Aller au contenu principal

La Russie attaque la France sur son pré carré

L'Hexagone a perdu des parts de marché en 2016 chez ses clients traditionnels méditerranéens et africains, qu'elle ne retrouve pas cette année malgré sa bonne récolte : le blé russe plaît.

La Russie est désormais présente au Maghreb et en Afrique de l'Ouest.
© Stratégie grains, France Export Céréales, Réussir

« En 2016-2017, nous n’avons pas été surpris de voir la Russie prendre des parts de marché en Afrique de l’Ouest et du Nord, observe François Gatel, directeur de France Export Céréales. Mais sur les cinq premiers mois de cette campagne, on constate que le blé russe est toujours là. » L’Égypte bien sûr, mais également les meuniers privés marocains, ou leurs collègues d’Afrique de l’Ouest ont cédé aux sirènes de l’Est et ne semblent pas prêts à revenir en arrière.

Le blé russe est souvent perçu comme plus « généreux » : les taux de protéines, en particulier, sont souvent meilleurs que ceux prévus dans les contrats. « Il y a aussi un argument coût, observe François Gatel. Au Cameroun, par exemple, les minotiers vont acheter du blé russe parce qu’ils ne peuvent pas se retrouver décalés par rapport à leurs concurrents en termes de coût de production. »

L’un des rares clients de la France qui n’a pas retourné sa veste reste l’Algérie. Le cahier des charges de l’OAIC, l’office public en charge des achats, reste très contraignant sur la qualité sanitaire, en particulier sur le taux de grains punaisés, qui ne doit pas dépasser 0,2 %. « Et le blé français est bien adapté au pain algérien », estime de surcroît François Gatel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures