Aller au contenu principal
Font Size

La teneur en protéines, critère fondamental pour le débouché meunier du blé

Ce critère reste fondamental pour le débouché meunier du blé, ainsi qu'à destination des pays tiers. Des protéines, oui mais pour quoi faire ?

Une affaire de réseau


Derrière le terme générique de protéines du blé se cache pas moins d'une trentaine de molécules différentes. Dans les faits, l'attention des meuniers se focalise sur deux d'entre elles : les gliadines et les gluténines. Ces deux cousines vont former le gluten, réseau qui confère à la pâte, lors de la panification, ses propriétés rhéologiques (extensibilité, ténacité et élasticité) et son aptitude à retenir le dioxyde de carbone issu de la fermentation. Ce que l'on appelle teneur en protéines correspond à la quantité d'azote total mesurée dans le grain (le plus souvent par la méthode dite « méthode de Kjeldahl ») corrigée par un coefficient. Les blés présentant une très faible teneur en protéines sont réputés « impanifiables », car ils ne développent pas les propriétés viscoélastiques compatibles avec les standards modernes de panification, notamment celles permettant à la pâte de résister aux violentes contraintes qu'elle subit au cours des process industriels. Un bon artisan boulanger sera néanmoins capable de faire un excellent pain avec nombre de blés dits « impanifiables ».

Couple variété/teneur en protéines

 

La teneur en protéines ne conditionne pas à elle seule la valeur boulangère d'un blé. Les meuniers français appréhendent cette dernière à travers le test de panification. Cette approche confère une grande importance à la variété : deux variétés présentant une teneur en protéines identique peuvent donner des résultats très différents en panification. Et à ce jeu-là, la variété la plus protéinée n'est pas forcément la meilleure, à l'instar des variétés biscuitières. Le taux de gluten humide est l'un des indicateurs intégrant le couple variété/teneur en protéines. Cette influence variétale se traduit par l'élaboration de la liste des variétés recommandées par la meunerie, actualisée chaque année.

Fourches caudines à l'export


La quantité ne fait donc pas tout, mais une faible teneur en protéines sera très pénalisée, voire rédhibitoire, pour le débouché meunier. C'est également vrai à l'export. Si les expéditions de blé français vers l'Union européenne approvisionnent surtout l'industrie de l'aliment du bétail, moins regardante sur la protéine, ce n'est pas le cas sur pays tiers. Sur ces destinations, les clients finaux sont quasi exclusivement des meuniers. Les cahiers des charges sur pays tiers imposent donc systématiquement une teneur minimum en protéines. Le seuil est ainsi de 11 % pour des destinations comme l'Algérie, le Maroc ou l'Égypte, de 11,5 % pour la Tunisie et la Lybie, et même de 12,5 % pour l'Arabie Saoudite. Contrairement au marché intérieur français, il est rare que des spécifications portent sur la variété. Ce paramètre est cependant indirectement présent dans certains cahiers des charges à travers une valeur minimale pour la force boulangère (ou W), liée à l'interaction entre la variété et la teneur en protéines.

Mention passable pour la France


Dans la compétition mondiale que se livrent les nations exportatrices, la France est souvent fragilisée par ses teneurs en protéines proches des minima des cahiers des charges. Loin derrière les Hard red spring et Hard red winter US, le blé tricolore est régulièrement distancé par son homologue russe. Récemment, l'origine ukrainienne démontrait à son tour sa capacité à surclasser l'origine française sur ce critère. Cette dernière souffre notamment du fléchage des blés les plus protéinés vers le débouché intérieur, au détriment de l'export. Et avec une teneur en protéines moyenne naviguant entre 11 et 11,5 %, les marges de manoeuvre sont ténues.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures