Aller au contenu principal

La Pologne verrouille ses terres

A l'heure où le foncier agricole aiguise les appétits à travers le monde, la Pologne joue la carte de l’hyper-protectionnisme. Soutenu par le très conservateur parti au pouvoir Droit et justice, une loi particulièrement contraignante est entré en vigueur au 1er mai. En premier lieu, il interdit à l’État de vendre des terres publiques pendant les cinq prochaines années, cela, même si c’est une ressource intéressante. En ce qui concerne le marché privé, le texte restreint l’achat d’un terrain agricole aux seuls exploitants individuels. Sous conditions : ils doivent vivre depuis au moins cinq ans dans la commune où se situe le bien qu’ils convoitent, et ils ne doivent pas posséder plus de 300 hectares au total. En dehors des agriculteurs, seules des institutions religieuses pourront acheter des terres agricoles.

Le marché polonais sous contrainte

Les sociétés et les coopératives sont donc exclues de la boucle. L’Agence immobilière agricole, organisme d’État, aura par ailleurs le droit de préemption sur toute transaction immobilière agricole. Le texte ne réjouit pas les agriculteurs, puisqu’il verrouille en partie le marché de la terre et les possibilités d’agrandissement, très importantes pour les producteurs1. Il n’est pas sûr toutefois que Bruxelles, qui est en train d’évaluer cette loi, la valide.

S’il est extrême, le cas polonais témoigne néanmoins d’un mouvement plus large. Au Kazakhstan, par exemple, la réforme agraire a été suspendue par le président en raison de la contestation qu’elle suscitait. Pour encourager les investisseurs, elle permettait notamment aux étrangers de louer des terres pour 25 ans et non plus dix. Une perspective qui a conduit la population dans la rue, dans un pays où les manifestations sont très rares.

(1) Pour en savoir plus, voir Réussir Grandes Cultures numéro 301 d’avril 2016, p. 24-25.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures