Aller au contenu principal
Font Size

Productivité
La régularité des rendements est un atout pour le blé français

Les rendements en blé tendre français sont parmi les plus élevés du monde et parmi les plus réguliers. Un argument de poids pour l’origine France à l’export.

C’est l’argument massue utilisé par la filière française pour vanter son offre en blé : la régularité de la production d’une année sur l’autre. Sur la période 1990-2011, le rendement du blé tendre tricolore a enregistré une variabilité de 17 % seulement par rapport à la moyenne, bien en dessous de celle affichée par ses principaux concurrents, la Russie et l’Ukraine. En raison de la violence des caprices du climat, ces deux pays voient leurs rendements varier du simple au double. L’année 2010 avait particulièrement marqué les esprits : confrontée à un épisode de sécheresse caniculaire sans précédent, la Russie avait brusquement fermé les robinets de l’export durant l’été. Cette décision avait provoqué la panique chez les exportateurs, condamnés à trouver dans l’urgence des origines alternatives pour honorer leurs contrats, ce qui avait entraîné la flambée des prix. La France avait alors très largement profité de ce défaut russe.


Changement climatique


L’Australie est elle aussi coutumière des montagnes russes. Ces dernières années, l’île continent a subi à plusieurs reprises des sécheresses dévastatrices qui ont très fortement amputé son disponible exportable. En Argentine, les fluctuations de rendement s’ajoutent à de fortes variations des surfaces ensemencées. L’érosion de ces dernières depuis cinq ans a poussé le pays hors du top 5 des exportateurs mondiaux qu’il avait intégré.
Si le rendement français profite de sa régularité, il a toutefois cessé sa progression tendancielle. Les raisons de cet essoufflement ne sont pas encore éclaircies, mais les chercheurs suspectent les effets du changement climatique et la simplification des rotations.

Europe


Grâce à un climat clément et au savoir-faire des producteurs, le rendement français est l’un des meilleurs du monde en blé, bien loin devant le continent américain ou l’Australie. En Europe, le Royaume-Uni se situe toutefois au-dessus, avec une productivité qui oscille entre 70 et 80 q/ha depuis plus de dix ans. La production de blé britannique est toutefois largement orientée vers l’utilisation fourragère. L’Irlande fait encore mieux, avec une moyenne nationale de 102 q/ha pour le blé tendre d’hiver en 2011 !

Chine


En Chine, pour qui la production céréalière relève de l’enjeu stratégique, le gouvernement a développé une politique de soutien à la production de blé. Les chiffres disponibles — et parfois sujets à caution — font apparaître un réel effet des efforts fournis en termes d’amélioration des pratiques culturales et du choix des variétés. Le rendement a ainsi progressé régulièrement depuis vingt ans. La production, elle, s’était effondrée entre 1997 et 2003, puis est repartie à la hausse pour retrouver son plus haut niveau en 2012, au prix de forts investissements de l’État.


Ukraine


Le pays est encore pénalisé par l’irrégularité de sa production. Néanmoins, la relative faiblesse des rendements actuels est bien loin de valoriser le potentiel de ses grandes zones d’excellentes terres de tchernoziom. Les exploitations qui ont développé des itinéraires techniques performants parviennent même à faire jeu égal avec celles de l’ouest de l’Europe. Certains experts vont jusqu’à avancer l’hypothèse d’un doublement des rendements dans les prochaines années.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Jaunisse sur betterave
Crise/betteraves : le gouvernement ouvre la porte à l'usage dérogatoire des néonicotinoïdes
Le ministère de l'Agriculture annonce qu'il fera une proposition législative pour permettre d'utiliser des traitements de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures