train de changer car une variété à orientation brassicole, Margaux, est en cours de test de validation technologique par l’IFBM (2). Deux autres orges inscrites en 2019 vont également être suivies à ce titre : Coccinel et KWS Jaguar. Dès lors qu’un obtenteur présentera une variété tolérante à la JNO validée par la filière malterie-brasserie, il aura en partie gagné la partie. C’est une des priorités du moment chez les semenciers.

Une orge brassicole tolérante déjà utilisée chez Soufflet

Chez Soufflet, une telle variété est déjà utilisée en malterie : Hirondella. « C’est la première variété brassicole tolérante à la JNO validée par les malteries Soufflet », informe Emmanuel Bonnin, Soufflet Agriculture. Pourtant, cette variété ne figure pas dans le tableau des variétés en validation du CBMO car elle n’a pas été inscrite en France. Mais son inscription au catalogue de l’Union européenne la rend utilisable dans nos frontières.

Rappel : la JNO est devenue un problème d’importance pour les producteurs de céréales depuis le retrait en 2018 du traitement de semences à base d’imidaclopride (Gaucho…) qui permettait de contrôler les pucerons vecteurs de ce virus. La région de production de la coopérative Axéreal est sujette aux infestations de ce ravageur à l’automne. « Cela arrive deux années sur trois, estime Dominique Romelot, du service agronomie et innovation d’Axéreal. Dans les cas extrêmes avec des semis très précoces sans protection, les pertes de rendement peuvent atteindre les 50 q/ha comme cela a pu être mesuré dans nos essais. » Comme moyen de lutte contre la JNO, la tolérance variétale est la plus sécurisante pour les agriculteurs, davantage que les applications aériennes d’insecticides et les semis tardifs qui réduisent le risque.

Une tolérance ne reposant que sur un seul gène

Responsable développement chez Secobra Recherches, Florent Cornut tend à tempérer la problématique JNO. « L’attente de variétés tolérantes n’est pas prioritaire dans toutes les régions. La Lorraine et la Bourgogne connaissent des froids précoces annihilant les infestations de pucerons. Dans ces secteurs, le Gaucho était déjà peu utilisé. Et il y a un effet année assez fort sur les infestations de pucerons. Malgré tout, cette tolérance est un des sujets les plus travaillés chez les semenciers. » Les multiples projets FSOV (3) sur la JNO sur blés et orges témoignent des activités de recherche intense contre cette affection. Amélie Genty confirme. Responsable de la sélection des orges d’hiver chez Secobra, elle présente la situation. « La tolérance repose sur un seul gène, provenant de variétés éthiopiennes. Nous recherchons d’autres gènes de tolérance pour pouvoir constituer un pyramidage de ces gènes de façon à rendre la tolérance plus efficace et plus durable face aux virus – il y en a huit souches – des pucerons vecteurs. Nous sommes en train d’introgresser dans notre matériel génétique un de ces gènes que nous avons découvert dans l’espèce Hordeum bulbosum, apparentée à nos orges cultivées. Mais la localisation des gènes connus dans les chromosomes rend difficile leur introgression. Les marqueurs moléculaires nous aident à être plus performants. » Aucun signe ne montre de contournement de cette tolérance dans les champs jusqu’à maintenant. Qu’en sera-t-il quand la majorité des orges d’hiver sera constituée de ces variétés tolérantes avec une pression de sélection qui s’exercera sur les ravageurs ? Mieux vaut prévenir que guérir.

(1) Valeur agronomique, technologique et environnementale, Groupe d’étude et de contrôle des variétés et des semences.(2) Institut français des boissons, de la brasserie et de la malterie.(3) Fonds de soutien à l’obtention végétale (partenariat de recherche public privé).

Le virus des pieds chétifs inquiète

L’utilisation de variétés tolérantes à la JNO amène les agriculteurs à ne plus protéger leurs orges des pucerons à l’automne avec des insecticides. C’est sans compter sur un autre ravageur qui peut sévir localement certaines années, la cicadelle vectrice de la maladie des pieds chétifs. Il n’y a pas de tolérance variétale avérée contre le virus transmis par ce ravageur mais les semenciers travaillent à l’obtenir. L’affection touche davantage les blés que les orges. « Des QTL de variétés américaines d’orges ont été identifiés avec une tolérance à cette maladie, informe Amélie Genty. Mais il existe un fond génétique intéressant avec des variétés qui tolèrent bien les attaques de cicadelles. » « Nos essais en Champagne ont montré ces différences notoires entre variétés, rapporte Emmanuel Bonnin, Soufflet Agriculture. Certaines se comportent très bien face aux cicadelles, comme l’orge Visuel, alors que d’autres comme Isocel ou Pixel se montrent sévèrement atteintes. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures