Aller au contenu principal

Colza
La résistance variétale est le seul remède contre la hernie

Dans certains secteurs, des colzas sont touchés par la herniedes crucifères. Résultat : zéro quintaux. Heureusement, deux variétés résistantes à la maladie limitent la casse.


La hernie des crucifères n´est pas une maladie courante, même si elle a tendance à se propager. Elle est préjudiciable car, une fois atteints, les pieds de colza sont complètement détruits.
Une parade efficace est mise à disposition des producteurs cette année : les variétés résistantes. Il y en a deux.
©Cetiom

Tosca et Mendel
Tosca est une lignée commercialisée par Pau Semences. « Sur les différentes souches recensées de hernie à ce jour, Tosca présente une bonne tolérance, proche de la résistance, affirme Christophe Poublan, Pau Semences. Sur une zone contaminée, là où une variété classique présentera 80 % d´attaques, Tosca montrera 0 % de galle. La différence se voit sur le rendement. Une expérimentation menée avec le Cetiom dans les conditions difficiles de 2001 a montré en micro-parcelles que Tosca présentait un rendement de 24 quintaux à l´hectare, alors que celui de variétés sensibles était compris entre cinq et douze quintaux ».
Une autre nouvelle variété présente une résistance à la hernie des crucifères. Il s´agit de Mendel. C´est un hybride restauré de construction NPZ proposé par Semences de France. Pour cette variété, le semencier conseille « d´éviter les semis trop tardifs et de viser les soixante pieds levés au mètre carré. Dans le réseau Serasem-Semences de France 2000-2001, Mendel a présenté un rendement moyen de 101,2 % de Pronto en zone non contaminée ».

L´amendement calcaire freine peu la maladie
Que ce soit pour Tosca ou Mendel, ces variétés sont à réserver aux zones à risque hernie des crucifères ou aux parcelles déjà contaminées.
Pour Jean-Louis Pasquereau, conseiller technique à la coopérative Épis-Centre, « il y a plusieurs éléments déterminants au développement de la hernie, comme la tendance à la décalcification des sols. Mais les essais de chaulage n´ont pas donné de résultats convaincants ». Il ajoute : « Des terres plutôt limoneuses, des rotations culturales courtes notamment biennales, ainsi que l´humidité favorisent le pathogène. » La maladie s´était signalée de façon sérieuse par des premiers foyers dans le Val de Saône et la région des Dombes au début des années 80. Depuis, elle a bien progressé. On a relevé en 2001 de nombreuses parcelles touchées dans les régions de Bretagne, Centre, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine...
Le recours à des variétés résistantes doit inverser la tendance.


La hernie des crucifères est due à un organisme, Plasmodiophora brassicae, qui n´est ni un champignon, ni une bactérie, ni un virus. L´agent pathogène s´apparenterait plutôt à une sorte d´amibe. Les produits fongicides testés sur cette maladie s´avèrent inefficaces. Les symptômes les plus typiques se situent sur les racines. Celles-ci deviennent hypertrophiées et prennent la forme de galles qui finissent par pourrir.
La maladie se développe à partir d´un foyer et se propage par l´eau (ruissellement) ou par la terre transportée par des engins agricoles.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures