Aller au contenu principal

La recherche pour étendre les débouchés de la filière betterave

Pour garantir des débouchés à leurs matières premières, Tereos et Cristal Union investissent dans la recherche et développement. Des projets souvent très « visibles ».

Développer des molécules d’origine végétale pour remplacer des produits d’origine fossile, voilà ce que recherche aujourd’hui le monde du sucre. Si l’objectif est commun, les stratégies sont diverses. Tereos mise ainsi plutôt sur le partenariat. « Les innovations de rupture naissent de collaborations fortes », estime Anne Wagner, directrice recherche et développement du groupe.

Des partenariats chez l’un

Le sucrier travaille par exemple avec Michelin sur la fabrication de butadiène à partir d’alcool pour faire du caoutchouc pour pneus. Important utilisateur de céréales (4 Mt transformées en Europe en 2014-2015), le groupe est partenaire d’Improve, plateforme qui s’intéresse aux nouveaux procédés d’extraction des protéines végétales. Il est également au cœur de Futurol. Ce projet orienté sur l’éthanol cellulosique entre dans une phase de pré-industrialisation : en 2016, une unité de pré-traitement à l’échelle industrielle sera mise en production sur le site Tereos de Bucy-le-Long en 2016. Le groupe compte aussi sur CapAgro Innovation pour développer sa Recherche et Développement. Ce fonds de capital-risque dédié à l’agronomie, à l’agriculture et à l’agroalimentaire doit permettre au sucrier de débusquer les « pépites technologiques », comme le dit Anne Wagner.

Une structure dédiée chez l’autre

Cristal Union a pris pour sa part un autre chemin. Aux côtés de Vivescia (61 %) et du Crédit agricole Nord-est (15 %), il détient 18 % d’ARD (Agro-industrie Recherches et Développements). Le laboratoire réalise l’essentiel de la recherche du groupe. « Cela représente un tiers de nos investissements Recherche & Développement hors capital », note Alain Commissaire, directeur de Cristal Union. « Deux savoir-faire prédominent : les biotechnologies, qui consistent à utiliser les bactéries, les levures ou les champignons pour transformer le sucre ou les céréales en produits d’intérêt, et la chimie du végétal », décrit Yvon Le Hénaff, directeur d’ARD. Cristal Union s’est ainsi récemment appuyé sur la société pour créer IBN-One avec Global Bioenergies. Présentée le 21 mai, cette société doit produire de l’isobutène à partir de sucre pour Arkema et Audi.

Si les projets peuvent impressionner, les efforts en recherche et développement des deux groupes, avant tout des industriels, restent modestes : ils représentent moins d’1 % de leur chiffre d’affaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures