Aller au contenu principal

La Russie attaque la France sur son pré carré

L'Hexagone a perdu des parts de marché en 2016 chez ses clients traditionnels méditerranéens et africains, qu'elle ne retrouve pas cette année malgré sa bonne récolte : le blé russe plaît.

La Russie est désormais présente au Maghreb et en Afrique de l'Ouest.
© Stratégie grains, France Export Céréales, Réussir

« En 2016-2017, nous n’avons pas été surpris de voir la Russie prendre des parts de marché en Afrique de l’Ouest et du Nord, observe François Gatel, directeur de France Export Céréales. Mais sur les cinq premiers mois de cette campagne, on constate que le blé russe est toujours là. » L’Égypte bien sûr, mais également les meuniers privés marocains, ou leurs collègues d’Afrique de l’Ouest ont cédé aux sirènes de l’Est et ne semblent pas prêts à revenir en arrière.

Le blé russe est souvent perçu comme plus « généreux » : les taux de protéines, en particulier, sont souvent meilleurs que ceux prévus dans les contrats. « Il y a aussi un argument coût, observe François Gatel. Au Cameroun, par exemple, les minotiers vont acheter du blé russe parce qu’ils ne peuvent pas se retrouver décalés par rapport à leurs concurrents en termes de coût de production. »

L’un des rares clients de la France qui n’a pas retourné sa veste reste l’Algérie. Le cahier des charges de l’OAIC, l’office public en charge des achats, reste très contraignant sur la qualité sanitaire, en particulier sur le taux de grains punaisés, qui ne doit pas dépasser 0,2 %. « Et le blé français est bien adapté au pain algérien », estime de surcroît François Gatel.

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel
La Commission européenne vient d’accepter le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 euros, inscrit dans la loi de finances pour 2021…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »
Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les…
L'adaptation des dispositifs actuels est indispensable pour faire face à la multiplication des aléas climatiques, à commencer par la sécheresse, estime le député Frédéric Descrozaille. © G. Omnès
Assurance récolte : comment le rapport Descrozaille veut sauver la multirisque climatique
Face au changement climatique, le rapport du député Descrozaille propose la réarticulation de l’intervention de l’État et de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures