Aller au contenu principal

Sommet mondial de l´alimentation
La « Révolution verte » n´a profité qu´à quelques-uns

Dans les années 50, à l´initiative de fondations américaines (Rockefeller et Ford), un effort de transfert de pratiques agricoles modernes en Asie et Amérique latine a été entrepris. C´est ce qu´on a appelé la &quote;Révolution verte&quote; qui s´appuyait sur l´introduction de variétés à haut potentiel.


Au bout du compte, cette révolution n´a bénéficié qu´à quelques 500 000 personnes. En effet, Il faut tout un environnement technique pour tirer bénéfice de l´emploi de variétés améliorées. Enfin les recherches sur les plantes alimentaires, amélioration variétale et techniques de culture, ne portent que sur quelques grandes espèces, essentiellement les céréales (blé, orge, riz, maïs) et sur le soja.
Grâce à la &quote;révolution verte&quote;, l´Inde et d´autres pays d´Asie qui consomment blé et riz et qui bénéficient de conditions favorables à l´agriculture (eau notamment) ont atteint l´autosuffisance alimentaire. En revanche l´Afrique a peu progressé ; ses céréales (mils, millets...) n´ont fait l´objet que de peu de recherches de même que les plantes à racines ou les tubercules (manioc, patates douces, taro...) qui constituent pourtant la base de l´alimentation d´une bonne partie de sa population.

On estime en général que la génétique est responsable de 50 % de la progression des rendements, l´autre moitié venant de l´amélioration des techniques culturales.
à lire
La guerre alimentaire a commencé par Dominique Bodin-Rodier. Editions Albin Michel.
Éloge du mondialisme par un « anti » présumé, d´André Passet. Editions Fayard.
Rapport annuel de la FAO sur la situation mondiale de l´alimentation et de l´agriculture (Sofa 2001) consultable sur le site internet de la FAO : www.fao.org
La faim dans le monde. Comprendre pour agir. Éditons PUF
Géopolitique de la faim : rapport annuel d´Action contre la faim. Aux PUF.
mise en garde
La « sécurité alimentaire » recouvre deux notions que la langue anglaise distingue bien.
La sécurité alimentaire au sens d´assurance d´avoir de la nourriture se dit « food security ».
La sécurité alimentaire au sens d´assurance d´une alimentation hygiènique, saine se dit « food safety ». Chez nous, pratiquement seul ce deuxième sens subsiste car nous vivons dans l´abondance de biens alimentaires.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures