Aller au contenu principal

Productivité
La régularité des rendements est un atout pour le blé français

Les rendements en blé tendre français sont parmi les plus élevés du monde et parmi les plus réguliers. Un argument de poids pour l’origine France à l’export.

C’est l’argument massue utilisé par la filière française pour vanter son offre en blé : la régularité de la production d’une année sur l’autre. Sur la période 1990-2011, le rendement du blé tendre tricolore a enregistré une variabilité de 17 % seulement par rapport à la moyenne, bien en dessous de celle affichée par ses principaux concurrents, la Russie et l’Ukraine. En raison de la violence des caprices du climat, ces deux pays voient leurs rendements varier du simple au double. L’année 2010 avait particulièrement marqué les esprits : confrontée à un épisode de sécheresse caniculaire sans précédent, la Russie avait brusquement fermé les robinets de l’export durant l’été. Cette décision avait provoqué la panique chez les exportateurs, condamnés à trouver dans l’urgence des origines alternatives pour honorer leurs contrats, ce qui avait entraîné la flambée des prix. La France avait alors très largement profité de ce défaut russe.


Changement climatique


L’Australie est elle aussi coutumière des montagnes russes. Ces dernières années, l’île continent a subi à plusieurs reprises des sécheresses dévastatrices qui ont très fortement amputé son disponible exportable. En Argentine, les fluctuations de rendement s’ajoutent à de fortes variations des surfaces ensemencées. L’érosion de ces dernières depuis cinq ans a poussé le pays hors du top 5 des exportateurs mondiaux qu’il avait intégré.
Si le rendement français profite de sa régularité, il a toutefois cessé sa progression tendancielle. Les raisons de cet essoufflement ne sont pas encore éclaircies, mais les chercheurs suspectent les effets du changement climatique et la simplification des rotations.

Europe


Grâce à un climat clément et au savoir-faire des producteurs, le rendement français est l’un des meilleurs du monde en blé, bien loin devant le continent américain ou l’Australie. En Europe, le Royaume-Uni se situe toutefois au-dessus, avec une productivité qui oscille entre 70 et 80 q/ha depuis plus de dix ans. La production de blé britannique est toutefois largement orientée vers l’utilisation fourragère. L’Irlande fait encore mieux, avec une moyenne nationale de 102 q/ha pour le blé tendre d’hiver en 2011 !

Chine


En Chine, pour qui la production céréalière relève de l’enjeu stratégique, le gouvernement a développé une politique de soutien à la production de blé. Les chiffres disponibles — et parfois sujets à caution — font apparaître un réel effet des efforts fournis en termes d’amélioration des pratiques culturales et du choix des variétés. Le rendement a ainsi progressé régulièrement depuis vingt ans. La production, elle, s’était effondrée entre 1997 et 2003, puis est repartie à la hausse pour retrouver son plus haut niveau en 2012, au prix de forts investissements de l’État.


Ukraine


Le pays est encore pénalisé par l’irrégularité de sa production. Néanmoins, la relative faiblesse des rendements actuels est bien loin de valoriser le potentiel de ses grandes zones d’excellentes terres de tchernoziom. Les exploitations qui ont développé des itinéraires techniques performants parviennent même à faire jeu égal avec celles de l’ouest de l’Europe. Certains experts vont jusqu’à avancer l’hypothèse d’un doublement des rendements dans les prochaines années.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures